×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Le capital risque, une composante du capital investissement

Par L'Economiste | Edition N°:498 Le 03/05/1999 | Partager

· Le capital investissement s'occupe du haut de bilan, le capital risque s'en tient à la phase de création de l'entreprise
· Le capital investissement, une pièce pour la mise à niveau


Est-ce un nouveau tournant du capital investissement au Maroc? Les professionnels du secteur sont enfin sortis de leur mutisme. En effet, le thème a été abordé jeudi dernier lors d'un séminaire organisé par AOB Consulting avec la participation de Moussahama, une des pionnières dans le domaine, et une assistance qui dénotait de l'importance du sujet évoqué.
Ce métier, qui a fait ses preuves au niveau international, reste pour l'heure peu connu au Maroc. Il se définit comme tout financement de projets de création ou de développement via des participations souvent minoritaires avec vision de retrait à moyen terme. Objectif, dégager ultérieurement des plus-values lors des reventes des participations. Traduit du terme américain "venture capital", le capital risque stricto sensu ne concerne, quant à lui, que les interventions en fonds propres dans les entreprises nouvelles ou en phase de création.
Quatre principaux types de capital risque ont été définis: la capital amorçage (ou seed capital), le capital création, le capital développement et le capital transmission (LBM, LMBO).
Le capital amorçage se définit comme toute intervention avant le démarrage réel d'une entreprise. "Il s'agit nécessairement d'entreprise au stade de la mise au point d'un nouveau produit: prototype, préséries", explique M. Jean-Michel Scaramanga, président de Eurosud Capital.
Le capital création ou start-up se définit, lui, comme prise de participation dans une entreprise en phase de création ou pendant sa première phase de développement, à savoir les trois premières années. "Le capital risque ne concerne que ces deux premiers types", précise M. Thierry Lambert, directeur général de Naturex. Quant au capital développement, il concerne les prises de participations dans des entreprises en pleine maturité ou en phase de développement.
Enfin, le capital transmission s'illustre comme toute intervention du capital investisseur au moment d'une cession d'entreprise.

Youssra MAHFOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc