×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Finances-Banques

    Lafarge subit le repli du marché

    Par L'Economiste | Edition N°:3512 Le 20/04/2011 | Partager
    CA en baisse de 1,6% à 5,3 milliards de DH
    Les perspectives restent tout de même prometteuses

    Lafarge Maroc n’a pas échappé à la tendance générale du marché du ciment au terme de l’exercice de 2010. Encore plus, le leader cimentier national clôture l’année sur un chiffre d’affaires consolidé en léger repli de 1,6% à 5,3 millions de DH. Considéré comme le moteur du groupe (plus de 80%), l’activité cimentière s’est vue contractée de 4,7% par rapport à l’année précédente. «Cette réduction s’explique à la fois par l’arrivée d’un nouvel entrant et par la disparité régionale des ventes de ciment notamment au nord (Tanger-Tétouan)», explique Pierre Damnon, directeur général de Lafarge Maroc lors de la présentation des résultats qui s’est tenue hier. Selon lui, « le groupe a subi une décroissance de son marché de 9% dans cette région où il est fortement implanté». En conséquence, Lafarge a vu sa part de marché reculer de 2 points pour s’établir à 39%. Par ailleurs, l’activité non cimentière (bétons et granulats) est en partie sur la bonne voie. Lafarge béton a enregistré une progression de ses ventes de 7% renforcée par la nouvelle central de Tit Mellil. «Elle devient pour la première fois leader du marché BPE». Concernant l’activité du granulats, elle a été négativement impactée par les intempéries du 1er semestre 2010, «ce qui a dû baisser le rendement de près de 20%», affirme Damnon. Toutefois, Lafarge granulats poursuit son programme d’investissement. Elle table sur un doublement de sa capacité suite notamment au lancement d’une nouvelle carrière.
    En termes de perspectives, suite au regain de dynamisme, Lafarge Maroc table sur une reprise de la croissance de la demande en 2011. A ce titre, l’Association professionnelle des cimentiers du Maroc (APC) vient de revoir à la hausse ses prévisions de croissance pour l’année 2011, oscillant sur une croissance variant entre 4% et 5%. Cette révision se justifie essentiellement par la relance de l’habitat social et surtout de l’auto-production. Dans cette lignée, le Top Management a autorisé le démarrage des travaux de réalisation d’une nouvelle cimenterie dans le sud du Maroc. «Le démarrage de l’usine du Souss sera pour la mi-2014 et produira entre 1,2 et 1,5 million de tonnes annuellement. Ce projet nous permettra d’anticiper le marché dans un contexte où l’on reste confiant en termes de croissance», atteste le DG. Côté réalisations, et pour rappel, le chiffre d'affaires consolidé recule de 1,6% à 5,3 milliards de DH. Malgré les efforts d'amélioration de la productivité, le résultat d'exploitation régresse de 12% à 2,4 milliards de DH. La marge opérationnelle se déleste ainsi à 44,9% contre 50,2% en 2009. In fine, le résultat net consolidé a connu une baisse de 9,8% à 1,6 million de DH. En dépit de ces réalisations, le conseil d'administration propose un dividende ordinaire de 66 DH par action, égal à celui de 2009.

    R. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc