×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

L’Institut français de Rabat célèbre la dignité

Par L'Economiste | Edition N°:3360 Le 13/09/2010 | Partager

. Une série d’œuvres individuelles et collectives . Quatre artistes y ont pris part: Troisi, Mansour, Abdennasser et Zerrou L’Institut français de Rabat présentera, du 24 septembre au 29 octobre, une exposition très originale. Les façades extérieures de ses locaux seront enjolivées d’œuvres d’art. Quatre artistes sont en train de réaliser des œuvres gigantesques pour que tout soit prêt à temps le jour du vernissage, qui coïncide avec la cinquième édition de la Nuit des galeries. L’artiste plasticienne Corinne Troisi, qui coordonne le projet, a choisi le thème de la dignité. «C’est un sujet d’actualité, qui me tient à cœur depuis longtemps. Si les gens pouvaient faire preuve de tolérance, d’écoute et de respect les uns pour les autres, nous pourrions vivre dans un monde meilleur», indique l’artiste, qui travaille en ce moment sur une anamorphose d’une centaine de mètres de long sur la façade de l’Institut. «Ce travail nécessite des échafaudages et des moyens techniques et surtout de l’aide, pour pouvoir terminer dans les délais», affirme-t-elle. Les autres artistes qui travaillent sur ce projet sont l’Irakien Imad Mansour, le graphiste vidéaste Jamal Abdennasser (co-organisateur de Festimode) et le jeune Abdelaziz Zerrou. Chacun d’entre eux réalise une installation, une peinture ou une sculpture sur la façade externe de l’Institut. En parallèle, les quatre artistes ont travaillé ensemble pour réaliser une œuvre commune à huit mains, qui sera exposée à l’intérieur des murs de l’Institut. «Et comme la notion de dignité s’apprend et se transmet, un projet pédagogique va être entrepris avec quatre écoles primaires françaises de Rabat, jumelées à quatre écoles publiques marocaines», souligne Nafissa Fellah, responsable communication au sein de l’IFR. Dans ce cadre, les artistes interviendront chacun dans une école et feront travailler les enfants sur le thème de la dignité, avec les enseignants. Ils réaliseront avec les enfants des fresques, des tags ou des vidéos qui seront présentés sur les murs des salles d’exposition. L’idée étant d’associer des écoles françaises et marocaines au projet, d’initier une réflexion sur le thème de la dignité et de permettre à des enfants de cultures et de milieux différents de travailler ensemble. Bien que très occupée à son projet à l’IFR, Corinne Troisi se prépare aussi à prendre ses fonctions de responsable de l’atelier arts plastiques au studio des arts vivants, un complexe culturel qui ouvrira ses portes fin septembre à Casablanca. Dans sa vie d’artiste, elle a été tour à tour comédienne, ingénieur du son, décoratrice de théâtre et de cinéma, directrice de production et réalisatrice de documentaires. Elle a un atelier à Rabat depuis 2006. Nadia BELKHAYAT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc