×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Irak: Allaoui exhorte les miliciens à quitter Nadjaf

Par L'Economiste | Edition N°:1828 Le 09/08/2004 | Partager

. Le Premier ministre invite Sadr à participer aux élections l'an prochain Iyad Allaoui, le Premier ministre irakien, est arrivé hier dimanche à Nadjaf, la ville sainte chiite devenue le théâtre des pires combats qu'ait connus l'Irak depuis quatre mois. Lors de sa visite, le Premier ministre a exhorté les miliciens chiites de l'imam radical Moktada Sadr à quitter «rapidement» la ville. «Nous espérons que tout ceci va prendre fin très vite», a-t-il déclaré hier dimanche à la presse. Pour rappel, plusieurs centaines de personnes ont été tuées ou blessées dans les affrontements opposant depuis jeudi des «marines» américains et des miliciens chiites de l'Armée du Mehdi Sadr. «J'estime que les hommes armés doivent quitter rapidement les lieux saints, déposer les armes et revenir dans le giron de l'Etat de droit», a encore déclaré Allaoui. A noter que depuis quelque temps, le Premier ministre irakien adopte un ton conciliateur. Il a multiplié les appels à l'intégration de Sadr dans le jeu politique. «J'invite Moktada Sadr à participer aux élections l'an prochain, le processus politique est ouvert à tous, tous ceux qui respectent l'Etat de droit».Depuis quelques jours, une opération des forces spéciales américaines semble avoir mis le feu aux poudres à Sadr City. Face aux blindés américains, les combattants de l'armée de Mehdi ont monté une garde vigilante. Les partisans du jeune imam rebelle Moqtada Sadr montrent plus de courage que d'érudition militaire. «Nous combattons avec notre coeur. Dieu est avec nous. Notre avenir est dans l'Au-delà», répètent des miliciens à la presse étrangère sur place. Et d'ajouter que «si les Américains entrent plus avant dans notre quartier, ils le payeront de leur sang. Le rôle de notre armée est de protéger la population de Sadr City. Nous n'avons pas décidé de rompre la trêve signée au mois de juin par Moqtada Sadr. C'est l'occupant qui a déclenché les hostilités».Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc