×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Herbalife® - réactions d'hypersensibilité.Problèmes que pose l'achat on-line

    Par L'Economiste | Edition N°:1049 Le 29/06/2001 | Partager

    . Caroline Courtin, Katharina Hartmann , Prof. Walter H. Reinhart, Dr Max KuhnJusqu'ici, le CSPV a enregistré 5 rapports de réactions allergiques après consommation d'Herbalife® pour réduction de poids. Dans un premier cas, la patiente prend simultanément 4 différents produits Herbalife® par jour pendant six semaines au total. Elle se plaint, la première semaine déjà, de rhinite, de conjonctivite et de crises de dyspnée principalement nocturnes. Les troubles respiratoires incitent cette infirmière de soins intensifs diplômée à consulter un médecin. Elle ne se connaît aucune prédisposition allergique, et l'anamnèse familiale ne révèle rien à ce propos. Les tests cutanés indiquent une nette hypersensibilité aux graminées. Après l'arrêt d'Herbalife® et un traitement de 2 semaines avec des inhalations de budésonide et de salbutamol, ainsi qu'un spray nasal de fluticasone, les symptômes disparaissent complètement.Dans trois autres cas, il s'agit d'une urticaire généralisée. La cinquième patiente présente une urticaire avec un oedème de Quincke nécessitant un stéroïde. Pour autant que nous le sachions, l'âge des patients se situe entre 20 et 40 ans. Dans aucun cas, il n'y a eu de prise simultanée d'un autre médicament, de sorte qu'une interaction peut être exclue. Tous les patients ont vu leurs symptômes disparaître après avoir cessé de prendre Herbalife®.Ces rapports incitent le CSPV à s'informer de plus près sur les produits Herbalife®, d'autant plus que jusque-là, il n'avait enregistré qu'une seule notification d'effet indésirable avec un produit diététique, à savoir une patiente de 22 ans à prédisposition atopique présentant une urticaire généralisée après absorption de Modifast®. Ces recherches montrent que l'on obtient pas en Suisse de produits Herbalife® les canaux officiels de distribution. Une recherche avec le moteur Knowledge Server® ne donne qu'un article sur Herbalife en russe (1). Internet (2) en revanche fournit de nombreuses informations sur l'entreprise en question, son histoire, son mode de travail, etc. ce dont il est question plus loin.Herbalife®, l'entrepriseIl s'agit en l'occurrence d'une société anonyme à l'activité d'envergure mondiale dont le siège est en Californie et qui est représentée jusqu'ici dans 37 pays. L'idée maîtresse consiste à améliorer la qualité de vie au moyen de produits spécifiques, enrichis en “micronutriments”, censés servir de repas complet ou de compléments alimentaires. On promet au consommateur une diminution, un maintien ou même une augmentation de son poids.D'après les informations sur les produits, ceux-ci seraient préparés à base de plantes selon les dernières acquisitions scientifiques et sur recommandation du conseiller médical de la maison Herbalife®, le Dr David Katzin. Il n'est pas possible d'obtenir de plus amples renseignements sur la composition. En plus des produits diététiques, ce marché exclusif de la vente directe propose aussi divers produits de soins corporels, fabriqués aux Etats-Unis et distribués à partir de la Grande-Bretagne.Des gens formés par Herbalife® s'occupent de la vente dans les différents pays et opèrent selon le système de la boule de neige. Ils recrutent des collaborateurs par des méthodes “on-line” agressives, sans leur demander de connaissances particulières. On fait miroiter aux collaborateurs des gains mirifiques s'ils organisent des réunions d'information pour les intéressé(e)s à Herbalife®. Cela sert, non seulement à trouver des clients, mais aussi de nouveaux collaborateurs.Les nouvelles diffusées sur Internet varient quelque peu selon le pays et la langue, mais comprennent en général un message du président et fondateur de l'entreprise, Mark Hughes, le récit de quelqu'un qui, grâce à Herbalife®, a perdu un nombre considérable de kilos, et l'histoire d'un succès de vente. Tout tourne autour de deux pôles, d'une part le spectaculaire et le désir de bien-être, d'autre part le côté pécuniaire, voire mercantile. L'aspect scientifique fait défaut.La Suisse se situe au sixième rang des ventes européennes de HerbalifeOR. L'Italie, la Russie et l'Allemagne occupent les trois premiers rang. Quelque 70 conseillers Herbalife® opèrent chez nous, notamment en Suisse allemande, mais la représentation suisse de l'entreprise est domiciliée en Allemagne, peut-être pour des raisons légales.Problèmes d'accès aux médicaments par InternetL'Internet permet aux consommateurs d'avoir accès à des médicaments, à des compléments alimentaires et à n'importe quelle autre denrée en court-circuitant les canaux habituels de distribution, ainsi que le contrôle et les conseils nécessaires. Il s'agit là d'un marché qui ignore les frontières. Une commande “on-line” ne nécessite qu'une liaison e-mail et le numéro d'une carte de crédit. Pour les commandes de médicaments sous ordonnance en Suisse, on demande en règle générale un fax ou la copie de la prescription.Quoi qu'il en soit, celui qui commande peut ainsi obtenir des produits qui ne sont pas du tout autorisés dans son pays. C'est à lui, et à lui seul, d'évaluer les descriptions et indications des produits qui lui sont proposés sur Internet, une tâche à laquelle ses connaissances ne suffisent souvent pas. D'après une étude réalisée aux Etats-Unis, la moitié environ des informations sur Internet concernant des médicaments seraient incorrectes et 20% d'entre elles devraient même être considérées comme potentiellement dangereuses(3).Ce marché mondial qui s'ouvre aux possesseurs d'un ordinateur à modem implique un certain nombre de conséquences légales qui ne sont de loin pas réglées. Le phénomène est encore en pleine évolution. C'est pourquoi l'OMS, lors de son assemblée générale de mai dernier, a mis sur pied une commission chargée d'étudier les divers aspects de cette jungle juridique fort complexe.. ConclusionLa popularité d'Internet implique entre autres que médecins et pharmaciens se trouvent confrontés au fait que leurs patients peuvent obtenir des médicaments ou des compléments alimentaires sans les contrôles que nous connaissons habituellement. L'annonce par les médias de nouveaux médicaments ou produits diététiques non encore enregistrés joue à ce propos un rôle qui n'est pas à négliger.Le consommateur se trouve littéralement submergé d'informations à tendance publicitaire, ce qui peut lui faire perdre de son objectivité quant au besoin qu'il pourrait avoir du produit en question. Médecins et pharmaciens ont dès lors pour tâche, lorsqu'un cas présente des zones d'ombre, de penser à l'usage de médicaments ou compléments alimentaires acquis via Internet et d'orienter l'anamnèse en conséquence.Le CSPV s'intéresse vivement à tout effet indésirable soupçonné d'être en relation avec cette “consultation d'Internet” qui prend tant d'ampleur.


    Bibliographie

    1) Van Stein L; Turova EA: Herbalife a new product for weight correction. Vopf Kurortol Fizioter Fiz Kult (Russia), 1994; 2: 43-442) Adresses Internet: USA: http://www.herbalife.com. Schweiz: http://www.access.ch/herbalife - France:http://www.herbalife.com/fr3) Desai NS; Dole EJ; Yeatman ST; Troutman WG: Evaluation of drug information in an Internet newsgroup. J Am Pharm Ass (Wa, USA) 1997; NS37, 4: 391-394

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc