×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:67 Le 18/02/1993 | Partager

Bull annonce un gel des salaires

Le comité central d'entreprise du groupe Bull, qui devait fournir le 12 Février tous les détails sur le nouveau train de suppressions d'emplois annoncé il y a trois semaines, a été reporté à une date ultérieure . "Nous ne sommes pas prêts à présenter notre plan emploi 1993", a déclaré la direction du groupe. Ce plan requiert "de plus amples négociations avec les partenaires sociaux", a-t-il ajouté.

Annonçant un gel de l'ensemble des salaires, Bull souhaite proposer une contrepartie aux représentants syndicaux. Il s'agit de la généralisation du système de rémunération variable, mesure récemment annoncée par IBM et Digital Equipment. Ce système consiste à "remplacer les augmentations générales et individuelles par des primes de progrès, dont le niveau sera défini au niveau d'une équipe et sera fonction des résultats de celle-ci", explique la direction.

Distribution: Promodès augmente son volume de vente de 14%

En 1992, le volume d'affaires sous enseignes Promodès s'est amélioré de 14% à 126,3 milliards de Francs. Les bons résultats affichés en France (+ 13,6%), en Espagne (+13,4%), en Allemagne (+19,4%) et au Portugal (+17,9%) sont à l'origine de cette amélioration.

Le chiffre d affaires consolidé de Promodès, qui est associé à Wafabank dans Soframad, centrale d'achat sise à Paris, s'est inscrit en hausse de 10%à 84 milliards. Dans la distribution française, Promodès reste en deuxième position derrière Carrefour (131,8 milliards de Francs), devant Intermarché (113,6), Leclerc (113,8) et Casino (64,2).

Shell achète les résines de Rhône-Poulenc

La filiale américaine du groupe français Rhône-Poulenc, Rhône-Poulenc Inc., a cédé son activité résines époxy à la société Shell Chemical, selon un communiqué du chimiste. Toutefois, Rhône-Poulenc, qui explique cette cession par le souci de se recentrer sur ses activités stratégiques, continuera à produire ces résines dans son usine de Louisville, à Kentucky, mais le centre technique sera transféré dans les locaux de Shell, au Texas. Les résines époxy sont particulièrement utilisées dans le revêtement et les matériaux composites.

Schering: Recul du bénéfice net en 1992

Le groupe allemand Schering, qui s'est recentré sur la pharmacie et le phytosanitaire, ses activités traditionnelles, a clos l'exercice 1992 sur un bénéfice net consolidé de 262 millions de Marks, en baisse de 12 millions par rapport à 1991. Le chiffre d'affaires de Schering, en baisse de 2%, s'est établi à 6,2 milliards de Marks contre 6,3 milliards un an plus tôt.

Cependant, sa branche pharmaceutique a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 9%, et ce, malgré des pertes découlant de trop grandes variations de change.

Roussel-Uclaf: Profit en hausse de 71%

Le groupe pharmaceutique Roussel-Uclaf a enregistré en 1992 un bénéfice net de 1,02 milliard de Francs, soit une progression de 71,6% par rapport à 1991. Cette performance provient d'éléments exceptionnels, notamment de plus-values de cession qui ont compensé les dépenses de restructuration de plusieurs sites.

Abstraction faite de ces éléments exceptionnels, le résultat net n'aura progressé que de 11,9% à 735 millions de Francs.

Selon Roussel-Uclaf, toutes les branches d'activité ont progressé, à l'exception de la santé végétale. Par ailleurs, l'enveloppe consacrée à la recherche s'est accrue de 4,9% à 1,6 milliard. Celle allouée à l'investissement s'est développée de 11% pour atteindre 930 millions de Francs.

Valéo améliore ses résultats

Le bénéfice net (part du groupe) du numéro Un français de l'équipement automobile Valéo a connu en 1992 une croissance de 28% à 700 millions de Francs, selon de premières estimations. En hausse de 4%, son chiffre d'affaires a atteint 20,64 milliards. Son taux de marge net est donc passé de 2,7% en 1991 à 3,4% l'année suivante. Alors que les investissements et les charges de restructuration ont enregistré des progressions respectives de 33 et 55,8%,l'endettement de valéo, lui, s'est réduit. En effet, le ratio endettement net/actif net est descendu à 0,28 au lieu de 0,42. Mais, l'année 1993 s'annonce moins rose. "Les perspectives du premier semestre, dont celles d'une baisse d'activité en Europe", prévient l'équipementier, vont le pousser "à poursuivre et à accentuer les mesures nécessaires d'adaptation".

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc