×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi et Carrière
Le cinéma marocain en panne de techniciens

Par L'Economiste | Edition N°:3433 Le 28/12/2010 | Partager

. Seulement 694 professionnels déclarés. Création d’écoles spécialisées SILENCE! Moteur! Action! Qui sont les artisans du cinéma? La production d'un film met en commun un ensemble de collaborateurs dont on ignore trop souvent le rôle exact. L’industrie du cinéma au Maroc compte uniquement 694 professionnels déclarés, selon le Centre cinématographique marocain (CCM). «Il y a un manque énorme d’assistants de réalisation et de techniciens du cinéma», explique Mohamed Ismaïl, réalisateur et scénariste. Cette affirmation traduit un besoin réel en «main d’œuvre» cinématographique. Pour ce faire, un certain nombre d’écoles se sont lancées dans l’aventure de la formation aux métiers du cinéma, comme l’Ecole supérieure des arts visuels de Marrakech (Esav) ou encore l’Institut spécialisé des métiers du cinéma d’Ouarzazate (ISMC). Selon les professionnels, il y a un manque flagrant de ressources humaines qualifiées pour répondre à la demande croissante de ce marché qui se développe chaque année. Actuellement, le besoin se chiffre en moyenne à 80 professionnels par an.Une volonté politique et des réformes structurelles sont en train de mettre en place une véritable industrie à fortes potentialités (multiplication des sociétés de production, création d’école et de master dédiés au cinéma…). Celle-ci a un besoin en techniciens qui devient de plus en plus important. En effet, si l’on compte au moins 184 réalisateurs, dans d’autres métiers du cinéma, les compétences sont encore rares. Qu’on en juge: 4 techniciens seulement en effets spéciaux et uniquement 20 pour le montage dans tout le Royaume. «Dans les années 90, il n’y avait pas de chef de poste marocain, 6 ans après ça a changé», explique Hilal Abdelillah, directeur technique de l’Esav. Une évolution qui encourage de plus en plus les réalisateurs étrangers à venir tourner leurs films au Maroc.Les métiers du cinéma sont, en majorité, méconnus du grand public. Au delà des bien célèbres acteurs et réalisateurs, il existe toute une chaîne de travailleurs sans lesquels l’œuvre finale ne pourrait voir le jour. Tout commence par le producteur qui choisit les projets et les réalisateurs à qui il souhaite confier les tournages. Viennent, ensuite, le scénariste et le réalisateur. Ce dernier est, généralement, en charge de l'ensemble de la création artistique du film. Star ou débutant, l’acteur, quant à lui, doit donner vie à l’œuvre. A cette aventure se joignent d’autres intervenants comme le perchman qui est responsable du guidage du microphone principal, le chef monteur qui assure l'assemblage des plans et séquences du film, c'est-à-dire le montage, pour en faire cette succession d’images qui animent l’histoire écrite par le scénariste et voulue lors du tournage par le réalisateur. Le Maroc n’en compte que 64. Ce sont les techniciens de prise de vue et spécialement les cadreurs qui prennent en main et dirigent la caméra lors de prises de vues pour le cinéma ou la télévision. Encore plus rares sont les spécialistes du son en cinéma tels les mixeurs qui mélangent, équilibrent, harmonisent toutes les pistes sonores pour élaborer toute la bande sonore finale du film.Face à cette carence de techniciens qui handicape la création cinématographique nationale, les écoles de cinéma au Maroc proposent des formations, en plus des métiers cités, en effets spéciaux, en décors, en make-up, en machinerie… etc. Les facultés se sont aussi mise au cinéma avec l’ouverture d'une licence professionnelle d’études cinématographiques et audiovisuelles à la faculté des Lettres de Tétouan. Ainsi, «ISMC a formé jusqu’à aujourd’hui 252 lauréats», affirme fièrement Ahmed Ait Ouzdi, directeur de l’ISMC. Le Taux d’insertion pour ces diplômés avoisine les 100%, avec un délai moyen d’attente d’à peine 2 mois. «Il faut démocratiser ce genre d’école», réclame Mohamed Ismail. Cette revendication vient à cause du coup élevé de la formation qui va jusqu’à 50.000 DH par an dans certaines écoles.Ilham BOUMNADE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc