×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & Carrière
L’Université de Pérouse vend son master en management

Par L'Economiste | Edition N°:1809 Le 12/07/2004 | Partager

. La première promotion démarre en septembre prochain . Elle compte 36 étudiants dont 6 Marocains Un master en management ouvert sur la Méditerranée. C’est ce que propose l’Université pour étrangers de Pérouse en Italie. Derrière ce projet qui démarre en septembre prochain, deux femmes: Paola Bianchi de Vecchi, l’ex-doyenne de l’université, et Stefania Giannini, l’actuelle doyenne. Une même ambition les anime: la promotion et la diffusion de la langue italienne. “Nous avons monté ce projet pour améliorer la connaissance de notre langue et de notre système culturel”, souligne Paola Bianchi de Vecchi. Elles ont aussi pour ambition de densifier les échanges avec les pays du sud de la Méditerranée. “Nous souhaitons ainsi favoriser un brassage culturel entre nos pays avec un échange et un apprentissage mutuels des langues arabe et italienne”, explique Stefania Giannini. Les deux dames qui parlent un français approximatif veulent aussi l’amélioration de la connaissance des systèmes de production de ces pays. Ce master, monté et géré avec l’Université de Catania et la société financière Simest, est ouvert aux Italiens et aux étrangers issus des pays du sud de la Méditerranée. 11 pays sont concernés: Maroc, Tunisie, Algérie, Libye, Egypte, Palestine, Israël, Jordanie, Liban, Syrie et Turquie. Pour la rentrée prochaine, 36 étudiants vont suivre le cursus, 12 Italiens et 24 méditerranéens, dont 6 Marocains. Ils ont été retenus à l’issue d’un concours.A noter que les candidats doivent avoir moins de 30 ans, justifier d’une formation initiale (bac+4) en communication, économie ou ingénierie. La maîtrise des langues étrangères (français et anglais) figure aussi parmi les conditions requises. Une connaissance du système italien est un plus. Ce programme qui bénéficie du soutien financier de l’Etat italien prévoit une bourse de 1.000 euros/mois pour les étudiants étrangers sur toute la durée des études. Celle-ci est de 9 mois et commence en septembre pour se terminer en juin. Le master s’articule autour de deux grandes composantes, des cours de langues (arabe et italien) et un module de management interdisciplinaire (économie, finances, communication…). Pour les langues, une partie des cours se fera à distance (140 heures). Des conférences seront animées par des représentants d’organisations internationales (OMC, Cnuced) ou des responsables de différents ministères italiens. Les étudiants bouclent leur cursus avec un stage d’un mois et demi dans des entreprises et institutions italiennes publiques ou privées. Selon les initiatrices du projet, ce master offrira des débouchés professionnels aux lauréats aussi bien dans la région même de l’Ombrie (où se trouve l’université) ou plus largement, dans des pays de la région du Mena. “La priorité sera donnée à ceux qui font montre de meilleures aptitudes de communication”, prévient la doyenne de l’université, Stefania Giannini. Pour la rentrée 2005, les deux responsables prévoient une tournée dans la région pour mieux “vendre” leur projet. Celui-ci bénéficie actuellement du soutien financier de l’Etat italien (un fonds est monté avec la société financière Simest). Mais pour l’avenir, les initiatrices de ce master entendent lui garantir un autofinancement.


Carte de visite

L'histoire de l’Université pour étrangers de Pérouse remonte à 1921. A cette date, l’avocat Astorre Lupattelli, qui travaillait déjà à ce projet, institue dans sa propre ville des cours pour diffuser en Italie et à l’étranger la culture de sa région, l’Ombrie (son histoire, ses beautés naturelles et artistiques...). Jusqu’en 1926, les cours auront lieu dans les salles de l’Université de Pérouse. Et à partir de 1927, son siège sera transféré au palais Gallanga. Ce n’est qu’en 1992 qu’elle sera réordonnée université, dont font partie la faculté du langage et culture italienne et les départements de sciences de langage et de cultures comparées. En dehors de ces cours de langue et culture italienne, l’université offre aussi la possibilité, aux Italiens et étrangers, de préparer des maîtrises (8 au total).K. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc