×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Du 19 au 22 janvier à Casablanca : Premier congrès international "Ramadan et Santé"

Par L'Economiste | Edition N°:112 Le 13/01/1994 | Partager

Peut-on jeûner avec un diabète, une hypertension ou une grossesse? Il n'y a pas d'unanimité médicale pour permettre aux individus de décider. Un congrès international rassemblera 300 scientifiques et théologiens pour faire le point sur les recherches.

Le compte à rebours est commencé. Ramadan est de retour dans un mois avec les préoccupations de prières, mais aussi d'approvisionnement et de santé.

"La Fondation Hassan II pour la Recherche Scientifique et Médicale sur le Ramadan" organise du 19 au 22 janvier le premier congrès international "Ramadan et Santé". Objectif: faire le point sur la question. Ils seront donc prés de 300 participants, en provenance de 25 pays, à venir à Casablanca exposer leur point de vue. Parmi eux, un Prix Nobel de Médecine, le Pr Guillemin, installé aux USA.

Outre le Maroc, les grandes nations de l'Islam (Arabie Saoudite Malaisie, Egypte, Iran...) seront représentées, quel que soit leur rite Sunnite ou Chiite) avec leurs scientifiques et leurs théologiens: les doyens de la Karaouiyine et de la Zitouna seront là.

Cartographie du jeûneur

D'Europe et d'Amérique, où vivent des minorités musulmanes et quelques célébrités converties, viendront des spécialistes de toute confession. Ils sont invités sur la base de leurs compétences médicales (nutrition, sommeil, ulcère, diabètes, asthme...), qu'il faudra revoir du point de vue du jeûne et des rythmes du Ramadan.

Au total, près de 50 interventions sont prévues et qui devraient aboutir au plan scientifique:

- à rassembler pour la première fois les travaux effectués sous différentes latitudes;

- à constituer une base de données pouvant devenir une référence pour les médecins face à un jeûneur sain ou malade. L'idéal est de constituer une cartographie du jeûneur potentiel avec des fourchettes de paramètres (état gastrique, cardiaque, glycémie);

- à concevoir une méthodologie commune, un guide-line pour toutes les recherches sur le Ramadan.

Les recommandations devraient être publiées, quelques jours plus tard, et utilisées par les chercheurs pour le prochain Ramadan.

Placé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi, le colloque sera ouvert par Son Altesse Royale le Prince Héritier à la préfecture Hay Hassani-Aïn Chock qui a soutenu l'opération. Un Prix Hassan II de 120.000DH offert par le Ministère des Habous sera remis pour les meilleures recherches, lors du dîner de clôture que présidera Son Altesse Royale la Princesse Lalla Meriem.

L'idée de ce colloque avait germé il y a moins d'un an lors d'une journée du "Club du Médicament" sur la prescription médiamentaux pendant le Ramadan.

Les pharmacologues de l'équipe du Pr Farid Hakkou de la Faculté de Médecine de Casablanca avaient relevé un vide. Leurs homologues européens étudient les effets des médicaments, à travers le corps, en fonction de paramètres propres à leur société: stress, consommation d'alcool...

Dans les pays musulmans, Ramadan est un paramètre majeur. En effet, pendant 1/12 de l'année, les Musulmans bouleversent leur rythme d'alimentation et même de sommeil.

Horloges biologiques

Les prises de médicaments subissent des perturbations: le "comprimé par jour" disparaît, et "l'ampoule 3 fois par jour avant les repas" devient problématique. Même ce qui ne passe pas par la bouche: injections, suppos, gouttes nasales, ne fait pas le consensus. Au-delà de la prise de médicament, qui intéresse directement les pharmacologues, c'est toute la rythmique du corp qui est mise en cause par le jeûne. La chronobiologie sera un des grands axes du colloque. C'est l'étude des "horloges biologiques" qui perturbent peu ou prou la mémoire de l'étudiant, la vigilance d'un conducteur de machine, ou les capacités d'un cadre à résoudre un problème. Ces perturbations posent aux jeûneurs sains quelques problèmes: Aussi, ils attendent de la science des indications pour orienter l'aménagement de leur horaire ou de leur tâche.

Le malade, lui, attend dés repères pour prendre une décision, très personnelle, de jeûner ou pas.

Ces besoins, largement exprimés par le grand public, ont incité le Pr Hakkou et son équipe (Leïla Iraqui et Abdelouahab Tazi) à initier la création de la Fondation et à organiser le colloque.

Ils ont reçu, pour cette opération, le soutien matériel de Sa Majesté le Roi. Royal Air Maroc, l'industrie pharmaceutique, l'ISESCO, le Ministère des Habous ont apporté leur contribution. Une grande cause, dit le président d'honneur, le Pr Abdelhadi Boutaleb, pour qui, à cette occasion, "la science tend la main à la religion qui lui répond présent".

K.B.

Au programme: Médicament, sommeil, cholestérol...

Ouvert à la Préfecture Hay Hassani-Aïn Chock, le congrès se poursuivra à l'hôtel Sheraton jeudi 20 janvier dans l'après-midi.

Dans une salle, les participants débattront sur l'"Islam et Santé", autour du Pr A. Tazi Saoud de la Karaouiyine. Seront exposés les points de vue de la religion sur le jeûne et la grossesse, les pathologies diverses, les médicaments. En parallèle, dans une autre salle, une conférence se tiendra autour de "chronobiologie, sommeil et fonction cognitive". Elle sera présidée par le Pr Gillemenault. Seront discutés les effets du Ramadan (alimentation et sommeil perturbés) sur les rythmes biologiques et certains paramètres (glycémie, cholestérol...).

La matinée du vendredi sera consacrée à l'influence de la nutrition en quantité et en qualité (lipides ou protides...) sur les rythmes. Seront évoqués les problèmes de diabète et d'endocrinologie, d'une manière plus générale. L'après-midi sera consacré aux traitements de certaines pathologies pendant le mois de Ramadan: ulcère, asthme, et au comportement de certains processus physiologiques: sécrétions gastriques, croissance du foetus. La dernière journée sera consacrée à dégager une méthode de recherche commune, guide-line, sur les problèmes de Ramadan.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc