×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1674 Le 31/12/2003 | Partager

Maroc-USA: Des avis partagés

. SacrificeL'accord Maroc USA est-il bien sérieux? J'en doute fort. Le Maroc a adopté l'attitude typique des pays tiers-mondistes: il tente d'obtenir autant de concessions que possible d'une partie en la menaçant d'aller frapper à l'autre porte. Il faut savoir que le Maroc avait prévu depuis plusieurs années une baisse échelonnée des tarifs douaniers avec l'Union européenne, et voilà que surgit cette possibilité de conclure un accord de libre-échange avec les Etats-Unis. L'Union européenne se reprend alors, et rappelle au Maroc qu'elle a déjà engagé des fonds pour la mise à niveau et l'ouverture du marché marocain et l'invite à poursuivre les négociations pour libéraliser leurs échanges. Du coup, le Maroc devient un des nombreux théâtres de «l'affrontement» USA-UE, et la pression américaine pour la signature d'un accord de libre-échange culmine avec la visite de Colin Powell, tandis que le Maroc fait le fier avec le soudain regain d'intérêt dont il jouit au plan international. Mais à mon avis, on ne doit pas voir dans la volonté du Maroc de libéraliser ses échanges avec les USA une réelle motivation économique mais plutôt le fait que le Maroc est prêt à sacrifier son économie aux USA pour gagner leur soutien.K. El B. Rabat. Les vieux amisSeule l'Union européenne est digne de confiance en matière de coopération économique, car la France est là pour veiller sur les intérêts du peuple marocain. Comment peut-on décider en quelques semaines à ouvrir de façon plus importante le marché marocain aux capitaux et produits américains, alors qu'il a fallu plusieurs années de discussions avec l'UE? D'ailleurs, lorsqu'on sait que le Maroc est signataire des accords du GATT, on comprend mal son impatience vu qu'il est tenu par ses accords d'ouvrir son marché à l'horizon 2015 au plus tard. A cela s'ajoute le fait qu'une ouverture aussi brutale ne peut que nuire à un marché qui doit encore structurer et moderniser son réseau de distribution, consolider ses institutions financières et préparer le tissu industriel à la concurrence sur le marché intérieur. Voilà pourquoi ces négociations sont peu crédibles.Mac Dex. MéfianceIl ne faut pas oublier que se sont les USA les premiers demandeurs pour l'accord de libre-échange. Et lorsque la première puissance au Monde veut quelque chose peut-on la lui refuser?! Cet intérêt douteux pour notre pays ne cache-t-il pas d'autres visées à long terme? Relisons l'histoire récente des pays d'Amérique Latine où ils n'ont cherché que leurs propres intérêts. Alors un bon conseil MEFIANCE MEFIANCE ET encore MEFIANCE.Yassine G.. Tout à gagnerJe crois que de toutes les manières aucun pays ne peut vivre en autarcie. Nous sommes donc amener à établir des collaborations dangereuses certes, mais inévitables. Si nous voulons mettre notre tissus économique à niveau, lancer notre pays sur les rails de la croissance, la volonté ne suffit pas car elle résiste rarement à l'usure du temps. On a donc besoin de la concurrence avec les meilleurs pour raviver cette volonté et réhabiliter son caractère vital dans la conscience du citoyen marocain. De tels accords n'apporteront que du bon pour notre pays ; si ce n'est pas à court terme ça serait à moyen et long termes. Cela dépendra du temps que va mettre notre mentalité à changer mais elle changera.Adil E. A.. S'agit-il d'une «win win relation»?Pour répondre à cela, il suffit de jeter un coup d'œil sur l'ALE USA-MEXIQUE qui fait 15 tonnes. Les Américains sont réputés pour être de bons juristes, et le cadeau risque en effet d'être des plus empoisonnés. Mais en mettant tous les bons atouts de notre côté cela peut être payant.Silver. Le poids de l'EuroCet accord est une nécessité pour le Maroc afin de minimiser le poids de l'euro sur l'économie Marocaine. C'est d'autant plus visible dans le contexte actuel avec un Euro très fort par rapport au dollar. Je pense que la multiplication des accords ne peut être que bénéfique à condition, bien sur, de bien les négocier. Notamment avec les Américains qui, on le sait, ont une politique dévastatrice pour les pays du 1/3 monde dans les secteurs de l'agriculture et des médicaments.Tarik. Contre l'accord Je suis contre l'accord de libre-échange avec les USA car ce n'est qu'un cadeau gratuit que veut donner le Maroc aux Etats-Unis sans contrepartie. Après cet accord, nous verrons nos marchés envahis de produits américains et ou en est notre économie dans tout ça? Donc je vois que le Maroc n'a rien à gagner de cet accord. Mohammed Bassit

Retraites

. Respecter les loisLa seule solution est un «changement radical». Le Maroc a besoin d'un changement mais pas n'importe lequel! Pas avec des lois votées de temps à autre pour remplacer celles qui ne servent plus ou pour donner l'impression aux honnêtes Marocains que nos représentants au Parlement travaillent et défendent nos intérêts. Il faut arrêter de se f… de notre gueule, reformer les réformes, pour les réformer dans 3 ans. Copier des lois qui existent en Occident en enlevant quelques ingrédients et ajoutant un peu d'épices. Le Maroc a besoin d'une seule reforme mais radicale qui doit mettre au placard les hommes et les lois de «l'ancienne école», commencer un nouveau livre écrit par des gens sains qui pensent à l'intérêt des 30 millions de Marocains. Sortir de l'obscurité 2/3 de l'économie au noir, réglementer une nouvelle activé est une erreur capitale, les commerçants qui ne payent pas les impôts c'est un grand problème. Commencez cette giga-réforme par faire participer les petites mains, les imams, les profs, les élus, les associations et avant tout la presse. Le problème de notre pays est ce proverbe «les copains de mes copains sont mes copains». Un Etat sans recherche est condamné à ne pas avancer! La retraite est dossier très compliqué, la solution n'est pas les fonds de pension comme le pensent plusieurs de personnes pour deux simples raisons. Premièrement notre pays n'a pas une économie stable. Deuxièmement les lois ne sont pas respectées. Le principe des fonds de pension est l'arbitrage entre les sociétés les plus productives, la place financière de Casablanca ne compte qu'une cinquantaines de sociétés cotées. J. Ouyachou, Casablanca. Les oubliés...Pour commencer, j'évoque le taux de chômage qui est élevé. Cette catégorie de personnes qui n'a jamais travaillé et celle qui travaille en arrière plan sans être déclarée auprès d'un organisme de retraite, souffriront à l'âge de 60 ans (55ans). C'est une population importante qui demande une étude projetée vers l'avenir. . Retraite anticipée D'après les déclarations officielles, j'ai remarqué qu'il y a une préférence pour la généralisation du RCAR comme étant le régime de retraite le plus approprié. Mais, étant une adhérente à ce régime, je veux soulever une problématique: Pourquoi ce régime applique-t-il un taux d'abattement de 24% sur toute personne demandant une retraite anticipée? Il y a une incitation à attendre l'âge limite (60 ans) pour demander sa retraite.Mériem B. Salé, fonctionnaire

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc