×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Audit interne: des méthodes pour en faire une fonction de conseil

    Par L'Economiste | Edition N°:33 Le 11/06/1992 | Partager

    Un séminaire sur "la méthodologie et les techniques d'audit interne" a été récement, organisé par l'association Marocaine des audits consultant interne (AMACI).

    L'objectif de ces deux journées était, d'une part, de présenter l'Audit Interne et sa méthodologie et, d'autre part, d'amener les participants à réfléchir sur le devenir de la fonction dans le nouveau contexte, marqué par l'élargissement de celle-ci, de son cadre strict de "contrôle" au stade du conseil et d'assistance au management.
    La synthèse de cette rencontre se présente comme suit:
    Il convient de noter, au préalable, que toute mission d'Audit Interne devrait s'inscrire dans le cadre du:
    - cycle d'Audit qui s'étale sur une longue période (trois ans par exemple) et qui tient compte de plusieurs facteurs, notamment:
    · les risques qui pourraient mettre en cause la pérennité de l'organisation;
    · les domaines sensibles pour lesquels une dysfonction du "Contrôle Interne" s'avérait préjudiciable pour l'entreprise et, partant, deviendrait intolérable;
    · et, bien entendu, les préoccupations de la Direction Générale.
    - plan annuel qui spécifie le calendrier prévisionnel des missions, la liste des missions-programmées et les équipes qui y seront affectées.
    Cependant, la réussite d'une mission et l'efficacité des actions de l'Audit Interne passent par la maîtrise et l'utilisation d'une méthodologie spécifique et des outils appropriés.
    En effet, la méthodologie de l'Audit Interne correspond, en général, au déroulement de la mission proprement dite.
    Cette mission comprend (dans le temps) plusieurs phases et, notamment, celle relative à l'information des audités, celle de préparation ou d'étude, la phase du travail sur le terrain et, enfin, la phase de synthèse et du rapport.
    La phase pré-audit commence par l'information du responsable de l'entité, objet de l'Audit, et se prolonge par la reconnaissance du domaine à auditer. Cette dernière opération se concrétise dans les faits par un plan d'action qui détaille les objectifs de l'Audit, le programme des vérifications à entreprendre, les personnes à contacter et le timing prévision-nel des principales étapes de la mission. La phase de travail sur le terrain, qui est l'étape de vérification proprement dite, amène l'auditeur interne à définir une approche logique à sa mission et une démarche rationnelle pour cerner les problèmes. La dernière étape de la mission se termine par la rédaction et la diffusion du rapport de mission. Outre la qualité de sa rédaction et la logique de sa présentation, le rapport, qui est avant tout un moyen de communication et un outil pour l'action, devrait être concis, complet, compréhensif, exact, courtois, approuvé et opportun.
    Quant aux outils et supports de travail que l'auditeur interne serait amené à utiliser aux différentes étapes de sa mission, ils sont multiples. Ces instruments lui permettent de mener ces travaux avec le maximum d'objectivité et d'efficacité.
    Parmi les plus importants, on peut citer:
    - l'interview: cette technique, quand elle est menée avec intelligence, permet à l'auditeur interne d'instaurer avec l'audité un dialogue qui favorise un échange d'idées sur le problème à traiter et une meilleure communication:
    - le diagramme de circulation qui permet à l'auditeur interne de comprendre le processus organisationnel et décisionnel au sein de l'entité/opération auditée;
    - l'échantillonnage statistique utilisé en face d'une population importante, difficile à contrôler dans sa totalité en raison du coût et du délai;
    - le "questionnaire" qui comprend des questions usuelles à poser et les points clés à vérifier;
    - le Guide d'Audit est utilisé par l'auditeur interne pour préparer son programme de travail et l'orienter dans son intervention;
    - l'outil informatique qui constitue un moyen performant pour l'auditeur tant en cours de mission (échantillonnage, sélection des données) qu'en fin de mission (rédaction du rapport).
    Il importe de souligner, qu'au cours de la mission, l'auditeur interne fait appel à plusieurs supports de travail, notamment:
    - les Feuilles De Travail (F.D.T) qui constituent le dossier de l'auditeur interne et qui représentent la base documentaire qui l'accompagne depuis le lancement de sa mission jusqu'à sa fin:
    - les Feuilles de Révélation et d'Analyse de Problèmes (F.R.A.P.) qui lui permettent de mettre en relief les problèmes relevés au cours de sa mission et qui lui facilitent également la tâche pour la formulation de ses recommandations.
    Il est certain que la méthologie et les outils employés par l'auditeur interne sont indispensables mais non suffisants pour la réussite d'une mission. Aussi, faut-il que celui-ci intègre dans sa démarche:
    - le respect des normes pour la pratique professionnelle de l'Audit Interne qui visent, d'une part, l'établissement d'une base pour la conduite et la mesure des performances de l'Audit Interne et, d'autre part, l'amélioration de sa pratique;
    - le respect du code de déontologie de l'Audit Interne qui constitue le code d'éthique de l'auditeur interne.
    Parallèlement à ces aspects normatifs, l'auditeur interne doit faire preuve, au cours de ses missions, d'un grand souci de communication, de rigueur et de créativité.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc