×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Assassinat d'Albert Rébibo
“Il était fier d'être Marocain”

Par L'Economiste | Edition N°:1601 Le 15/09/2003 | Partager

Lors des obsèques d'Albert Rébibo, citoyen marocain de confession juive assassiné le 11 septembre, des figures emblématiques de la communauté juive du Maroc, affligées, se sont confiées à L'Economiste…. Serge Berdugo, président de la communauté judéo-marocaine«Pour le moment, il y a plusieurs pistes. Mais tant que les différentes enquêtes n'ont pas encore abouti, personne ne peut se prononcer et dire ce qui s'est passé ce 11 septembre. Ce qui importe, c'est que cet acte malheureux a été l'occasion d'une grande solidarité entre musulmans et juifs marocains qui, ensemble, dénoncent la violence. Une chose est sûre, nous n'allons pas nous laisser déstabiliser par cet acte abject. Entre-temps, il faut que tout le monde se mobilise pour que nos acquis historiques séculaires soient préservés. Le Maroc doit rester un pays tolérant et ouvert sur les cultures et sur le monde.Pour ce qui vient de se produire, il y a toujours des personnes qui font des mises en relation d'événements. Il faut dire que le 16 mai a eu lieu avant la visite du ministre israélien des Affaires étrangères. Reste la thèse du 11 septembre. Mais là encore est-ce une simple coïncidence? Dans tous les cas, nous allons nous battre parce que c'est notre pays et nous voulons qu'il reste tel quel. Nous voulons vivre normalement. Pour les réactions de la communauté israélite, il faut dire que, contrairement à ce que je craignais moi-même, elle a réagi avec beaucoup de sang-froid, de détermination ainsi qu'une certaine distanciation et de la mesure par rapport à l'événement. Elle a pris la mesure exacte de la situation parce que ce n'est pas un acte qui vise directement les juifs.Si un juif a été assassiné, c'est parce que cela permet la mondialisation des messages de haine».. Simon Lévy, professeur-chercheur et directeur du musée du judaïsme «Nous sommes consternés par ce qui vient de se produire. Aujourd'hui, il faut que tout le monde se mobilise pour lutter contre l'intolérance. Sinon, demain, le Maroc deviendra comme Kandahar ou Peshawar. A présent, la responsabilité incombe à nous tous Marocains. Et à leur tête les hommes politiques, les intellectuels, la société civile…. Tout le monde est responsable et devrait se mobiliser dans cette bataille idéologique». . Sion Assidon, membre du bureau de Transparency Maroc«De toutes les manières, il faudra mener des enquêtes pour élucider cet assassinat. Certes, nous avons affaire à des mercenaires qui, de par leurs actes, encouragent la séparation des Marocains pour que les juifs émigrent vers la Palestine. Il y a deux explications pour ce qui vient de se produire au Maroc, que ce soit pour le 16 mai ou l'assassinat d'Albert Rébibo.Il s'agit notamment de la situation en Palestine et de la politique que mène Sharon (vol de terres, construction du mur, implantations…). Ceci a nécessairement un écho quelque part. . Michel Azoulay, médecin et cousin d'Albert Rébibo«Albert était fier d'être Marocain et il a décidé de rester au Maroc contre l'avis de ses proches et de tous ceux qui ont décidé de partir. Nous avons le Maroc dans les tripes. Ce qui me paraît fondamental, c'est qu'il faut le garder intact. Mais le Maroc du 16 mai ne doit pas se reproduire». Propos recueillis par Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc