×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Accor se désengage de la restauration collective

    Par L'Economiste | Edition N°:271 Le 13/03/1997 | Partager

    Accor a confirmé son intention de céder une partie de sa participation dans le groupe britannique Compass, l'un des leaders de la restauration collective dans le monde. Le groupe hôtelier va vendre 11,5% de ses parts, soit plus de la moitié de sa participation fixée à 21,5%. Pour la multi-nationale, l'opération a un double objectif: "la poursuite du recentrage de l'entreprise sur ses métiers de base et la réallocation des ressources" promise par M. Jean-Marc Espalioux, à son arrivée à la présidence du directoire. Même en demeurant le principal actionnaire du restaurateur britannique avec 10% du capital, les experts estiment que l'état-major d'Accor juge que "la restauration rapide n'a plus de caractère stratégique pour l'entre-prise". Malgré tout, les deux parties n'ont pas l'intention de "divorcer". Il a été convenu que le groupe hôtelier ne descendra pas en dessous de ce seuil pendant une année et que toute transaction ultérieure de plus de 5% dans un intervalle de douze mois devra recevoir le visa du Conseil d'administration.

    Sur un plan strictement financier, Accor réalise au passage une bonne affaire. La transaction lui rapportera 2,4 milliards de FF (3,91 milliards de DH). Cette entrée de trésorerie permettra au groupe hôtelier de réduire son endettement estimé à fin 96 à 17 milliards de FF et "d'affecter des moyens supplémen-taires au développement des autres pôles d'activité de l'entreprise": l'hôtellerie, les agences de voyages et les titres de service. Il est à rappeler qu'Accor avait pris 22,5% de Compass en été 1995 à la suite de la cession d'Eurest, son pôle de restauration collective. A l'époque, Accor avait empoché 4 milliards de Francs, dont une partie payée sous forme de paquet de 707 millions d'actions Compass. A la Bourse de Paris, les opérateurs ont applaudi la nouvelle. Le titre Accor avait gagné plus de 3,1%, terminant la séance à 799 Francs. Selon la presse écono-mique française, cette opération constitue la première manoeuvre stratégique du nouveau patron. Accor confirme ainsi sa volonté de se désengager de la restauration collective qui fut l'une des activités-phare de son portefeuille.
    Du côté de son partenaire, l'on estime que la réduction de la participation d'Accor permettra d'élargir l'actionnariat.

    Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc