×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

«L’Etat islamique» plie mais ne rompt pas

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4739 Le 29/03/2016 | Partager
Ses finances ont été impactées par la chute des prix du pétrole
Après la perte de Palmyre, l’organisation est sur la défensive

Au lendemain de la reprise de la ville de Palmyre, le régime syrien pourchassait, les jihadistes du groupe Etat islamique (EI). Une victoire pour l'armée qui veut arracher cette organisation de ses principaux fiefs en Syrie.
Hier lundi, l'armée (appuyée par la puissante aviation russe et des milices) se préparait à lancer l'assaut sur les villes d'al-Qaryatayn et Sokhné. Palmyre serait la base à partir de laquelle s'étendront les opérations contre le groupe terroriste notamment à Deir Ezzor et Raqa. L'EI a perdu en 20 jours de combats, à Palmyre, 400 jihadistes, soit le bilan le plus lourd dans une seule bataille depuis l'émergence du groupe dans le conflit en 2013, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Dans plusieurs tweets, il est précisé que l'armée syrienne aurait découvert les restes d'un marché à esclaves installé par l'EI à un carrefour de la ville de Palmyre. L'EI est évidemment plus faible que par le passé. Ses finances ont été lourdement impactées par la chute des prix du pétrole. L’organisation terroriste avait décidé aussi de réduire de moitié les salaires de tous ses combattants. Elle contrôle plusieurs zones pétrolières tant en Syrie qu’en Irak, ce qui en fait le groupe terroriste le plus riche jamais observé (voir la chronique de Jean-Louis Dufour dans l’édition
N°4407 du 26/11/2014). Daech tirerait du pétrole près de 800 millions de dollars par an, selon le cabinet américain IHS.  Une autre étude du Centre d'analyse du terrorisme avait évalué la fortune de l'organisation terroriste à près de 2.200 milliards de dollars.
Le chef des Antiquités syriennes, Maamoun Abdelkarim, a assuré à l'AFP que Palmyre «redeviendra comme avant». Il a estimé qu'il «faudrait cinq ans pour réhabiliter les monuments détruits ou endommagés, après l'approbation de l'Unesco». A Palmyre, 80% du site seraient en bon état.
De l'autre côté de la frontière, en Irak, l'EI est aussi la cible d'une large offensive de l'armée qui cherche à reprendre son fief de Mossoul (nord), avec le soutien de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.
Alors que les grandes puissances sont déterminées à en finir avec l'EI, les forces pro-régime concentrent leur combat contre le groupe jihadiste, à la faveur d'une trêve avec les rebelles syriens entrée en vigueur il y a un mois.
En aidant l'armée syrienne à reprendre Palmyre, la Russie a confirmé le rôle majeur qu'elle joue dans le conflit syrien. Elle a montré qu'elle a toujours assez de moyens militaires sur place pour intervenir, malgré le retrait du gros de son contingent.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc