×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L’avenir de l’Internet se décide à Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:4724 Le 08/03/2016 | Partager
Record historique de participation pour la conférence de 4 jours
Le plan de transition de l’organisation au menu

 

p

2.040 participants délégués et 150 représentants des gouvernements, un record historique pour la 55e réunion de l’Icann (Internet Corporation For Assigned Names and Numbers) à Marrakech. Jamais l’organisation qui gère le spectre de l’Internet n’en a rêvé autant. La ville lui porte bonheur et les managers de l’Icann ne regrettent pas leur choix. Il faut dire que la 55e rencontre est historique à tous les niveaux. Elle coïncide avec la dernière phase de l’initiative du processus en cours pour consentir un plan de transition du modèle de gouvernance du système mondial des ressources Internet, maintenant que les Américains ont décidé de lever leur tutelle sur l’Icann. Ce plan n’est pas sans conséquence dans son organisation. Les acteurs (la communauté de l’industrie des DNS, la société civile, les gouvernements et la communauté scientifique et technique) qui en dépendent écrivent eux-mêmes leurs nouveaux pouvoirs, du service client aux décisions stratégiques.  

Aujourd’hui et après deux ans de travail, la  proposition de l’Icann est presque prête et pourrait être annoncée et votée à Marrakech pour que, dès septembre 2016, l’organisation devienne autonome, indique Steve Croker, président du conseil d’administration de l’Icann. Pour les Américains, ce plan doit présenter 4 exigences clés à respecter: le multipartisme, la sécurité financière, l’absence de frontière pour la ressource qu’est l’Internet - l’Icann devant être suffisamment protégée contre la capture- et la poursuite organisationnelle et opérationnelle dans l’exécution de sa mission technique. C’est ainsi que d’importantes questions liées au processus de transfert de la supervision des fonctions à la communauté multipartite, au rôle évolutif de l’Icann dans la gestion du système mondial des noms de domaine au rôle des gouvernements au sein de la communauté multipartite de l’Icann seront débattues pendant la conférence  de Marrakech avant l’annonce officielle (ou pas) de l’adoption du plan. Il faut savoir que ce n’est pas l’avenir d’une organisation dont on discute, mais de cette ressource qu’est l’Internet, insiste Aziz Hilali, président d’Afralo (African At-Large Organization/Icann). Son évolution  dans le monde représente un indicateur fondamental de la centralité de cette ressource dans la stimulation de la croissance économique des nations. «L’évolution remarquable de la connectivité, qui affiche aujourd’hui plus de 3,2 milliards d’individus connectés, les progrès technologiques impressionnants et la concentration des revenus à plus de 90% dans les pays développés sont autant de facteurs qui font que la gouvernance de l’Internet se positionne au cœur des politiques internationales et nationales», estime Moulay Hafid Elalamy, ministre marocain du Commerce et des TIC qui a présidé la réunion du GAC (comité consultatif gouvernemental) lundi matin. Réunion à laquelle ont participé un grand nombre de ministres présents à Marrakech et qui ont des attentes au sujet du rôle du GAC et la façon dont il exerce ses responsabilités pour faire en sorte que l’intérêt public soit pleinement pris en compte dans le processus de transition en cours.

Le GAC est un comité consultatif de l’Icann, composé de représentants de gouvernements nationaux et d’entités autonomes dont la mission est de donner des conseils ayant trait à la dimension de politique publique relative au système des noms de domaine.  A l’Icann, tous les acteurs sont sur un pied d’égalité: gouvernements, utilisateurs, société civile et opérateurs. C’est ce multipartisme que les acteurs souhaitent maintenir.

 

En direct

 

c

• Goran Marby prend le relais après Fadi Chehadé qui, de l’avis de tous les acteurs de la communauté Icann, a réalisé un excellent travail en permettant d’activer ce plan de transition. Le Suédois Marby qui le remplace à la présidence est actuellement DG de la Swedish Post and Telecom Authority.
 

 

Standing ovation pour une des chevilles ouvrières de la 55e rencontre de l’Icann, celui que l’on appelle «Mr Icann» au Maroc, Aziz Hilali. Cet enseignant à l’INPT et président de l’Isoc Maroc participe activement à diverses organisations gouvernementales d’Internet et informatiques internationales. Il est très actif à l’Icann où il préside l’Afralo (African At-Large Organization/Icann).

 

Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc