×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Energies renouvelables
Engie veut accélérer en Afrique

Par L'Economiste | Edition N°:4719 Le 01/03/2016 | Partager
«Nous voulons croître d'au moins deux chiffres»
L'entreprise compte s'élargir à une dizaine de pays

Engie Afrique dirigé par Bruno Bensasson, veut élargir son champ d'intervention en Afrique. Le faible taux d'électrification du continent offre de nombreuses opportunités à l'opérateur français. (Photo: Jarfi)

Présent au Maroc et en Afrique du Sud, Engie, ex GDF Suez, voit plus grand en Afrique. L'opérateur français veut s'étendre sur une dizaine de marchés. «Notre volonté est d'être un acteur important avec des parts de marchés significatives dans la durée», confie Bruno Bensasson, directeur général Engie Afrique. Avec un taux d'électrification d'à peine 32% en Afrique subsaharienne, les opportunités sont nombreuses. Le regain d'intérêt d'Engie pour l'Afrique intervient dans un contexte peu favorable pour l'opérateur sur ses marchés traditionnels. L'Afrique pourrait tenir un rôle plus important dans la nouvelle orientation stratégique du groupe.

-L'Economiste: Quel est votre portefeuille de projets en Afrique?
-Bruno Bensasson:
Pour le moment, nous avons un portefeuille de projets dans l'électricité, les énergies renouvelables, le gaz naturel dans différentes régions d'Afrique. Il y en a certains qui sont très avancés, d'autres moins.

-Engie ne cache plus son appétit pour le continent. Quels sont les objectifs à moyen terme?
-Nous voulons croître d'au moins deux chiffres, accompagner le marché énergétique africain. Notre volonté est d'être un acteur important avec des parts de marché significatives dans la durée dans une dizaine de pays avant d'aller plus loin.

-A quels marchés accordez-vous la priorité?
-Nous allons rechercher les pays qui présentent à la fois un bon potentiel de développement économique et un cadre réglementaire propice aux investissements. Mais cela ne fait pas une liste arrêtée.

-Qu'est ce qui est le plus difficile dans la conduite des projets de ce type sur le continent?
-Nous avons beaucoup d'enthousiasme à porter ces projets et beaucoup de raisons de penser que nous allons y arriver au service de l'Afrique. Je ne parlerai pas de difficultés, mais, il y a naturellement des enjeux, comme celui des ressources humaines. Vous avez également des enjeux en matière de sécurité des investissements. Dans nos métiers, ce n'est pas tellement un sujet d'argent. Il y a à travers le monde de l'épargne mais, le challenge est de l'attirer vers l'Afrique. Cela suppose d'avoir une régulation qui laisse penser à l'investisseur qu'il va trouver une profitabilité raisonnable par rapport au risque qu'il prend. Et cela, c'est tout l'enjeu d'une bonne gouvernance. Il revient aux pouvoirs publics de les installer. Nous pouvons donner notre avis si on nous sollicite. Mais, c'est la responsabilité des pouvoirs publics de mettre en place l'environnement adéquat en fonction de leurs convictions ou encore de leur vision sur le mix énergétique.

-Vous demande-t-on votre avis?
-Ce genre de forum (ndlr: Forum international Afrique Développement organisé par Attijariwafa bank et Maroc Export) est un lieu intéressant pour pouvoir discuter, échanger sans opposition public/privé. A la fin, c'est dans l'intérêt de tous de construire ces systèmes. Il n'y a pas de modèle unique. Chacun doit choisir le sien. Nous le savons très bien. Ce sont des sujets de souveraineté nationale.
Propos recueillis par
Franck FAGNON
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc