×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Finances-Banques

    Sombre bilan pour les sociétés de Bourse

    Par L'Economiste | Edition N°:4682 Le 07/01/2016 | Partager
    Les indicateurs financiers en chute libre
    Pas d’inquiétude chez les brokers

    Les sociétés de Bourse ont réalisé un chiffre d’affaires total de 168 millions de DH en 2014, soit une baisse de près de 3% par rapport à 2012. Le résultat net des sociétés de Bourse poursuit sa tendance baissière passant de près de 45 millions de DH en 2012 à près de 14,5 millions en 2014, accusant un plongeon de 67%.

    La santé financière des sociétés de Bourse ne semble guère s’améliorer. Entre 2008 et 2014, leur chiffre d’affaires s’est érodé de plus de 60% pour se limiter à 168 millions de DH. Le résultat net, quant à lui, a été divisé par 14 sur la même période. La baisse s’est installée depuis la crise de 2008. «C’est une année qui a marqué une rupture avec l’évolution positive des principaux indicateurs financiers des sociétés de Bourse», remarque un professionnel du marché. Ceci même après le regain du volume des transactions enregistré il y a quelques années. En 2015, les échanges sur le marché central ont drainé plus de 28,8 milliards de DH, en hausse de 4% par rapport à l’exercice précédent. Le CDVM s’étonne lui-même de ce constat dans son dernier rapport: «Bien que le volume des transactions sur le marché central ait connu une légère  progression entre 2013 et 2014, l’ensemble des indicateurs financiers des sociétés de Bourse ont poursuivi leur tendance baissière».
    En 2014, douze sociétés (sur 17) ont affiché des résultats d’exploitation négatifs. Cette situation catastrophique ne semble pas inquiéter bon nombre de brokers. Les sociétés les plus importantes sont généralement affiliées aux grandes banques de la place (60%). «Côté finances, nous avons souvent le soutien de la maison-mère», affirme un analyste. Sinon, d’autres sources de revenus existent. Entre les opérations sur titre, le conseil, l’ingénierie financière… le cœur de métier est bien défini pour les 17 sociétés de Bourses présentes sur le marché. Mais l’activité d’intermédiation est toujours prédominante dans leur chiffre d’affaires. Elle atteint près de 148 millions DH (80,17%), suivie des activités de placement avec 4,04% et de garde des titres avec 3,84%.
    La chute significative du niveau de liquidité sur le marché pourrait forcer les sociétés de Bourse indépendantes à mettre la clé sous la porte. Pourtant, l’ambiance semble bien décontractée chez ce type d’intermédiaire. Pour certains, l’état d’alerte n’a pas lieu d’être surtout si les fonds propres ont été comptabilisés antérieurement. D’autres relativisent, «des rapprochements entre des fonds d’investissement, des banques et les sociétés de Bourse pourraient être pressentis pour préserver l’équilibre du marché boursier», avance un financier.
    Entre temps, la baisse de l’activité du marché continue à induire une baisse des effectifs des intermédiaires en Bourse. Ils sont passés de 229 personnes en 2013 à 221 en 2014.
    A.Lo
     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc