×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Généralisation des horodateurs à Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:4674 Le 23/12/2015 | Partager

    ■ Une bonne idée
    Je viens d’apprendre que des horodateurs seront installés dans les principaux boulevards de Casablanca dont notamment Ghandi, Massira Khadra ou encore Roudani. Personnellement, travaillant dans la région, je payais environ 200 DH par mois mon stationnement et cela me revenait particulièrement cher !  Désormais, il sera possible de payer en une seule fois mensuellement un tarif de 50 DH par le biais d’un macaron. Je suis donc tout à fait enthousiasmé par cette initiative, bien que les gardiens de voiture trinqueront sans aucun doute.
    G.Y.
    ■ Les gardiens révoltés
    Les gardiens de parking ont fait grève et sont totalement contre la généralisation d’horodateurs dans le Grand Casablanca. L’Etat leur propose pourtant un redéploiement et l’opportunité d’exercer la fonction de salarié en bénéficiant d’avantages tels que l’assurance ou encore la retraite. Cependant, il faut croire qu’ils gagnaient très bien leur vie, d’autant plus que le métier leur permettait d’arrondir leurs fins de mois en lavant les voitures par exemple.
    H.O.

                                                                     

    Gestion des grandes villes: Limitons le nombre d’élus!

    Je condamne la manière honteuse dont s’est déroulée la dernière session du Conseil de la ville de Rabat. Des conseillers ont demandé à avoir la parole avant le début de la séance, chose que le maire, issu du parti PJD, Mohamed Sadiki, a refusée. Le groupe d’opposition a alors arraché le micro au maire, ce qui a donné lieu à des débordements! Casablanca a été paralysée pendant des années. Rabat est sous tension. Oujda n’a plus de Maire. Si les villes marocaines fonctionnent aussi mal, ce n’est pas parce que les Marocains sont moins démocratiques que les autres peuples. C’est aussi parce qu’il y a beaucoup trop d’élus au Maroc. Los Angeles est gérée par moins de 15 personnes. Londres est gérée par moins de 10 personnes.  Goldman Sachs est gérée par 16 personnes. Les problèmes de nos villes sont structurels. La législation sur les communes est en effet terriblement mal conçue. Il faut donc la faire évoluer pour limiter le nombre d’élus et améliorer le mode de scrutin. Des villes mal gérées mèneront au désastre économique et social. Il suffit de voir les tensions sociales grandissantes à Tanger et Fès pour s’en inquiéter…
    T.G.

                                                                     

    Derby, la catastrophe ambulante

    ■ La wilaya doit réagir!
    Le niveau de hooliganisme atteint lors des matchs de football à Casablanca est absolument inacceptable! Pourquoi un stade prévu pour 60.000 personnes reçoit 80.000 spectateurs?   Les Casablancais en ont vraiment marre de ce hooliganisme. Nous avons des droits comme tout le monde. Est-ce qu’il faut que les honnêtes gens défilent eux aussi dans les rues pour demander la sécurité? La loi autorise la wilaya à interdire toute activité représentant un trouble pour l’ordre public. Pourquoi refuse-t-elle de le faire? Que les pouvoirs publics de Casablanca assument leurs responsabilités. Nous en avons vraiment assez!!
    T.G.
    Marre de la casse!
    Il y en a marre de la gêne, voire même de la casse occasionnée par les matchs ayant régulièrement lieu au complexe Mohammed V, et notamment le fameux «derby» confrontant le Raja et le Wac. Habitant à quelques rues du stade, je vis à chaque fois un véritable enfer. Tout d’abord, j’éprouve des difficultés à rentrer ou à sortir de chez moi durant les heures de match, mais également avant et après! Il faut alors que je reste «cloîtré» à la maison en attendant que cela passe,  ruinant ainsi ma journée. Il faut par ailleurs que je gare ma voiture le plus loin possible, afin qu’elle ne soit pas exposée au risque d’être réduite en bouillie par ces «vandales».  Autre problème auquel je suis régulièrement confronté, la violence… Il est hors de question que moi-même ou l’un de mes proches se «balade» dans mon quartier le jour ou le soir en question. Ils seraient en effet largement menacés par cette horde d’hooligans assoiffés de haine et de rage qui cassent tout sur leur passage et ne connaissent ni respect ni lois…
    Un lecteur énervé!
    Il faut agir au plus vite!
    Le derby qui s’est tenu le 20 décembre dernier a tourné au désastre. Les hooligans ont cassé des voitures, agressé des passants et commis des vols. Au niveau des zones touchées, l’on citera, entre autres, Maarif et son extension, le quartier Gauthier ainsi que le parc de la Ligue arabe.  Il faut à tout prix interdire jusqu’à nouvel ordre ces matchs qui dérangent clairement les Casablancais et les exposent au danger. La solution? Construire un stade hors Casablanca, qui serait situé en pleine périphérie dans une zone si possible très peu habitée. Agissons et vite!
    H.P.

                                                                     

     

    ■  Arriverons-nous à sauver les cultures céréalières?
    Les cultures céréalières sont directement menacées par le retard des pluies cette année. C’est en tout cas ce que nous apprend l’article sur le sujet paru dans votre édition du 18 décembre.
    L’absence des pluies en cette raison a eu pour conséquence un jaunissement des cultures précoces telles que l’orge. Mais ce sont les cultures pluviales qui sont les plus exposées.
    Pour changer la donne et sauver ce qui peut être sauvé, le ministère de l’Agriculture a pris la décision de dresser le diagnostic de la situation afin de déterminer des mesures d’urgence.
    Si la situation stagne, un plan d’aide sera ainsi proposé aux agriculteurs concernés. Il sera notamment question de rééchelonnement des dettes et de soutien aux éleveurs. Je trouve particulièrement saluable l’initiative du ministère.
    L’agriculture ne doit en aucun cas être négligée car elle représente un secteur clé de l’économie du Royaume. Fort heureusement, toute catastrophe est pour le moment évitée grâce notamment à un taux de remplissage des barrages agricoles plus qu’honorable.
    F.S.
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc