×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Attentats de Daech en Tunisie: Ça suffit!

    Par L'Economiste | Edition N°:4660 Le 03/12/2015 | Partager

    ■ Le pays frappé de plein fouet
     Après Paris, Bamako, Ankara ou encore le Sinaï, la terreur et la violence aveugle continuent à frapper de plein fouet le monde. Les populations mondiales sont toutes plongées dans un climat de paranoïa et d’angoisse absolu! Le dernier pays touché par ces attentats n’est autre que la Tunisie. En effet, le 24 novembre dernier, un kamikaze s’est littéralement fait exploser à l’intérieur d’un bus de la sécurité présidentielle, dans le centre-ville de Tunis. Pas moins de douze membres de la garde présidentielle ont été tués et l’état d’urgence a été décrété dans tout le pays. Quand ces actes odieux vont-ils cesser? Nous en avons assez de compter les morts et de perdre nos proches! Réagissons et vite avant qu’il ne soit trop tard…
    H.S.
    ■ De sérieuses mesures prises
    Les autorités tunisiennes ont rapidement réagi suite aux attentats. Ainsi, depuis le 25 novembre, le pays a tout bonnement fermé ses frontières avec la Libye pour deux semaines. Il faut croire que la situation politique libyenne a favorisé l’installation et la prolifération des groupes de l’Etat islamique…  Outre la fermeture, la surveillance sera renforcée dans les aéroports et sur les frontières maritimes. Et ce n’est pas tout. Le conseil de la sécurité nationale a également annoncé le recrutement de pas moins de 3.000 agents dans l’armée pour 2016 et autant au ministère de l’Intérieur. Je suis rassuré d’apprendre que la Tunisie prend toutes les mesures  nécessaires pour défendre son territoire contre toute éventuelle attaque terroriste. Néanmoins, il faudrait prévenir plutôt que guérir, et cela dans l’ensemble des pays visés par Daech. Surveillance accrue des frontières, rondes régulières des soldats, enquête des services secrets pour se prémunir de toute offensive djihadiste … Les moyens ne manquent pas!

    J.P.

                                                               

    ■ COP21, un joli coup de marketing
    Présente en force à la COP21 à Paris, la délégation marocaine a réussi un bel exercice de marketing en vendant la vision marocaine et les stratégies mises en place pour agir contre le réchauffement climatique. Rabat, qui développe ses propres solutions, se veut aussi un modèle pour le continent africain dans sa lutte contre les changements climatiques.
    D. L.

                                                               

    ■ Ecoles publiques: L’illettrisme s’installe !
    J’ai été particulièrement étonné d’apprendre dans votre article du 23 novembre dernier sur le sujet  que l’école publique avait touché le fond. L’on découvre ainsi que près de trois enfants sur quatre en 4e année du primaire sont illettrés! Le système éducatif doit réellement être réformé. Il n’est pas normal que des enfants en 4e année du primaire ne sachent ni lire ni écrire. Il faut absolument changer la pédagogie d’apprentissage et former davantage les enseignants. Des cours de soutien pour venir en aide à ces jeunes élèves en difficulté scolaire seraient favorables à leur développement.
    H.O.
    ■ Education inclusive pour enfants handicapés: Une excellente initiative
    Le projet «Pour une meilleure éducation inclusive dans la région Souss-Massa-Draâ», développé en 2014, avait pour objectif de favoriser et développer l’éducation des enfants en situation de handicap et de sensibiliser le grand public sur le droit de ces enfants à une éducation inclusive. Afin de mettre éventuellement sur les rails le modèle marocain de ce projet et de tirer les conclusions apprises de cette expérience, un séminaire vient d’avoir lieu à la wilaya d’Agadir le 26 novembre dernier, organisé par l’Académie régionale de l’éducation et de la formation de Souss Massa. Un évènement qui invitait à une réflexion sur les modalités d’une duplication de l’expérience régionale et qui comprenait un débat sur l’expérience des classes d’intégration scolaire au Maroc. Je trouve qu’il s’agit d’une excellente initiative qui permettra de démarginaliser les enfants en situation de handicap. Ils ont en effet le même droit à la formation. De plus, l’accès à l’éducation représente un moyen pour eux de mener une vie enrichissante par la suite, aussi bien sur le plan socioculturel que sur le plan économique. Un pas essentiel à franchir afin que le pays évolue!
    K.O.

                                                               

    ■ Fièvre aphteuse: Une contagion importée ?
    Je souhaite réagir à l’article paru dans votre journal et intitulé «Fièvre aphteuse: l’état d’urgence». Il est particulièrement curieux de noter que cette situation intervient moins de deux mois après l’Aid El Adha, sachant que les flux de bétail sont importants aux quatre coins du Maroc durant les jours qui précèdent cette fête. Je me demande s’il ne s’agit pas d’une contagion importée, d’autant plus que les pays voisins en sont déjà atteints. Si tel est le cas, pourquoi avons-nous tardé à réglementer sérieusement le transport du bétail entre régions ?
    A.Z.

                                                               

    ■ Médina de Marrakech: Anniversaire de sa reconnaissance par l’Unesco
    Je suis particulièrement fier d’apprendre, après avoir lu votre article sur le sujet paru le 26 novembre dernier, que la ville de Marrakech fête actuellement les trente ans de sa reconnaissance par l’Unesco en tant que patrimoine mondial. Il faut dire que c’est amplement mérité et justifiable. En effet, l’on sait que cette médina est réputée pour ses monuments d’exception qui remontent à l’époque des Almoravides, dont notamment la mosquée de la Koutoubia, mais également pour ses remparts, ses jardins ainsi que ses portes monumentales. J’ajoute par ailleurs que ce lieu a été particulièrement bien conservé jusqu’à aujourd’hui. La médina est en effet parvenue à garder au fil du temps sa conception d’origine, ses matériaux de construction ainsi que son environnement naturel. D’autre part, les réaménagements réguliers de ce lieu ont largement respecté la volumétrie et le style d’origine via l’utilisation de matériaux traditionnels.
    H.P.
    ■ Plan de relance de l’emploi: Une excellente initiative!
    J’ai été agréablement surpris d’apprendre la mise en route d’un nouveau plan pour dopter l’emploi dans votre journal datant du 1er décembre. L’on y apprend que l’Anapec souhaite instaurer un plan de développement pour relancer l’emploi sur la période 2016-2020.
    Un programme comprenant une large série de mesures, parmi lesquelles la formation de plus de 500.000 demandeurs d’emploi ou encore le renforcement de l’auto-emploi. Objectif: assurer l’intégration de 445.000 chercheurs d’emploi. Il était temps ! Le nombre de chômeurs, et notamment d’étudiants chômeurs, ne cesse en effet d’augmenter depuis quelques années. Il fallait à tout prix que le gouvernement réagisse et trouve des solutions pour les sortir de cette impasse! Car, selon moi, éduquer les citoyens ne suffit pas. Il faut aussi leur garantir une place sur le marché de l’emploi…

    G.A.

                                                               

    ■ Sida: Il faut sensibiliser!
    Moins de 10% des jeunes au Maroc ont réalisé un test de dépistage du virus du Sida. C’est trop peu! Il est temps de sensibiliser sérieusement cette catégorie de la population aux dangers qu’elle court au quotidien! Dans votre article sur le sujet paru le 1er décembre, l’on apprend qu’il est possible de mener une vie normale si le virus est détecté suffisamment tôt. La meilleure solution pour éviter le pire consiste donc à se faire dépister. En effet, plus on attend, plus les chances de guérir s’amoindrissent!
    F.G.
    ■  Nouvelles voies ferrées: Un impact sur la santé des riverains
    Au niveau de la ville de Mohammedia, l’ONCF a débuté ses activités d’instauration de nouvelles voies ferrées qui accueilleront désormais la LGV.  Une troisième voie est en effet en cours mais l’ONCF ne se soucie guère de type de nuisances excessives, scandaleuses et pénalisantes qu’il impose aux riverains qui sont situés entre Hay Ennahda et Riad Sallam au même niveau que la grande surface Marjane de Mohammedia. En effet, la non-conformité de la distance qui séparent les habitations de telles installations est flagrante (seulement une vingtaine de mètre ou moins) et est hors norme et nuit à la psyché et la santé des personnes.
    Mme Khadija Kouhaila

     

     

     
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc