×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    L’OCDE élargit l’enquête PISA au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:4548 Le 16/06/2015 | Partager
    Un programme pour accompagner les réformes
    Croissance, gouvernance, inclusion sociale… les piliers

    L’OCDE et le Maroc ont signé, hier 15 juin à Paris, un protocole d’accord relatif à l’établissement

    Carlos Conde

    du «Programme-pays Maroc». Cet accord de coopération a été signé par le secrétaire général de l’Organisation, Angel Gurría, et le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. Le Maroc est l’une des trois économies partenaires aux côtés du Kazakhstan et du Pérou à bénéficier de ce programme de coopération bilatérale. Carlos Conde, chef de la division Moyen-Orient et Afrique, Secrétariat des relations mondiales à l’OCDE, revient en détail sur ce programme.
    - L’Economiste: En quoi consiste l’accord signé entre le Maroc et l’OCDE?
    - Carlos Conde:
    Il s’agit d’une  collaboration prévue pour deux ans visant à appuyer l’élaboration et la mise en œuvre réussie des réformes nécessaires au développement socio-économique du Maroc, et de rapprocher le pays des bonnes pratiques et standards promus par l’OCDE. L’accord, appelé «Programme-pays», permettra la réalisation d’examens des politiques publiques, la  participation du Maroc à certains organes de l’OCDE et enfin l’adhésion du Maroc à différents instruments juridiques de l’Organisation. Il comprend de nombreuses recommandations pour le Maroc, des séminaires de renforcement des capacités, une importante composante statistique et un mécanisme de suivi des recommandations.  
    Le Programme-pays s’inscrit dans une optique de bénéfice mutuel. Le Maroc pourra faire part de son expérience aux pays membres de l’OCDE et à ses partenaires, et aussi puiser dans leur expérience pour définir et implémenter les meilleures politiques pour les citoyens marocains.   
    -Comment ce programme peut-il répondre aux besoins de réformes du Maroc?
    - Le Programme-pays inclut 17 examens des politiques publiques, l’adhésion à 9 instruments juridiques de l’OCDE et une participation renforcée à 9 comités de l’Organisation. Le Programme-pays a été défini conjointement avec les autorités marocaines. Il est construit autour de trois piliers clefs pour le Maroc: le renforcement de la croissance économique, l’amélioration des mécanismes de gouvernance, et l’inclusion sociale. Il intègre certaines activités phares de l’OCDE, comme l’évaluation PISA (Ndlr: Evaluation du niveau des compétences en calcul et la maîtrise de l’écriture des élèves de moins de 15 ans).
    Le Programme-pays ouvre également la voie à la consolidation et à la pérennisation des relations entre le Maroc et l’OCDE. S’il est prévu pour une période de deux ans,

    Le «Programme-pays Maroc» couvre divers domaines comme l’investissement, le commerce, la gouvernance publique, l’éducation et l’emploi

    l’adhésion aux instruments est permanente, et nous sommes convaincus que la participation aux organes de l’OCDE sera également renforcée dans le temps. D’autres thématiques pourront également être développées dans le futur, selon les besoins du Maroc.
    -Quels sont les instruments juridiques dont peut bénéficier le Royaume?
    Le Programme-pays va permettre au Maroc d’adhérer à 9 instruments juridiques, et ce dans différents domaines.  
    La gouvernance publique: Recommandation du Conseil sur les marchés publics, Recommandation du Conseil sur les lignes directrices pour la gestion des conflits d'intérêts dans le service public, recommandation du Conseil sur l'amélioration du comportement éthique dans le service public incluant les principes propres à favoriser la gestion de l'éthique dans le service public.
    Le développement régional: Recommandation du Conseil sur l’investissement public efficace entre niveaux de gouvernement   
    Les affaires fiscales: Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale telle qu’amendée par le protocole de 2010
    La technologie: Déclaration sur le futur de l’économie Internet (La Déclaration de Séoul), Recommandation du Conseil sur les principes pour l’élaboration des politiques de l’Internet
    Inclusion sociale: Recommandation du Conseil sur l’égalité entre hommes et femmes en matière d’éducation, d’emploi et d’entrepreneuriat, Plan d’action de l’OCDE en faveur des jeunes.
    Propos recueillis par
    Fatim-Zahra TOHRY
     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc