×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Vivendi mise gros pour s’offrir Dailymotion

    Par L'Economiste | Edition N°:4500 Le 08/04/2015 | Partager
    Fort des 15 milliards des cessions qu’il a menées, le conglomérat propose 250 millions d'euros
    Les derniers concurrents se retirent, la préférence nationale de mise

    Après avoir cédé le principal de ses filiales dans le télécom, Vivendi se recentre sur le divertissement et le contenu. Sa première cible n’a pas été choisie par hasard. Il s’agit de la plateforme de vidéo Dailymotion, filiale d’Orange à 100%. Le conglomérat propose 250 millions d’euros pour cette plateforme qui totalise 9,7 millions de visiteurs uniques par mois (contre 21,8 millions pour YouTube). Ce n’est pas la liquidité qui manque à Vivendi en ce moment après avoir encaissé  pas moins de 15 milliards d’euros suite à la cession de SFR, GVT, Activision Blizzard ou encore Maroc Telecom.
    L’offre négociée par le directoire de Vivendi devait être présentée hier lors d’un conseil d’administration exceptionnel de l’opérateur, dont l’Etat français est actionnaire à hauteur de 24,9%.
    Vivendi a toutes les chances pour remporter le marché après l’annonce de l'abandon des discussions de rachat de la plateforme de vidéo par le groupe hongkongais PCCW. Bercy  est d’ailleurs favorable à ce que le repreneur de cette «pépite technologique française» soit un acteur local. Paris a demandé, en sa qualité d’actionnaire, à Orange de ne pas accorder d’exclusivité à l’offre de PCCW, avant d’avoir discuté avec l’ensemble des partenaires potentiellement intéressés.
    Vivendi concurrencerait également l’allemand Axel Springer, le propriétaire des quotidiens «Bild» et «Die Welt», un groupe très actif dans le numérique.
    Rappelons que Yahoo! avait tenté d’acquérir la plateforme en 2013.  A l’époque, Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, s’était violemment opposé à l’opération estimée à 279 millions d’euros, soit plus que ce que propose Vivendi aujourd’hui...
    Si l’achat est confirmé, Dailymotion rejoindra Universal Music ou Canal+, déjà dans le giron du groupe. Vivendi envisagerait une intégration de la plateforme dans sa stratégie globale. Avec le contenu que pourront fournir les autres filiales du groupe et la manne de 30 à 40 millions d'euros que Vivendi veut investir dans le développement de la société, Dailymotion pourrait enfin rayonner à l’international. Elle en est capable sur le papier, sauf qu’elle est en concurrence directe avec YouTube qui est de fait dopé par son appartenance au groupe Google.
    Cet achat s’inscrit plus dans une vision stratégique globale que dans une logique de recherche de rentabilité. Dailymotion ne peut pas survivre seul. D’ailleurs, YouTube lui-même n'est pas très rentable. La plateforme de Google arrive à peine à atteindre l'équilibre malgré son ultra-domination du marché. Elle cherche toujours un moyen d’améliorer sa rentabilité à travers de nouvelles formules de publicité et de monétiser les chaînes les plus regardées ou de vendre tout simplement le service… Des options qui pourraient être aussi considérées par Dailymotion à long terme.

    M. L.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc