×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Le SOS de l’association Hanane

    Par L'Economiste | Edition N°:4487 Le 20/03/2015 | Partager
    Un refuge de chiens perdus en mal de protection
    Le «gîte» menacé de fermeture, faute de moyens

    Difficile de trouver le refuge des chiens perdus. C’est dans un dédale de pistes reliant des terres agricoles à la route d’El Jadida, au niveau du km 23, que commence l’itinéraire en allant vers Oulad Azzouz via  Dar Bouazza. Le raccourci ne peut être tenté qu’à travers le GPS. C’est dans un paysage verdoyant que l’Association Hanane pour la protection des animaux et de l’environnement(Ahpae) a élu domicile. Hanane Abdelmouttalib, sa présidente fondatrice lance un appel aux âmes charitables pour venir en aide aux animaux qu’elle héberge. Ceci, après avoir frappé à toutes les portes d’institutionnels publics et privés. Aujourd’hui, le refuge est menacé de fermeture, faute de moyens financiers. Le seul appui à sa cause demeure le Collectif international de soutien aux associations marocaines de protection animale (SAMPA) basé en France qui a adressé une requête auprès des autorités marocaines. Le site de l’association (http://www.ahpae-maroc.com) indique: «Notre refuge est au complet et nous ne pouvons plus accueillir d’animaux. Merci de votre compréhension».
    Un appel aux dons est lancé afin de permettre aux animaux du refuge de ne pas trop souffrir du froid cet hiver. Couvertures, serviettes, tapis, bâches, palettes, chauffage d’appoint, foin … tout peut servir à soulager les animaux. Des matériaux de construction tels le ciment, le sable, le bois de récupération sont également les bienvenus pour permettre quelques réparations.
    Avec des locaux relativement aménagés, ces animaux auront plus de confort. «Justement pour survivre, ce refuge a besoin de subventions et d’un terrain à titre gracieux», fait savoir Hanane. Elle envoie du courrier, communique via son compte social  et sollicite les services compétents pour sensibiliser sur l’urgence de la protection des animaux. A ce jour, la responsable paie un loyer de 3.000 DH et son budget mensuel tourne autour d’un peu plus de 10.000 DH. C’est un petit budget vu le nombre de bêtes dont elle s’occupe : 131 chiens et 40 chats dont la majorité est âgée, malvoyante ou malade. Avec un déficit cruel de box et de chatteries.
    L’équipe de Hanane intervient sur le terrain chaque fois qu’un animal est en danger ou accidenté sur tout le secteur de Casablanca. Créée le 16 mars 2005, l’association Ahpae fait tout pour améliorer les conditions des animaux de la rue. Elle agit directement sur le terrain (enquêtes suite aux mauvais traitements, actes de cruauté…).  Son travail se fait en collaboration avec les autorités publiques (commissariats, brigades de la Gendarmerie) mais aussi avec certains vétérinaires bénévoles. Pour limiter la prolifération d’animaux errants, des campagnes de stérilisation sont effectuées. C’est de cette manière que les naissances peuvent être contrôlées. Il faut savoir aussi que la vaccination protège contre la rage.
    Le soutien émane aussi de la SPANA Maroc (La Société Protectrice des Animaux et de la Nature) et du service vétérinaire de Casablanca, sans oublier l’aide de bénévoles et d’associations à l’étranger.
    Fatim-Zahra TOHRY
    Photos Ahmed Jarfi
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc