×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Evénement

Assurance maladie: L’Etat s’engage pour les étudiants

Par L'Economiste | Edition N°:4432 Le 31/12/2014 | Partager
La prestation démarrera à la rentrée universitaire 2015/2016
67 millions de dirhams seront versés par le budget
Aucune cotisation ne sera exigée aux assurés

Les étudiants auront droit au panier de soins complet géré par la Cnops: hospitalisation, remboursement des médicaments… Cette population n’est pas arrêtée de manière précise. Les premières estimations vont de 150.000 à 250.000 personnes

Les étudiants et les indépendants disposeront d’une couverture médicale. Les premiers relèveront de la Cnops et l’assurance maladie des indépendants sera gérée par la CNSS.
C’est le schéma validé lundi 29 décembre par le Comité  interministériel sur le pilotage et l’accompagnement de la couverture médicale présidé par Abdellah Benkirane, chef du gouvernement.  Ces deux prestations devraient être opérationnelles cette année (2015) le temps que les projets de loi soient adoptés. Dans le cas des étudiants, le gouvernement a fait le choix de les intégrer à zéro taux de cotisation. En contrepartie, l’Etat s’est engagé à verser chaque année une enveloppe budgétaire. Pour la rentrée universitaire 2015-2016,  elle sera de 67 millions de dirhams et pourrait atteindre 100 millions de dirhams en 2019-2020. «Cette population représente un bon risque. De plus, c’est un non-sens que d’accorder une bourse d’un côté et de réclamer une cotisation de l’autre», souligne une source proche du dossier.
Aujourd’hui, même la population d’étudiants  n’est pas arrêtée précisément. Les études actuarielles réalisées se sont basées sur des chiffres allant de 150.000 à 250.000 personnes et seront affinées par la suite. De même que le schéma de couverture : mise en place de médecins traitants, médecin référent  au niveau des universités, carte à part ou un numéro qui figurerait sur la carte d’étudiant… Ce qui est sûr, c’est que cette catégorie bénéficiera du panier de soins Cnops: prise en charge de 100% de l’hospitalisation dans les hôpitaux publics et de 90% dans les cliniques privées, remboursement des médicaments, etc.
Pour les indépendants, le principe d’une démarche progressive est validé. Les professions libérales seront  les premières à basculer tout en sachant que l’adhésion au futur régime dépendra des capacités d’organisation de chaque catégorie. Surtout que la population des indépendants est assez disparate: 42,5% sont des exploitants agricoles, 22,5% sont des artisans, 21,1% des commerçants. Les professions libérales ne représentent que 2%.  Cette couverture, même si elle est confiée à la CNSS, sera gérée de manière distincte de celle du régime actuel de l’AMO. Elle portera sur la retraite et la maladie uniquement. Les indépendants ne bénéficieront pas de prestations comme les allocations familiales ou les indemnités journalières de maladie ou encore l’IPE. «La cotisation sera supportée en totalité par le travailleur non salarié et il faudra tenir compte de la capacité de financement des différentes catégories»,  affirme une source. Le schéma privilégié est un régime forfaitaire par catégorie socioprofessionnelle afin de contourner  les difficultés liées à l’identification des revenus, leur évolution, leur variabilité ainsi que leur irrégularité.

Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc