×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Fès: L’Institut Cervantès dévoile son programme

Par L'Economiste | Edition N°:4419 Le 12/12/2014 | Partager
Un appel à la réhabilitation du théâtre de Tanger pour commencer
Festival du cinéma, semaine de l’amitié maroco-espagnole, expositions…au menu

Selon Javier Galvan Guijo, coordinateur des centres Cervantès au Maroc et architecte de formation, «le grand théâtre Cervantès de Tanger est actuellement en état de ruine». «Ce monument de plus d’un siècle mérite une véritable cure de jouvence», renchérit-il

Sensible à la préservation du patrimoine, Fès accueille désormais de nombreuses rencontres relatives à cette question. La dernière en date est celle tenue à l’initiative de l’Institut Cervantès.
En effet, l’établissement a convié, le 9 décembre, des architectes marocains et espagnoles à une conférence sur la sauvegarde du grand théâtre Cervantès de Tanger. L’édifice inauguré il y a plus d’un siècle (le 11 décembre 1913) dans la ville du Détroit est un véritable chef-d’œuvre culturel. «Il est dans un état de délabrement très avancé. D’où l’exposition et les rencontres débats que nous lui réservons en guise d’appel au secours», indique Javier Galvan Guijo, coordinateur des centres Cervantès au Maroc. Et d’ajouter : «ce monument, construit par le couple espagnol Manuel Pena et Esperanza Orellana puis acquis par le gouvernement espagnol en 1928 pour diffuser la culture espagnole, est un joyaux architectural du patrimoine marocain qui mérite des réflexions visant à lui donner une nouvelle vie». Dans ce cadre, la table ronde organisée sur sa réhabilitation a réuni des participants marocains et ibériques. Ils s’accordent tous sur la nécessité d’une mobilisation d’urgence pour sa réhabilitation. Qualifié de nos jours de «site archéologique», le théâtre est d’une capacité de plus d’un millier de spectateurs. Il servait jadis de lieu de distraction et de divertissement, de débat d’idées, d’espace d’hommage aux figures nationalistes et de rencontre du mouvement nationaliste marocain. Mais fermé au public depuis le début des années 1990, le théâtre centenaire doit être mis en valeur en vue de lui donner une fonction. «Ce serait un projet d’une grandeur symbolique entre le Maroc et l’Espagne», explique Galvan Guijo qui est par ailleurs un architecte diplômé de la célèbre école technique supérieure d’architecture de Madrid. Afin de sensibiliser l’opinion publique sur l’importance de l’édifice tangérois, l’Institut Cervantès de Fès abrite, du 9 au 16 décembre,  une exposition sous le thème «l’histoire du grand théâtre Cervantès de Tanger». Celle-ci est composée d’une trentaine de photographies sur l’histoire de ce grand monument. Cette exposition inaugure d’ailleurs une série de manifestations culturelles annoncées pour cette nouvelle saison. Animation et communication seront les maîtres mots de ce programme, révèle Galvan Guijo. L’agenda de l’Institut Cervantès de Fès prévoit ainsi les «nuits du ramadan selon Ibn Arabi», la «semaine de l’amitié maroco-espagnole» et dont le traité célébrera le 250e anniversaire en 2017, le «festival du cinéma espagnol», la «célébration de la journée de la femme (8mars2015)», outre «la commémoration de la disparition de Cervantès (23 avril 2015) à travers un festival de lecture». Bref, il y aura évènements pour tous les goûts.

De notre correspondant
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc