×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Marché financier
La BERD veut entrer dans le capital de la Bourse

Par L'Economiste | Edition N°:4414 Le 05/12/2014 | Partager
Entre 5 et 10% de participation en vue • La banque entend contri- buer à la dynamisation de la place
Objectif: relancer la liquidité du marché

Et si la Bourse de Casablanca trouvait un partenaire capitalistique pour son développement. Selon nos informations, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) se propose d’entrer dans le capital de la société gestionnaire. Le projet est conditionné par l’adoption de la loi relative à la démutualisation du capital de la Bourse. Il faudrait également tenir compte des éventuelles réserves que formuleraient les autres acteurs du marché. la banque envisagerait d’intégrer le tour de table de la SBVC pour une participation comprise entre 5 et 10%. Les négociations seraient, selon nos sources, déjà entamées.  A travers cette prise de participation, la banque veut poursuivre sa contribution à l’amélioration de la gouvernance de la Bourse, faciliter de futures introductions dans le but d’élargir les options de sortie pour les actionnaires des sociétés. Il s’agit ainsi de participer à l’augmentation des volumes échangés en Bourse et sa liquidité. «La banque aidera dans ce sens les sociétés, PME ou grandes entreprises, à être listées», confie à L’Economiste Laurent Chabrier, directeur Maroc de la BERD qui entend même promouvoir les doubles cotations. Etant un investisseur de référence dans les opérations de cotation, l’institution européenne prévoit d’accompagner les sociétés cotées qui souhaitent augmenter leur flottant en Bourse, procéder à une augmentation de capital.
La BERD se propose aussi de «faciliter la sortie de l’Etat dans le cas de sociétés publiques». L’objectif est de relancer la liquidité du marché  actions dont la faiblesse l’empêche «de se développer et de devenir une source fiable de capital pour supporter la croissance des entreprises», assure-t-on auprès de l’institution.
Si elle se fait, l’entrée de la BERD dans le capital de la Bourse de Casablanca ne sera pas une première. La banque a récemment intégré le tour de table de 2 importantes places boursières d’Europe de l’Est: Roumanie et Russie. 
L’action de la BERD ne se limite pas à la Bourse de Casablanca, elle concerne les marchés de capitaux dans leur globalité. D’ailleurs, l’accélération de leur développement est un axe majeur dans sa stratégie des 4 prochaines années pour le Maroc. Cela doit passer, selon Suma Chakrabarti, président de la BERD, par «une plus grande disponibilité de capital-risque et de financement à long terme pour le développement du secteur privé au Maroc».
Partant du constat que le marché du capital «sert principalement les grandes entreprises et très peu les PME», la BERD compte se concentrer davantage sur des investissements en capitaux et des émissions obligataires. «Ceux-ci auront valeur d’exemple et permettront d’augmenter la liquidité du marché», souligne Chabrier. Justement, l’institution table sur l’innovation pour élargir la palette des instruments financiers offerts. Elle compte utiliser des mécanismes de financement pas encore largement disponibles: les dettes subordonnées, les prêts en monnaie locale par des banques étrangères.

Collaboration juridique

LA BERD entend aussi s’investir dans le volet réglementaire. Elle se propose son soutien à l’établissement du cadre réglementaire nécessaire à la mise en œuvre de la chambre de compensation avec «close out netting» (cf. L’Economiste du 18 septembre 2014) et l’ouverture du marché des dérivés de gré à gré. Elle va offrir des formations en matière de gestion de trésorerie des entreprises. Il s’agira de sensibiliser aux instruments de couverture et de gestion des risques, et de militer pour l’utilisation des marchés obligataires nationaux et internationaux.
Il est également question d’instaurer un cadre juridique et réglementaire pour supporter les structures de financement innovantes, telles que les warrants pour la production agricole primaire, ou des fonds de placement immobilier.

M.A.B.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc