×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Reportage

Une journée avec le Croissant Rouge de Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:4335 Le 08/08/2014 | Partager
En plus des actions bien connues, le Croissant Rouge intervient parfois là où on ne l’attend pas
Une revendication: faire comprendre aux chefs d’entreprises l’intérêt de former leur personnel aux premiers secours

NETTOYER les cimetières… Une tâche endossée par les bénévoles du Croissant Rouge. Surprenant.

- Une des nombreuses tâches des bénévoles est de veiller à la sécurité du public lors de manifestations, comme ici pour le Marathon de Marrakech
- Auxiliaire des pouvoirs publics et sanitaires, le Croissant Rouge soutient les services de secours sur toutes les catastrophes

Il ne s’agit pas simplement de ramassage, mais de communication. Face au phénomène de l’utilisation de ces lieux mortuaires comme théâtre de la magie noire, l’antenne de Marrakech a décidé d’agir. Chaque année depuis 2011, ses équipes y ramassent tout un tas de grigris censés retenir un mari volage ou accélérer la venue d’un enfant. Avec comme maître mot la sensibilisation, les bénévoles profitent de ce grand nettoyage pour expliquer à ceux qui s’adonnent à ces étranges rituels les dangers sanitaires de telles pratiques. Pour les équipes, le plus grave est le constat de sépultures éventrées et pillées et les restes humains utilisés sans scrupules.  
Alors comme un pied de nez à ces croyances, à l’initiative de la délégation ministérielle des droits de l’homme, ce qui mobilise actuellement le président Moulay Hafid Alaoui et les 6 salariés de l’antenne Marrakech-Tensift-Al Haouz sont les ateliers de formation sur l’éducation à la citoyenneté responsable, au droit international et humanitaire et aux droits de l’homme. Un projet comme l’indique Mohamed En-Nosse, directeur des partenariats, “au profit de 48 bénévoles et professeurs d’établissements scolaires de la région, qui seront ensuite chargés de diffuser ces enseignements auprès du public et d’élaborer un guide pratique citoyen”.

- Pour mener les actions du Croissant Rouge, tout bénévole doit au préalable obtenir sa carte de secouriste. La formation est ainsi le volet essentiel de l’organisation, à destination du public et du personnel des entreprises

- En tant que premier partenaire du centre de transfusion sanguine, le Croissant Rouge accompagne ou organise les opérations de don du sang. Les bénévoles sont les premiers à montrer l’exemple

A l’abri de la fraîcheur climatisée, les salariés du Croissant Rouge, quand ils ne sont pas mobilisés par un événement grand public à encadrer, accueillent dans leur centre de soins les quelques personnes gratuitement prises en charge. Médicaments, pansement d’une plaie, et un peu d’écoute, elles viennent ici, comme un privilège, pour un service discret et convivial, loin des impersonnels dispensaires bondés.
Pour adhérer au Croissant Rouge, il faut bien sûr avoir sa carte de sauveteur, et donc suivre une formation. En 2013, l’antenne de Marrakech a formé quelque 1.300 citoyens, plus d’une centaine de personnes ont suivi le programme d’aide soignant, non diplômant mais qui octroie une attestation utile pour décrocher un poste dans un service hospitalier, et environ 300 personnes pour la formation en sauvetage secourisme du travail. 26 centres de soins de proximité, 2 centres opérationnels de formation et un autre en préparation à Targa, ainsi que différentes cellules assurent les activités sur la région.
Il faut avoir au minimum 16 ans et débourser 300 DH pour bénéficier des 15 heures de la formation de secourisme. Pour Salah Lakhouadra, responsable des formations, “apprendre à secourir est un besoin grandissant chez les citoyens. Les ravages des accidents routiers n’y sont pas étrangers. Outre le fait d’être armé pour intervenir en cas de besoin, ces personnes se sentent également un devoir de sensibilisation, en communiquant à  leur entourage sur les bonnes pratiques à avoir en cas de danger.

- Né pour porter secours aux blessés des champs de bataille, le mouvement international de la Croix Rouge et du Croissant Rouge s’efforce de prévenir et d’alléger les souffrances des hommes
- Une première à Marrakech, les bénévoles se chargent, depuis 2011, du nettoyage des cimetières et de la sensibilisation au respect des sépultures
 

C’est pour cela que nous avons récemment intégré, dans nos formations, des modules sur la sécurité routière, sur la santé communautaire et les bienfaits d’une alimentation équilibrée, et sur le VIH, car cela fait partie du quotidien de la population”.
Moulay Hafid Alaoui aimerait un jour que toutes les entreprises prennent conscience de l’utilité de former leur personnel. Elles sont encore peu nombreuses à s’engager dans cette démarche pourtant essentielle. Avec 60.000 personnes victimes d’accidents du travail chaque année, pouvoir compter sur des sauveteurs de proximité n’est pas un luxe. Il y a bien l’article 317 du code du travail qui oblige une entreprise à former son personnel aux premiers secours, en cas de travaux dangereux, mais son imprécision quant à cette dangerosité du travail participe au manque de conscience.
Ne s’improvise pas secouriste qui veut. A l’issue de chaque formation, le Croissant Rouge délivre son certificat ou une attestation de présence, suivant les résultats du candidat au bilan final. Il faut pouvoir prouver que les compétences sont parfaitement acquises pour décrocher le sésame. Et c’est plutôt rassurant.

De quoi vit le comité de Marrakech?

DE la subvention annuelle de la municipalité, qui s’élève à 200.000 DH et de la participation du grand public par le biais des formations de secourisme. Cet argent permet de supporter les charges et de financer les campagnes de sensibilisation. La fédération internationale, via le comité central, assure quant à elle la formation des formateurs et la distribution du matériel de secourisme.

Stéphanie JACOB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc