×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Benkirane hésite sur les priorités

    Par L'Economiste | Edition N°:4200 Le 28/01/2014 | Partager
    Pas d’annonce avant le printemps
    La relance de l’économie en tête
    La Charte politique de la majorité sera révisée

    La Commission paritaire, chargée de dégager de nouvelles priorités du programme gouvernemental pour les trois prochaines années, devra reprendre ses travaux aujourd’hui mardi comme prévu. Elle doit examiner les contributions des deux partenaires que sont le RNI et le PPS. Le parti de Salaheddine Mezouar a été chargé de présenter les mesures en vue de relancer l’économie et la formation de Nabil Benabdallah celle du volet social. Par la suite, il faudra mettre en place un plan d’action comportant les mesures prioritaires pour les trois prochaines années qui restent dans la vie de cette législature. Rappelons que les quatre partis de la majorité ont chacun dépêché deux représentants dont un ministre. La coordination est assurée par Jamae Mouatassime, directeur du cabinet de Abdelilah Benkirane. La Commission devra remettre sa copie aux patrons des quatre partis (PJD, RNI, MP et PPS). A cette occasion, la Charte politique de la majorité sera également révisée.
    Cette réunion coïncide avec le passage du chef du gouvernement devant  la Chambre des représentants sur les questions de politiques publiques. Il y a de fortes chances que cette réunion soit reportée, même si à l’heure où nous mettions sous presse, rien n’a encore été officiellement annoncé. «D’autant qu’il n’y a pas le feu», pour reprendre l’expression d’un membre de la Commission. D’ailleurs, l’annonce de ces nouvelles priorités que devait faire initialement le chef du gouvernement début février devant le Parlement semble compromise.  En effet, la session d’automne prendra fin avant le 10 février. Donc, il y a de fortes chances que le rendez-vous soit reporté à la session du printemps, a souligné un ministre membre de la Commission. Surtout que le chef du gouvernement veut faire cette annonce à l’occasion de la présentation de son bilan à mi-parcours, conformément à l’article 101 de la Constitution de 2011. Et visiblement, son dossier n’est pas encore bouclé. Il prendra donc son temps pour bien caler ses priorités et son bilan. Par contre, un ministre insiste sur «une simple déclaration du chef du gouvernement, comportant une partie sur l’évaluation de son action et l’autre sur le plan d’action pour les trois prochaines années». En disant cela, il déterre l’affaire de l’investiture du nouveau gouvernement réclamée par l’opposition. Cependant, le ministre en question fait valoir la décision du Conseil constitutionnel qui n’oblige pas le chef du gouvernement à procéder à une nouvelle investiture puisqu’il n’était pas démissionnaire.
    En tout cas, au RNI comme au PPS, on a le sentiment que certains aspects du programme gouvernemental, comme la relance économique ou le social, n’ont pas été abordés avec la même exigence et la même détermination que d’autres dossiers. Cela montre le peu d’intérêt que le chef du gouvernement porte aux dossiers économiques. Mais au niveau de la Commission, il a été décidé de passer à une deuxième vitesse, avec un rééquilibrage de la démarche, sur la base d’une redynamisation de l’économie et d’une plus grande place au volet social. Ainsi, au niveau de l’axe économique, on insiste sur le maintien des équilibres macro-économiques avec des objectifs de maîtrise du déficit budgétaire, du déficit du compte courant de la balance de paiements et du taux d’endettement. Dans cet axe, on insiste sur l’accélération des investissements, sur l’environnement des affaires et le financement de l’économie et des entreprises, sans donner plus de précisions. De même, le gouvernement compte accélérer l’adoption du texte sur le partenariat public privé. Rappelons que lors des négociations pour la formation du gouvernement Benkirane II, le RNI avait insisté sur la nécessité de recadrer le programme, particulièrement dans sa composante économique. Le parti de Salaheddine Mezouar réussira-t-il à rectifier le tir? Surtout que l’attentisme qui a trop duré a ralenti le rythme de l’activité économique. Aujourd’hui, le monde des affaires a les yeux rivés sur les nouvelles mesures qui devront être mises en avant dans les priorités du programme de Benkirane II.
    Quant à l’axe social, la priorité sera donnée à l’emploi. Le gouvernement doit évaluer les programmes qui sont en cours et accélérer les autres mécanismes comme l’auto-emploi. Le monde rural est intégré dans cet axe, avec une solidarité sociale de soutien en faveur des couches défavorisées. Dans cette batterie, le dialogue social est une pièce maîtresse. Les politiques sont unanimes: il doit être relancé.

    Régionalisation

    La Commission paritaire travaille également sur l’axe politique et des grandes réformes. Il s’agit de la mise en œuvre de la Constitution à travers les lois organiques et la faisabilité de l’agenda législatif annoncé par le gouvernement mais resté jusqu’ici au stade des promesses sans lendemain. Des membres de la Commission insistent sur le grand chantier de la régionalisation. Mais ils rappellent qu’il s’agit d’un dossier sur lequel un travail peut être accompli sans attendre le projet de loi organique. Ainsi, des actions au niveau de la déconcentration et la décentralisation peuvent par exemple être menées dès maintenant, souligne un membre de la Commission paritaire. Autre point à clarifier: le calendrier pour l’organisation des différentes élections.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc