×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tourisme: Marrakech mise sur les nationaux

Par L'Economiste | Edition N°:4180 Le 26/12/2013 | Partager
Et souhaite capitaliser sur les marchés émetteurs en hausse
Des hôtels déjà complets pour les fêtes de fin d’année
Soirées cotillons et diner de gala du 31 décembre pour toutes les bourses

L’ensemble des marchés est en hausse, la Scandinavie, le Royaume-Uni et l’Allemagne en tête. Le tourisme national est aussi une des ressources les plus importantes pour Marrakech. Ci-dessus les plus fortes hausses touristiques par marché émetteur

C’EST parti pour Marrakech. Après avoir profité - pour deux jours - de la manne de la Coupe du monde des clubs, la ville se prépare aux fêtes de fin d’année. A quatre jours de la Saint Sylvestre, certains hôteliers se frottent les mains: ils affichent déjà complet tandis que d’autres établissements, à l’Agdal, tournent avec 60% de taux d’occupation. «On compte aussi sur les ventes de la dernière minute et les hôteliers misent davantage sur les nationaux», indique Lahcen Zelmat, vice-président de l’Association de l’industrie hôtelière. En effet, les hôtels ne sont pas tous logés à la même «enseigne». Tout dépend de la situation géographique de l’établissement. Ceux situés au centre-ville continuent d’enregistrer de bons scores et des taux d’occupation dépassant les 70% en moyenne alors que les hôtels implantés un peu plus loin remplissent moins. Mais, tous déplorent que les DMS (durée moyenne de séjour) ne dépassent plus les 4 nuitées même en temps de fête. Il fut un temps ou pour pouvoir loger à Marrakech en ces périodes de fin d’année, les hôteliers imposaient un séjour de 7 nuitées. C’est que l’offre hôtelière à Marrakech s’est développée et compte aujourd’hui 55.000 lits classés à remplir (en dehors des petits établissements et maisons d’hôte non répertoriés) et le touriste a le choix. Globalement, on s’attend à un cumul d’arrivées à fin décembre qui ne dépassera pas 1,7 million et un peu plus de 5 millions de nuitées. La ville achève les 11 premiers mois avec une hausse de 14% par rapport à 2012, année de crise. En remontant plus loin pour la comparaison, Marrakech fait moins bien qu’en 2010 et avec plus d’hôtels. Les professionnels parlent d’ailleurs d’une fausse embellie avec une croissance à deux chiffres qui rattrape à peine les pertes depuis 2011. Les prix moyens sont en baisse perpétuelle et le nerf de la guerre, les recettes, accuse une chute de 2%, d’après le Conseil régional du tourisme de Marrakech.
Le mois de décembre réussirait-il à changer la donne ? Pas si sûr vu que la Coupe du monde des clubs a profité à seulement quelques établissements et n’a pas répondu aux espérances des professionnels de la place. Et si les hôteliers espèrent se rattraper avec les fêtes de fin d’année, le challenge n’est pas gagné. Cette année, le 31 décembre est un mardi et il sera difficile pour les salariés de faire un aussi grand pont.
Ce n’est pas pour autant que les professionnels ratent le réveillon. Presque tous les établissements touristiques et restaurants programment des soirées cotillons et foie gras. Il faut dire que le dîner de gala du 31 décembre reste un produit incontournable à Marrakech. Tous concoctent des formules et des packagings et certains continuent de l’imposer aux vacanciers alors que pour d’autres, le dîner de St Sylvestre est en option. L’Eden Andalous lui programme deux réveillons : le premier oriental animé par Badr Rami et un second international. Même chose pour le Palm Plaza qui capitalise sur son jet-set pour une soirée VIP animée entre autres par les lauréats de The Voice France et Espagne. Une autre soirée réveillon est prévue dans la grande salle de l’établissement. Côté prix, il y en a pour toutes les bourses. On peut réveillonner à Marrakech à partir de 300 DH. Au Jet-set, c’est à 1.500 DH que l’on peut faire fête et il faut compter 3.000 DH pour la soirée de la St Sylvestre à la Mamounia et 3.500 DH pour une soirée des années folles au Salman. Le Palmeraie Resort lui aussi réserve une fin d’année magique et selon ses points de vente, on y retrouve des animations à la brésilienne, espagnole. Dans son plus grand établissement, l’ex-PGP, St Sylvestre sera fêtée autour d’un dîner-spectacle, dans la pure tradition du nouvel an russe. Enfin, le resort reconduit son opération «Marché de Noël ». Il s’agit d’un village monté sur le site de la palmeraie où le produit phare reste une patinoire installée à l’extérieur de cet espace animée par une troupe de patineurs professionnels. Un beau programme et des animations qui devraient être étalés sur l’ensemble de l’année pour pouvoir augmenter les DMS. Lors d’une réunion tenue entre les professionnels, le ministre du Tourisme et les élus de la ville, la question a été évoquée d’ailleurs. Des efforts sont aujourd’hui demandés aux professionnels pour développer la commercialisation des débuts de semaine, du lundi au jeudi, au-delà des saisons, tout comme il a été demandé aux autorités locales de revoir ce qui coince pour le produit comme les questions de propreté, les prestations des taxis… Une première démarche commune, et un prochain rendez-vous a été donné en janvier 2014, pour faire avancer ce volet.


De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc