×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Peinture
    Omar Berrada médite sur la condition humaine

    Par L'Economiste | Edition N°:4003 Le 04/04/2013 | Partager
    Le peintre expose à la galerie Nadar jusqu’au 20 avril
    Un univers imaginaire particulier peuplé d’oiseaux et d’êtres fantastiques
    Une véritable fable sur la perception de la vie

    Dans sa nouvelle exposition, Omar Berrada propose au public plus d’une trentaine de tableaux représentant des oiseaux aux couleurs vives et chatoyantes ainsi que des visages paradoxalement souriants et inquiétés. Un univers fantastique qui sert de prétexte à une réflexion sur les espoirs et les craintes de la vie

    Omar Berrada n’a jamais grandi !  Sa dernière exposition visible à la galerie Nadar de Casablanca jusqu’au 20 avril reprend une nouvelle fois son univers imaginaire si particulier. Intitulée «Espoir et crainte», la collection comportant plus d’une quarantaine de toiles et de sculptures présente un imaginarium pour le moins étonnant d’oiseaux fantastiques aux mille et une couleurs et de visages mystérieux tantôt souriants, tantôt tourmentés. Des œuvres qui poussent avant tout à s’interroger sur la perception de la vie et de la condition humaine.
    Près d’une trentaine de peintures semi-figuratives rappelant l’art naïf ainsi que le mouvement des impressionnistes à de nombreux égards sont présentées. Des toiles peintes à l’acrylique et à l’huile qui dévoilent au public des centaines d’oiseaux prenant leur envol et aux couleurs vives et chatoyantes. Des créatures ailées sorties tout droit de l’imagination d’Omar Berrada. «J’ai créé ces oiseaux en m’inspirant des chevaux ailés de la mythologie grecque et arabe Pegase et Borak, mais également du long métrage Birdy d’Alan Parker», explique ainsi l’artiste. Les compositions laissent aussi deviner des visages à la fois expressifs et inexpressifs aux formes épurées et aux lignes arrondies. «Ce ne sont pas des personnages qui ont un regard absent. Même si ils sont dépourvus d’iris, ils parviennent à capter l’attention des visiteurs», souligne dans ce sens le peintre. Des «portraits fantastiques» formés d’un seul geste et suivant une ligne continue, exprimant la sérénité et la confiance pour certains, l’angoisse et la peur pour d’autres. Plusieurs sculptures en aluminium sont également exposées, représentant également oiseaux colorés et visages imaginaires.
    Un style artistique par ailleurs inhabituel et hors norme. Omar Berrada a en effet toujours rejeté les méthodes conventionnelles. «J’ai toujours été réfractaire aux codes et à toute exigence, notamment au niveau esthétique», confie dans ce sens l’artiste.
    A travers ses œuvres qui expriment la dualité entre espoir et crainte et par ses créatures qui personnifient finalement l’humain, Omar Berrada pousse le visiteur à méditer sur la manière d’aborder et de ressentir la vie mais également sur les questions existentielles propres à la condition humaine. Selon le plasticien,  tout homme est hanté par des angoisses et des peurs relatives à l’avenir, à l’échec ou encore à la maladie et peut trouver en lui une force intérieure lui permettant d’aller de l’avant et de surmonter les obstacles de la vie. «Pour affronter la vie de manière plus sereine, il me semble essentiel d’être optimiste, confiant et de savoir relativiser», affirme le peintre. «Le spiritualisme peut aussi constituer un moyen efficace d’adoucir sa vision de la vie et d’élever son âme», ajoute l’artiste.
    Côté technique, Omar Berrada commence toujours pour ses tableaux à réaliser des croquis avant de transposer les couleurs sur la toile, une fois satisfait du résultat. Il crée par ailleurs ses propres mélanges et utilise de multiples instruments tels que des couteaux.

    Karim AGOUMI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc