×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3983 Le 07/03/2013 | Partager

    Accidents de la route: 2012, année noire

    Tous responsables
    Si les accidents de la route sont toujours aussi élevés, je pense que cela vient du comportement schizophrénique des Marocains. Je m’explique : une même personne se comporte différemment suivant sa situation et sa position dans la société. Plus les gens ont des situations élevées, plus ils veulent dominer sur la route. Seulement, dans ce domaine, tous le monde veut dominer l’autre, du piéton aux automobilistes. Jamais, on ne verra un conducteur céder sa priorité même si cela doit éviter un bouchon ou un incident plus grave.
    Le piéton prend possession de la chaussée comme si c’était son territoire; il sait qu’en cas de collision, il sera toujours gagnant car la loi est de son côté. En plus, les Marocains veulent tous éduquer les autres en matière de conduite mais ils ne voient pas leur propre comportement. C’est pour cela que les routes marocaines seront toujours aussi meurtrières. 
    Je pense que la solution vient de nous tous. Il faut se respecter, respecter les autres et savoir pardonner sur la route. On a tout à y gagner. 
    Ce ne sont ni le code de la route, ni l’état des routes, ni les policiers ou les gendarmes, ni l’état des véhicules qui sont la cause principale de ces drames. Ce sont les usagers, qu’ils circulent à pied, en motocyclette ou en voiture. 
    Z. A.

    Passe-droits
    Pare-brise ou patchwork? Les pare-brises et les lunettes arrière des véhicules en circulation au Maroc sont parsemés d’autocollants de différentes natures, formes et couleurs. Cela  va de la série de vignettes de plusieurs exercices fiscaux ou de celles relatives aux visites techniques à des stickers affichant l’appartenance du conducteur à une profession «prestigieuse» ou à l’affiliation à une association caritative ou sportive de renom (golfs, Lions club, Rotary ou autres clubs huppés).
    A côté de ces macarons trônent les caducées des médecins et des pharmaciens avec leur serpent d’Asclépios, la fameuse balance des avocats et des magistrats et autres figurines et emblèmes d’enseignants, de parlementaires...etc. A cela s’ajoutent aussi des paroles pieuses voire des invitations à la prière. Et enfin de l’intérieur du véhicule des bibelots et chapelets suspendus au rétroviseur arrière ou des CD collés à même la vitre. Ce phénomène se traduit de plus en plus par un encombrement du pare- brise ou de la lunette arrière occasionnant un déficit de visibilité pour le conducteur. 
    Dis-moi ce que tu colles, je te dirai qui tu es. Plus grave encore, ils essaient avec un certain succès du reste, de bénéficier d’un traitement spécial digne de leur «rang», d’un passe-droit. Cela exige de l’agent verbalisateur qu’il examine soigneusement le pare-brise avant d’envisager la démarche à suivre, la conduite à adopter ou l’éventualité d’appliquer la loi sur la circulation routière. Le fait d’afficher un signe distinctif pour recevoir un traitement particulier est immoral et condamnable. Les autorités compétentes doivent interdire tous les signes de la «position sociale» du conducteur. On a bien supprimé la fonction sur la nouvelle carte d’identité nationale. Autant continuer dans le même sens et faire comprendre à la population la volonté du changement, que l’ère des passe-droits est révolue.
    S. R.

     

    Tiers payant: Faut-il généraliser le système?

    Modernité
    C’est formidable d’entrer dans l’ère de l’e-gouvernance, plus rapide, moins coûteuse en paperasse et en temps de traitement et plus de transparence. C’est le meilleur moyen pour lutter contre la pratique du noir. Je souhaite que cette expérience se généralise dans tout le secteur de l’assurance maladie et que cela devienne la règle dans pas longtemps.
    A. A.
    C’est une bonne chose
    Cela fonctionne très bien dans de nombreux pays européens. Et je ne comprends pas pourquoi, certains pharmaciens s’y opposent. C’est vrai qu’il va falloir s’adapter à cette nouvelle pratique et cela demandera quelques efforts des uns et des autres. On aura des couacs comme c’est toujours le cas dans ce genre de situation. 
    G. F.

     

    Torture: Ne nous voilons pas la face!
    Un rapport de l’ONU mettant en cause des pratiques de torture au Maroc et tout le monde crie au scandale ! Le gouvernement monte au créneau et nie en bloc… mythomanie ou aveuglement ? Ne serait-ce que l’état de nos prisons surpeuplées, les recours aux avocats qui sont loin d’être systématiques, les condamnés à mort qui peuvent attendre leur jugement des décennies durant… et j’en passe des meilleures ! Ne s’agit-il pas déjà de torture ? Sans parler de la torture physique qui se déroule dans nos prisons, ne nous voilons pas la face ! Les manifestations non autorisées sont réprimées à coups de matraque alors imaginons ce que ça peut bien donner dans une cellule ou lors d’un interrogatoire. Personnellement, je suis convaincu que ce rapport est à prendre très au sérieux et le gouvernement se doit de prendre ses responsabilités.
    H.J

    Le policier au-dessus des lois?
    Le rapport sur la torture au Maroc met en cause très clairement le recours quasi systématique à la violence dans notre pays. Il fait état d’une enquête sur les agissements de 220 agents de la force publique. Petit effort de l’Etat me direz-vous ? Seulement, aucun d’entre eux n’a été poursuivi ni condamné… Dans ce pays, il ne faut surtout pas toucher aux forces de l’ordre, le policier est au dessus des lois,  d’ailleurs sa parole ne peut en aucun cas être remise en cause en face du commun des mortels. Alors comment voulez-vous qu’on prenne au sérieux des victimes de torture, surtout quand il s’agit d’affaires liées à la sécurité de l’Etat ? Le Maroc a besoin d’un bon scandale avec photos et vidéos à l’appui… peut-être que ça contribuerait à faire évoluer les choses.
    J. D.

    Casablanca : Parking culturel 
    Ces dernières années, l’activité culturelle a connu un important essor à Casablanca et les anciens abattoirs  ont été associés à cette dynamique positive. Les Casablancais se sont progressivement familiarisés à  cet espace historique qui a été largement valorisé au niveau artistique. On était heureux de ce recyclage heureux. Mais voilà que la mairie a décidé d’en faire la semaine passée un parking et d’enterrer la culture par la même occasion.  Une mauvaise nouvelle qui risque de nuire à notre bouffée d’oxygène culturelle.
    Z. M.

    Mieux gérer Casablanca
    Encore une fois, la réunion du Conseil de la ville de Casablanca a été reportée et aucun dossier n’a été traité. Le comble, c’est que la consommation du ciment a baissé de 30% pendant le mois de janvier et personne ne s’en émeut ! Vraiment il est honteux que la plus grande ville du Maroc soit gérée par des politiciens et non par des citoyens !
    Seul l’intérêt des partis prime et non l’intérêt de la ville. C’ est à vous  dégoûter de la politique !
    M. C.

    Corruption: Causes multiples
    Toute campagne contre la corruption qui fait fi des causes structurelles de ce fléau est vouée à l’échec. Certes, ce mal n’est pas une spécificité marocaine, mais son ampleur et ses dégâts sont graves et profonds. A mon sens, l’origine de cette gangrène puise sa force dans l’angoisse qui habite les gens. Ils ne font pas confiance au système et s’inquiètent pour leur avenir.  Les chefs de famille subissent  la pression de leurs enfants et de leurs épouses, pour faire face non seulement aux besoins quotidiens mais aussi pour avoir un rang social pouvant les protéger contre les abus de pouvoir des autorités et des administration et aussi pour avoir des passe-droit . Tant que le système ne sera pas assaini et que les gens ne sentiront pas de «sécurité sociale», la corruption aura de beaux jours devant elle. 
    M. B.

    Retraite à 65 ans
    Dans le cas de la CMR, d’abord, il faut que l’Etat verse ses arriérés à la caisse de retraite, le gouvernement doit créer des emplois au sein de la fonction publique pour améliorer le ratio actifs/retraités. En dernier lieu, laisser le choix aux fonctionnaires s’ils veulent travailler jusqu’à 65 ans. Pour ce qui est de la CNSS, des mesures coercitives doivent être prises contre ceux qui ne déclarent pas leurs employés à la caisse.
    B. M.

    Renouvellement du permis de conduire: Quel gâchis!

    Je suis indigné par le manque de considération pour le temps des citoyens dont ont fait preuve apparemment les décideurs lors de l’établissement des procédures de changement du permis de conduire et de carte grise.  Des procédures inutilement longues et compliquées. Sans parler du coût de cette procédure. C’est un véritable gâchis en matière de  déplacements - dont on aurait pu faire l’économie - d’une administration à une autre et de  gaspillage de carburant etc… Un gâchis pour la Caisse de compensation et pour le budget du citoyen...  Au lieu de profiter des avantages de l’informatique et d’instaurer des guichets uniques proches des citoyens, nous utilisons ceux-ci comme des coursiers pour des aller-retour sans fin, pour accomplir des tâches que notre Administration aurait pu réaliser elle-même plus rapidement et plus efficacement en s’organisant en conséquence, en établissant des réseaux d’information entre les différents services... Une initiative heureuse vient d’être prise pour alléger ces procédures, leur coût et leurs conséquences: que n’a-t-elle été prise dès le début? A combien s’élèvent les coûts de ce manquement? Qui va en rendre compte? Mais il n’y a pas que le permis de conduire ou la carte grise...Le gâchis des procédures dépassées s’appliquerait hélas à de nombreuses autres procédures administratives. Je compte beaucoup sur notre nouveau ministre chargé de la Fonction publique et de la Modernisation de l’Administration pour apporter à nos mécanismes usés un vent frais de modernité et d’efficacité.
    M. B

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc