×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Recherche microélectronique
Le cluster MMC décroche des contrats

Par L'Economiste | Edition N°:3968 Le 14/02/2013 | Partager
Deux conventions signées dans ce sens
Lancement d’un centre de design

Le Maroc ambitionne de tirer profit des opportunités offertes par le secteur de la microélectronique. Le développement de la R&D est un préalable pour se positionner sur ce créneau qui fait appel à la maîtrise de la haute technologie 

A quelques mois seulement de l’échéance du plan «Maroc Numeric 2013», le Morocco Microelectronics Cluster (MMC), a donné un nouveau coup de pouce à la recherche microélectronique. Deux conventions ont été signées dans ce sens, respectivement avec Mentor Graphics et ST-Ericsson, deux opérateurs internationaux dans le domaine.
Cette cérémonie qui a eu lieu hier à Rabat, à l’occasion de la journée nationale de la microélectronique s’est déroulée en présence du ministre Abdelkader Amara qui a tenu à rappeler que le Maroc a pour ambition de développer davantage la recherche dans ce domaine, notamment pour faire face à la crise.
Les deux conventions visent, en effet, à appuyer la recherche microélectronique dans les universités et centres de recherche membres du MMC. Il s’agit de mettre à leur disposition un centre de design, une plateforme équipée d’une cinquantaine de serveurs et de logiciels de conception assisté par ordinateur (CAO). Pour Hicham Bouzekri, président du MMC, «ces outils permettront à ces établissements de se lancer dans la recherche pratique». La mise en place du centre de design a nécessité un investissement de 3,5 millions de DH. « Un montant qui permettra aux universités de renforcer le cursus de formation des ingénieurs qui pourront se connecter à distance et réaliser des TP ou TD», explique Bouzekri.
Quant à la convention signée avec ST-Ericsson, elle vient appuyer la première par une donation de serveurs supplémentaires pour un montant de 1 million de DH. Elle porte sur deux volets. Le 1er concerne la mise à disposition d’outils CAO au profit des universités. Quant au 2e volet, il a trait à un fonds d’investissement débloqué par Mentor Graphic et Corporate Software au profit des start-up. «Le but recherché est de les encourager à pénétrer les marchés internationaux», ajoute-t-il.
Outre la signature des conventions, Hicham Bouzekri a saisi l’occasion pour annoncer les résultats préliminaires d’une étude sur le positionnement de l’écosystème microélectronique marocain dans l’espace euro-méditerranéen. «L’idée est de situer le Maroc par rapport à ses concurrents notamment en matière d’attrait des investissements internationaux», souligne-t-il. Parmi les concurrents du Maroc, figure la Turquie. «Un pays qui a pu attirer les investisseurs étrangers en réduisant sa charge salariale», explique- t-il. 

Cahiers des charges

 

Morocco Microelectronics Cluster est l’un des quatre clusters marocains sélectionnés et labellisés suite au premier appel à projets, lancé en février 2011, dans le cadre de la mise en oeuvre de la «Stratégie Maroc Innovation» pour sa composante «promotion des clusters». Quatre contrats-programmes ont été signés en septembre 2011 par le ministre de l’Industrie de l’époque, Ahmed Réda Chami, et les présidents de quatre clusters.
Outre MMC qui opère dans la microélectronique, les trois autres clusters sélectionnés sont «Maroc Numeric Cluster» dans le pôle des TIC, du CE3M qui intervient dans l’électronique, la mécatronique et la mécanique, et de l’Océanpôle Tan Tan spécialisé dans la valorisation des produits de la mer.
Ces contrats définissent les obligations de l’Etat et des clusters. De son côté, le ministère s’engage à allouer à ces entités un appui financier sur une durée de trois ans. Ce soutien consiste en une subvention annuelle destinée à leur mise en place et leur fonctionnement. L’enveloppe budgétaire affectée à ces 4 clusters par le gouvernement est estimée à 17 millions de DH. En outre, l’Etat est tenu de les accompagner en assurant leur promotion au niveau national et international. Pour leur part, les clusters sélectionnés s’engagent notamment à recruter les profils adéquats en vue d’atteindre des objectifs fixés dans le cahier des charges. Il sera question du nombre des projets de R&D collaboratifs, des entreprises évoluant au sein du cluster ainsi que la production des services à valeur ajoutée. Au bout de trois ans, les clusters sélectionnés s’engagent à produire 81 projets de R&D collaboratifs et 28 brevets, ainsi qu’à créer 24 start-up et 266 emplois en R&D.

Hajar BENEZHA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc