×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

L’emploi en 2012
Où se créent, où se perdent les postes

Par L'Economiste | Edition N°:3960 Le 04/02/2013 | Partager
Les services, le seul secteur créateur d’emplois
La création nette d’emplois est de l’ordre de 1.000 seulement
La population active en chômage s’élève à 1.038.000 chômeurs

EN 2012, le seul secteur créateur d’emplois était celui des services. Il s’agit de 111.000 postes en plus représentant 2,8% du volume d’emplois de cette branche d’activité. C’est en partie les conclusions formulées par le Haut Commissariat au Plan (HCP) dans sa note d’information relative à la situation du marché du travail en 2012.
Dans le détail, les hausses ont concerné essentiellement les branches des services personnels avec 33.000 postes créés, du commerce de détail et réparation d’articles domestiques avec 32.000 nouveaux emplois et des services domestiques qui  ont connu une création de 15.000 postes.
Parallèlement, les autres secteurs, ont, en revanche, tous perdu des emplois. Avec 59.000 postes en moins en 2012, l’agriculture est le secteur qui a le plus été affecté par la perte d’emploi. Ce constat peut être expliqué par une année agricole difficile. Il en va de même pour l’industrie et le BTP qui ont également connu une baisse de régime durant l’année 2012. L’industrie se place au 2ème  rang avec 28.000 postes perdus. Le BTP a pour sa part bouclé l’année avec 21.000 en moins.
Par type d’habitat, la perte d’emploi a été enregistrée notamment dans le milieu rural avec 47.000 emplois de moins. La création d’emplois a en revanche concerné les zones urbaines avec 48.000 postes de plus. Le taux d’emplois affiche de facto un recul de 0,5% à 37% en milieu urbain et de 1% à 54,7 en milieu rural.
Au total, le volume global de l’emploi est passé de 10.510.000 en 2011 à 10.511.000 en 2012, soit une tout petite création nette de l’ordre de 1.000 postes. Fort heureusement, les 126.000 emplois perdus ne sont pas rémunérés et les 127.000 créés le sont.
Le taux de chômage a pour sa part presque stagné en passant de 8,9% en 2011 à 9% en 2012. La population active en chômage s’est ainsi élevée à 1.038.000 chômeurs. «Cette hausse a concerné exclusivement les actifs masculins aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural», note le HCP.
Pour ce qui est du profil de la population active en chômage en 2012, le HCP révèle qu’un chômeur sur quatre est diplômé de niveau supérieur, que près de deux sur trois chôment depuis plus d’une année et que quatre chômeurs sur cinq sont des citadins.


Btissam ZEJLY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc