×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3780 Le 10/05/2012 | Partager

    Socialistes en France: Quel est l’impact au Maroc?

    Regrets...
    On regrettera Nicolas Sarkozy, ami du Maroc. Il a eu la malchance d’avoir gouverné la France en pleine crise mondiale. Je retiens de sa campagne que la qualité et la quantité du travail rendu profiteraient non seulement aux personnes mais également à toute la France! Nous autres Marocains, on apprécie cette France des débats politiques ! Oui, on aime cette France! Bien sûr, aucun président élu qu’il soit de gauche ou de droite n’a intérêt à bouder notre pays, ce serait une mauvaise stratégie ! 
    A. H.

    Garder le cap
    La première leçon à retenir de l’élection présidentielle française, c’est la leçon de   démocratie. Deuxième leçon : des gouvernements français, de gauche comme de droite, oubliant leurs valeurs humanistes et républicaines, entretiennent et exploitent la haine de l’étranger, spécialement l’Arabe, le Noir et le Musulman. Troisième leçon : avec l’arrivée des  socialistes au pouvoir, qu’adviendra-t-il des excellentes relations tissées par Nicolas Sarkozy avec le Maroc? La complicité entre les dirigeants des deux pays pourra-t-elle servir les revendications des Marocains à plus de liberté, de dignité et de justice? Les socialistes pourront-ils jouer un rôle positif à cet égard, tout en sauvegardant les intérêts de leur pays? J’espère qu’ils auront l’intelligence de garder le cap.
    D. D.

    Pas vraiment ami !
    Vous avez sûrement vos propres raisons pour qualifier Nicolas Sarkozy, d’ami du Maroc. Personnellement, je vis en France depuis plusieurs années et je ne trouve pas le président sortant plus amical vis-à-vis du Maroc que ne l’était Jacques Chirac ou le général Charles De Gaulle. Sarkozy pense «à l’américaine» et comme tout bon américain  n’a ni ami ni ennemi durables, mais uniquement le business.
    L’erreur du président a été de pointer du doigt une communauté particulière pour prendre des voix à l’extrême droite. Je suis désolé mais cela m’est insupportable en tant que français de culture et tolérant… Ceci dit, le Maroc devra compter sur ses propres moyens qui sont l’évolution vers la démocratie et le modernisme ensuite que le Maghreb se réveille pour constituer un marché alléchant et dynamique qui sera le meilleur appât pour inspirer intérêt et respect aux autres puissances. Il n’y a que très peu de place à l’émotionnel dans la real politique.
    A. E.

    Niveau des débats
    Ce que je retiens des élections françaises est le niveau des débats, chaque candidat domine ses sujets, apporte des propositions concrètes, avec les chiffres actualisés et des projections, il n’y a pas que des paroles en l’air. J’aimerais qu’un jour nos candidats aux élections communales et parlementaires arrivent à ce niveau, peut être cela encouragera-t-il les gens à comprendre mieux les actions des futurs élus et aller voter. En ce qui concerne les résultats de ce vote en France, cela concerne tout d’abord le choix des Français en un premier lieu, l’UE en second, le Maroc et le reste des pays doivent s’accommoder et trouver des solutions de collaborations avec une nouvelle présidence.
    M. B.

    Intérêts d’abord
    Pour faire simple, ce sont les intérêts qui gouvernent les relations internationales. Du moment que les entreprises françaises trouvent des «consommateurs» au Maroc (TGV, centrale nucléaire, assainissement, télécoms, BTP...) et inversement, tant que les touristes français viendront en masse visiter notre pays et que nos sociétés agricole exportent sur le marché français, les relations franco-marocaines resteront au beau fixe et ceci indépendamment des parties politiques au pouvoir en France. La question se pose pour les MRE en France.
    Nicolas Sarkozy (pour des calculs électoraux) a stigmatisé les musulmans de France (maghrébins et africains). Ils sont (pour lui) la source de tous les maux de la société française. François Hollande défend la diversité mais sera-t-il capable de nommer des ministres d’origine étrangère et surtout arabe comme l’a fait Sarkozy?
    A. R.

     

    Hooliganisme : Proposition
    Notre public est tellement voyou avec des expressions très viles, des insultes, des gestes déplacés et maintenant ce hooliganisme, ce vandalisme, cette détérioration des équipements, ces batailles à la fin de chaque match. Où allons-nous? Comment arrêter ces voyous? Regardez le civisme des spectateurs espagnols, s’ils ne sont pas contents du résultat de leur équipe, des décisions d’un arbitres, ils sortent des mouchoirs blancs, vous voyez des familles entières, même des femmes très âgées qui supportent leurs équipes. Honte à ces voyous. Je propose des cartes d’accès obligatoires, chaque club doit instaurer une carte de spectateur nominative avec photo à 50 DH par an. Cette carte doit être présentée lors de l’acquisition du billet et à l’entrée du stade. La recette des ventes de cette carte doit être investie dans des oeuvres sociales pour le développement du sport dans les quartiers. J’espère que ma proposition attirera l’attention des responsables ainsi que celle des clubs et des responsables de la sécurité dans les stades.
    M. B.

    Le code des Rajaouis
    Il faut mettre fin au hooliganisme, fléau qui nuit à notre sport national. Voici une proposition de projet de code de déontologie pour les supporters du Raja de Casablanca.  Le présent code de déontologie regroupe l’ensemble des règles qui régissent les associations des supporters du RAJA de Casablanca, qui sont basées sur des principes et sur des valeurs auxquels s’identifient et se rallient tous ses membres et qui doivent prévaloir sur tous les enjeux des compétitions. Ce code vient encadrer la conduite, le comportement et les rapports entre les supporters du Raja et les autres partenaires, les organismes publics, les associations de joueurs et d’entraîneurs, la Fédération royale marocaine de football, la société gestionnaire des infrastructures sportives (SONARGES), le corps arbitral, la presse sportive et le public… Dans le détail, ce code doit régir les valeurs fondamentales et règles de conduite des supporters, la discipline et les sanctions. C’est une bonne chose pour développer une image positive du Raja et du supporter rajaoui. Supporter qui doit porter haut et fort les valeurs qui fondent le club à savoir: l’intégrité et le fair-play, l’amour du beau jeu et du spectacle, la loyauté, la fraternité, le respect de la loi, de soi-même et des autres. Il doit être constamment fier des résultats obtenus lors de toutes les compétitions tant nationales qu’internationales. De même qu’il doit être fier de tous les cadres et responsables ainsi que de tous les joueurs qui ont hissé très haut les couleurs du club et des équipes nationales. Enfin, il doit assimiler et diffuser les valeurs du Raja.
    A. A.

     

    100 jours pour Benkirane: Quel bilan ?

    Dur, dur
    Le gouvernement joue à présent à la mouche du coche. Certes, on communique, on évoque les grands sujets qui doivent impérativement faire l’objet d’une réforme, mais l’action, le plan de bataille du gouvernement est loin d’être mis noir sur blanc. Incontestablement, on sent l’acharnement du gouvernement pour mener à bien sa mission. Mais, j’estime qu’il a besoin de plus de temps pour faire preuve de sa bonne gestion. A travers leurs affirmations, on voit que nos ministres sont sur la brèche, mais une action imminente leur fait défaut. Tous les sujets abordés jusqu’à présent sont restés ouverts, semant l’ambiguïté dans l’opinion publique par cette gabegie dans la gestion. Le peuple marocain a cru au gouvernement actuel pour défendre ses droits primordiaux en scolarité, santé, travail... Mais, il attend toujours de voir des actions fructueuses, confirmant son œil de lynx, son obstination à mettre fin aux boulets qu’il traîne des gouvernements antérieurs.
    M. R.
    Vrai travail !
    Ce gouvernement a été très fort dans la production démagogique de brouhahas, de polémiques et de sujets en veux tu en voilà, qui n’ont ni queue ni tête, bien loin des priorités des Marocains. Même ressenti pour la méthode adoptée, une gouvernance folklorique. Il ne suffit pas de vouloir bien faire, encore faut-il savoir bien faire...ce n’est pas l’annonce de Aziz Rabbah (ministre du Transport) qui va réduire la corruption, encore moins les mièvres sorties de El Houssaine Louardi (ministre de la Santé) qui vont solutionner concrètement et dignement l’accès aux soins pour tous. Quant à l’actualité sur le choix de la langue... Mon Dieu, quel sens de la priorité a ce gouvernement? Le Premier ministre est nourri de bonnes intentions, il le déclare à tout va... l’enfer aussi est pavé de bonnes intentions... Pour l’instant nous n’avons pas vu de quoi est capable intellectuellement ce gouvernement, nous ne savons pas dans quelle mesure il est capable de nous livrer avec clarté et simplicité la politique économique qu’il souhaite mettre en oeuvre pour porter les défis de la société marocaine dans un contexte mondial où tout est à refaire. Dans le meilleur des cas nous l’ignorons, mais dans la réalité, j’ai l’impression qu’ils en sont incapables... Pour l’instant, il y a surtout de quoi nourrir de sérieux doutes sur leurs capacités. Livrer une politique économique est du ressort de la compétence et non de la politique politicienne. Il me semble par ailleurs que la grande priorité de notre pays est l’éducation, là encore...pas grand chose de clair, pas le sentiment que cela soit un sujet, pas sûr que le gouvernement ait le courage d’affronter les syndicats de l’Education nationale (où le syndicat du PJD tient d’ailleurs une place confortable).   Messieurs (et Madame), membres du gouvernement: quelle est votre vision pour l’Education? Que comptez-vous faire pour sauver l’école marocaine? Montrez nous de quoi vous êtes capables sur le terrain, pour le bénéfice de tous les Marocains...J’ai envie de vous demander d’arrêter de faire de la politique pour vous mettre au vrai travail.
    M. B.

     

    Horaire continue: L’anarchie
    Il y a un proverbe de chez nous qui a son pesant d’or. C’est celui-ci: «Le faquih dont on attendait la bénédiction est entré dans la mosquée avec ses souliers».
    Autrement dit: De ce nouveau gouvernement dont en attendait le combat contre le «fassad» (anarchie) et dont il a fait son cheval de bataille, n’a nullement réagi à une situation déplorable héritée, avouons le et qui perdure malheureusement et que tout le monde peut constater de visu. C’est l’irrespect manifeste et total de l’horaire dit continu. En effet, personne (sauf un petit nombre) ne sort à l’heure fixé par le règlement. Ce qui est encore plus scandaleux c’est que tout le monde sort à midi pour le déjeuner comme avant l’instauration du nouvel horaire pour revenir vers 14h 30 ou 15h. On laisse quelqu’un pour ne pas fermer la boîte et le tour est joué. De ce fait, le rendement a baissé de plus de 50% par rapport au bon vieux temps de 8 heures de travail. Et ce sont les chefs qui transgressent les premiers la loi et les subordonnés font de même, bien sûr.
    B. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc