×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3775 Le 03/05/2012 | Partager

    Khalfi doit-il démissionner?

    Evidemment !
    La question ne se pose même pas. Les élus et responsables gouvernementaux sont sensés penser à des mesures qui font avancer le pays et améliorer les conditions de vie des citoyens. Le ministre Khalfi n’a rien trouvé de mieux que de proposer la réduction de la langue française dans les chaînes nationales comme si cela allait régler les questions qui préoccupent la majorité des Marocains. Ces derniers souhaitent une meilleure éducation, un meilleur accès aux services de santé, plus de justice etc… Alors que partout dans le monde on encourage la maîtrise de plusieurs langues étrangères, Khalfi veut faire le contraire et réduire les chances des jeunes face à la concurrence et à la mondialisation. Il n’a rien compris et à mon avis il doit démissionner. Heureusement que nous avons SM le Roi qui recadre les choses quand certains membres du gouvernement dérapent. 
    M. K.

    Il faut appeler un chat un chat
    Les gens n’ont pas besoin d’attendre l’appel à la prière des chaînes de télévision pour aller prier. Et, ils n’ont jamais rien demandé dans ce sens. Il faut appeler un chat un chat. Le PJD avance doucement sous la bannière démocratique pour asseoir son idéologie sur le reste de la population, dont une bonne partie n’a pas voté pour lui. Alors arrêtez de parler pour tous les Marocains. La préoccupation de la population c’est du travail et une vie décente et pas plus d’arabe dans nos chaînes de télé. La chaîne Al Oula passe les appels à la prière, son journal d’information arabophone passe en prime-time et cela n’empêche pas que ça reste une chaîne médiocre. Je ne vois pas pourquoi 2M adopterait le même modèle, elle qui constituait une petite alternative à l’agonie de notre première chaîne nationale. Et pour finir, les Marocains iront toujours regarder les chaînes satellitaires arabes et occidentales au détriment de nos chaînes parce qu’elles sont plus «professionnelles».
    A. A.

    Démagogie
    Quels sont les résultats de l’arabisation de l’enseignement entamée dans la seconde moitié des années 70? Nous étions parfaitement bilingues, cela nous ouvrait des horizons pour les études supérieures, l’esprit et les autres cultures.  Ceux qui ont arabisé notre enseignement ont inscrit leurs enfants dans les missions étrangères et à l’étranger, eux-mêmes n’étant pas convaincus du bien fondé de leurs actions. En bons orateurs, ils ont seulement utilisé l’arabisation comme cheval de bataille à des fins politiques. Maintenant c’est le tour de l’amazigh avec tout le respect que j’ai pour cette langue et les personnes qui la parlent. Je reviens vers l’audiovisuel, je suis d’accord pour un certain contrôle des émissions comme cela se fait dans plusieurs pays occidentaux. L’audiovisuel doit nous apporter de la culture, non de l’obscurantisme et nous plonger dans les ténèbres de l’ignorance. Je me rappelle que lorsqu’au Maroc, on a pu capter la chaîne MBC, elle était surnommée «Ma bonne est contente». Ce qui est très significatif du niveau de cette chaîne.   Personnellement, je ne regarde pas les chaînes marocaines mais j’écoute les gens parler des feuilletons turcs, égyptiens, mexicains et autres, des programmes débiles et qui rendent débiles. Peu ou pas d’émissions scientifiques, techniques ou écologiques. La qualité des émissions est déjà médiocre, alors arrêtez de nous bourrer le crâne et de faire semblant d’être des innovateurs en faisant de la démagogie comme pour l’enseignement. J’aimerais poser une question aux ministres actuels: Où avez-vous fais vos études? Je ne crois pas que ce soit dans des établissements de l’enseignement public national. 
    M. B.

    Tirage au sort «Halal»
    Se contrôle-t-il ce monsieur au moins? Parlons-en des jeux de hasard. Je n’ai jamais été tenté par ce sport mais à ma connaissance, il me semble que certains d’entre eux consistent à tirer des chiffres au hasard. Et c’est décrété «Pas Halal», soit. Mais j’apprends le même jour que le ministère des Affaires islamiques va arrêter la liste des participants au Haj par tirage au sort. Donc et en toute logique au hasard. Je veux bien comprendre, le procédé en question: le tirage au sort est halal ou non? La réalité est simple, avec ces gens là, comme disait Brel, on plonge monsieur, tête la première, dans l’archaïsme et la schizophrénie.
    M. F.

    La darija, langue principale !

    Les feuilletons les plus regardés au Maroc sont ceux traduits en darija. Et d’après ce qu’on sait la darija n’est pas haram. Le ministre Khalfi n’a rien compris, lui qui veut islamiser le Maroc à sa manière en imposant les appels à la prière et l’arabe classique ! Ce n’est pas ainsi que l’on fera avancer le pays. Laissez les gens tranquilles et laissez-les vivre leur religion comme ils le souhaitent. Et surtout, ne les empêchez pas d’apprendre plein de langues étrangères. L’arabe classique n’est pas la seule langue dans ce monde. 
    K. J.

     

     

     

    100 jours pour Benkirane: Quel bilan?

     

    Voie révolutionnaire
    Les Marocains ont élu le PJD parce qu’ils espéraient des miracles. Ce parti promettait d’améliorer leur situation économique et sociale. Mais il s’avère que ce gouvernement s’est  vite montré incapable de tenir ses promesses,  ni de mener les réformes et les chantiers prioritaires (emploi, santé, éducation,  logement etc…). Il ne fait que cumuler les bourdes et les erreurs comme les déclarations contre les touristes étrangers, l’augmentation des taxes sur l’alcool et enfin l’arabisation des médias. Ces pjidistes, qui se prennent pour les tuteurs de la société marocaine, et refusent toute ouverture et démocratie dont ils se sont pourtant servis pour arriver au pouvoir, sont en train de nous conduire à l’effondrement. Alors mon message, celui d’une jeune marocaine qui tend vers le progrès social et croit à la tolérance et à la liberté, est que les jeunes Marocains sont déterminés à mener une continuité de modernité et de démocratie et refusent de subir les choix idéologiques du gouvernement, quitte à descendre dans la rue pour faire entendre leur colère et leur désaccord.      
    A. E.

    Les borgnes sont rois
    L’absence de réactions au sein des partis participants au gouvernement et le réveil tardif des partis à l’opposition montrent bien dans quel piètre état notre champ politique se trouve. Le PJD reste un parti très médiocre choisi pour sa virginité politique. Mais comme on dit, dans le pays des aveugles, le borgne est roi. En temps normal et dans tout pays qui se respecte, les sorties médiatiques hasardeuses de la seule femme ministre et du ministre de la Justice au sujet de l’affaire Amina auraient déjà contraint ces derniers à démissionner. Nous sommes en train de subir la mainmise du PJD sur les outils propagandistes tels que les médias, l’éducation, etc. Je pense que le phénomène d’immigration de la diaspora marocaine s’intensifiera au fur et à mesure que le pays régressera parce qu’aucune personne sensée n’accepterait pour ses enfants le futur que nous réserve le PJD.
    A. A.

    Incapacité
    Les sorties désastreuses de Khalfi sont la preuve que le gouvernement Benkirane est complètement déconnecté de la réalité. Cela révèle qu’il est incapable de bien gouverner et les Marocains l’ont compris. Heureusement que les islamistes ont été élus par les urnes, comme cela les citoyens vont se rendre compte de l’erreur qu’ils ont faite. En 100 jours, ils ont fait plus de mal que de bien à ce pays. Vivement, les prochaines élections !
    R. R.

     

    Evaluation: Les mentalités n’évoluent pas
    Même dans le secteur privé, le processus d’évaluation ne donne pas les résultats escomptés tant que les mentalités de certains dirigeants et responsables n’évoluent pas.  Les évaluations doivent être généralisées à tous les niveaux et être d’une objectivité qui ne laisse pas le sort de certaines personnes entre des mains peu scrupuleuses. Ceci dit, la méthode d’évaluation reste un moyen efficace à condition de mettre sur place des moyens, de déterminer au préalable des objectifs réalisables pour chacun et rédiger des procédures pour chaque poste. Un travail de longue haleine doit précéder la mise en place du système et une grande sensibilisation auprès des intéressés.
    N. B.

     Cour des Comptes: l’exemple canadien
    Au Canada, la ville de Montréal à un Vérificateur Général. Au moment des audits, publics ou privés, il y a toujours un compte rendu donné au public canadien. Et les sanctions suivent aussitôt.  C’est ce que j’appelle la démocratie financière publique...Dans notre pays, y-a-t-il des personnes dédiées à ce service?... Je ne crois pas que ce soit le cas. Il faudrait peut-être y penser pour que les rapports de la Cour des comptes soient suivis de mesures et de sanctions pour ne pas frustrer l’opinion publique.  
    H. J.

    Grèves : Seul moyen pour revendiquer
    La grève, c’est le seul moyen dont les gens disposent pour revendiquer... Il y a tellement de fraudes dans les secteurs public et du privé...  C’est parce que ces fonctionnaires se sentent humiliés qu’ils optent pour cette méthode peu agréable pour toute la population. Responsables, ayez un peu de considération pour vos employés dans la fonction publique et je suis sûr qu’on aura moins de grèves. 
    A. A.

    Grèves : Manque d’alternatives
    Comment voulez-vous qu’un petit fonctionnaire puisse revendiquer ses droits légitimes si le dialogue est bloqué? Il faut que le gouvernement fasse le nécessaire et donne ses instructions aux responsables des ressources humaines afin de donner la priorité de l’avancement de grade par quotas aux personnes qui vont partir à la retraites. C’est grave ...ce qui se passe actuellement dans le gouvernement Benkirane. On commence déjà à regretter notre vote pour ce parti. Au lieu d’avancer, on recule dans la fonction publique ... plus aucun acquis... Merci de transmette cette angoisse des fonctionnaires moyens qui font la majorité populaire......on attend le changement. 
    MM

     

    IR: Les professions libérales doivent payer 
    Je veux bien donner mon avis sur la possibilité de revenir sur la tranche IR à 40% pour les revenus supérieurs à 240.000 DH/an. On presse seulement les salariés. Les professions libérales (médecins, avocats etc…) échappent à l’impôt pourtant ils gagnent très bien leur vie. Il y a tellement de niches à prospecter avant de revenir sur la révision à la hausse de l’IR qui pénalise aussi bien le salarié que l’entreprise. Un peu de justice SVP.
    A. A.

     Fonction publique : Plus d’objectivité
    Les critères et modes d’évaluation ne sont jamais objectifs! Comment voulez-vous qu’un chef d’une équipe qui a un niveau inférieur à ses subordonnés soit en mesure de les évaluer? On sait aussi que dans l’administration publique, les responsables ne ratent aucune occasion pour se remplir les poches! Alors, comment voulez vous qu’ils partagent le gâteau? Il ne faut pas rêver du bon fonctionnement de ce système du moins dans le secteur public!
    K. J.

    Evaluer les responsables d’abord
    Commençons d’abord par l’évaluation des responsables (Directeurs d’administration centrale, chefs de division, chefs de service..) des directeurs des établissements publics, des walis et gouverneurs, des ambassadeurs et des consuls... Qui dit évaluation, dit programme et résultats. Qui dit programmes dit moyens et objectifs. Qui dit évaluation dit transparence. Sincèrement on en est encore loin. Ce sont les fantasmes de quelques responsables arrivés tout droit d’une mission d’agrément du Canada ou de France.
    A. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc