×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3731 Le 01/03/2012 | Partager

    Alcool: Un débat toujours passionné!

    Contradictions
    Votre article dans votre quotidien N°3725 du 22 février 2012, concernant la prohibition et la vente ou l’offre d’alcool aux Marocains musulmans nous interpelle à plus d’un titre !
    Aucun médecin sérieux, ne pourrait contester les effets désastreux de l’alcoolisme dans une société. Tout au moins ses excès. L’excès d’alcool peut avoir en effet des conséquences graves sur le corps social d’un pays, les Russes en savent quelque chose, puisqu’ils sont en train de légiférer sur la consommation d’alcool dans leur pays, qui est telle, que des mères mettent au monde des enfants handicapés mentaux ou physiques, et que l’espérance de vie en est tellement raccourcie que la Russie s’inquiète de l’avenir de sa population notamment en termes de renouvellement des générations ! Sans compter l’extrême valorisation de l’alcool qui met souvent hors jeu les non consommateurs d’alcool. C’est dire quel fléau cela peut entraîner ! Mais il y a loi et loi. 
    Si l’Islam interdit la consommation d’alcool, le Christianisme n’est pas en reste puisque dans la Bible sans être  interdit, on y trouve aussi de nombreux chapitres qui mettent en garde contre la consommation excessive d’alcool. 
    Mais ici, le Maroc se trouve une fois de plus, face à ses contradictions. La loi, au Maroc, interdit non seulement la vente aux Marocains musulmans, mais elle interdit aussi aux Marocains musulmans de vendre ou d’offrir de l’alcool à d’autres Marocains musulmans !
    Demandez à nos caissières des supermarchés si elles peuvent refuser l’argent de Marocains musulmans venus acheter de l’alcool…… !
    Autrement dit, cette loi est ségrégationniste! Elle fait des musulmans des sous citoyens, une spécificité déconnectée de la réalité, et des citoyens musulmans des sujets infantilisés, où leur libre arbitre est soumis à l’autorité. 
    Cet article 28 de l’arrêté du directeur général du Cabinet royal du 17 juillet 1967, et publié au BO n°2856, rejoint toute une panoplie de mesures ségrégationnistes à l’encontre des musulmans marocains, comme l’interdiction pour une Marocaine musulmane d’épouser un non musulman, l’interdiction pour un Marocain ou une Marocaine de sortir de la religion musulmane, l’interdiction de manger ou boire en public au moment du Ramadan, l’interdiction des hôtels pour les musulmans marocains ou musulmanes marocaines non mariés…..
    Comme on le voit, les prédécesseurs du PJD, qui n’affichaient pas de programme islamiste, n’ont pas hésité à être  plus islamistes qu’un intégriste religieux, on aurait même envie de dire, que le PJD n’a pas grand-chose à rajouter à cette panoplie de lois liberticides qui mettent sous leur coupe plus de  90% des habitants de ce pays. 
    S. B.

    Hypocrisie générale
    Celui qui boit de l’alcool n’est pas un musulman, alors que les taxes (TVA) de la consommation passent dans la caisse de musulmans ! Une fois à Agadir, j’ai été à la mosquée pour faire la prière du vendredi dehors parce qu’il y avait beaucoup de gens. Juste devant la mosquée, il y avait un bar où des touristes buvaient leurs bières et nous regardaient faire la prière. Si on est un pays musulman, pourquoi il y a des bars? Je crois que même le touriste ne comprend pas cela. La femme qui s’habille avec un kaftan et montre ses jambes n’est pas une femme respectable mais à la plage c’est autre chose. On a la liberté de la presse, mais des journalistes sont en prison. On a les droits de l’Homme mais on torture des gens dans les prisons. On a le droit de faire la grève mais on sera frappé, insulté et même arrêté. Arrêtons cette hypocrisie!
    A. L.

    Profits
    Il est évident que si on complique la vente d’alcool un bon tiers au moins des MRE ne viendra plus passer ses vacances au Maroc. Les touristes, non plus.  L’alcool rapporte beaucoup aux caisses de l’Etat, c’est une évidence.
    A. Z.

    Pas tous des buveurs 
    Les MRE ne viennent pas au Maroc pour boire de l’alcool mais pour rendre visite à leur famille. Ils ne vont pas laisser la bonne bière (moins chère) hollandaise ou allemande pour boire la bière marocaine. Il y en a beaucoup qui viennent pour passer le ramadan aussi. C’est une honte de prétendre qu’ils viennent pour boire. Ce sont les citoyens qui boivent de l’alcool et ils n’ont pas besoin d’aide des MRE. A mon avis, il faut réduire la vente de l’alcool dans ce  pays car on a suffisamment de problèmes...
    D. T.

    Chiffres parlants
    Il n’est ni correct ni juste d’insinuer que ce sont les MRE qui consomment l’alcool vendu au Maroc. Je vous invite à relire un court article publié par  un hebdomadaire national qui explique que la consommation d’alcool au Maroc a considérablement augmenté au cours des dernières années. Les Marocains consomment en une année un total de 131 millions de litres, tous alcools confondus.  La consommation par habitant est donc une des plus importantes au monde. Et cela accentue la contradiction des lois du Maroc, qui permet la promotion de l’alcool, d’une part, et la punition des consommateurs d’autre part. En effet, l’Etat autorise la vente d’alcool dans les centres commerciaux, et dans les bars, les boîtes, les hôtels et les discothèques. L’Etat marocain autorise même la publicité dans les médias tandis que légalement sa consommation reste interdite.
    Il est urgent de clarifier la situation en acceptant le fait que les Marocains boivent comme tout le monde mais en ne négligeant pas toutes les campagnes de prévention sur les dangers de l’alcoolisme en ce qui concerne sa responsabilité dans les accidents de la circulation et les problèmes sociaux et sanitaires car la consommation excessive d’alcool peut provoquer des cancers.
    M. M.

    Libertés individuelles 
    Aucune loi, aucun parti, aucun gouvernement ne doit dicter aux citoyens la façon de mener leurs vies privées et encore moins interférer ou/et réduire leur liberté individuelle ... Sous aucun prétexte quel qu’il soit ... ! Religieux ou autre !
    A. H.

    Interdire l’alcool
    L’alcool est un mal dans les sociétés du monde: il faut l’interdire et  tant pis pour ceux qui appellent à la liberté quand c’est contre la volonté de Dieu. Il y a plein de boissons autorisées. 
    C. C.

     

    Puits: Est-il normal de déclarer

    Préserver la ressource
    J’ai un puits dans mon jardin et je trouve la décision des agences hydrauliques tout à fait normale. Elles auraient même dû le faire beaucoup plus tôt pour mieux préserver les ressources en eau de notre pays. Les gens abusent et ne font pas attention à l’eau. Ils gaspillent énormément surtout quand c’est gratuit. L’eau prélevée dans les  nappes phréatiques doit être payante, c’est une richesse au même titre que le pétrole ou autre ressource naturelle. On devrait aussi faire payer les hammams qui puisent leur eau via des puits sous prétexte que l’eau est abondante (notamment à Casablanca).
    B. J.

    L’eau appartient à tous
    Pourquoi déclarer son puits ? A mon avis, l’eau appartient au bon Dieu et par conséquent à tous. Je ne vois pas pourquoi, il faudrait payer l’eau des puits des jardins. Je crois que l’Etat veut gagner de l’argent sur un «bien» qui appartient à tous.
    H. L.

    L’Etat doit assister le petit paysan
    Les décisions sont toujours prises au détriment du petit paysan. L’Etat ferait mieux d’assister ce dernier :
    - En lui envoyant des conseillers agricoles,
    - En procédant aux groupages des petites parcelles de ce petit paysan pour rendre son travail plus rentable,
    - En lui facilitant l’écoulement de ses produits,
    - En l’aidant à soigner son bétail (vaccins),
    - En l’aidant dans l’alimentation de son troupeau qui n’a rien à manger cette saison sans pluie,
    - En lui créant des écoles pour ses enfants,
    - En lui construisant des dispensaires à proximité,
    - En lui procurant de l’eau à boire pas en passant par ces histoires secondaires des autorisations pour les puits… Attention à la révolte de ces petits paysans!
    K. A.

    Contrôle par satellite
    Tout d’abord, il faut restructurer l’administration afin d’être motivé de faire la demande. Ensuite, il faut voir la faisabilité du contrôle, sinon bonjour la corruption. Il vaut mieux utiliser un contrôle via satellite, si on en a les moyens. Sans oublier que jusqu’à maintenant toutes les lois concernant l’agriculture n’ont fait que léser les petits agriculteurs et enrichir les grosses exploitations.
    D. D.

    Prolongation de délai
    Une souplesse est très souhaitable pour les fellahs disposant de moins de 5 ha et une prolongation de délai est nécessaire pour permettre à tout le monde d’être en phase avec le règlement étant donné que la date limite du 04 février 2012 a coïncidé avec les grèves des services de légalisation et signatures relevant des communes.
    A. B.

     

    Chasse aux vendeurs ambulants

    Respect du pauvre
    A-t-on oublié que  le texte sacré qui dit : «ne chasse point un quémandeur». On n’est pas pauvre et mendiant par choix. Il faut établir des critères de pauvreté et à partir de là quand on aura établi ces critères, les autorités pourront alors sévir avec justesse et chasser toutes ces hordes de faux mendiants. 
    A mon avis, en l’absence de tout système d’aide officiel tel qu’un revenu d’insertion ou salaire minimum généralisé, il sera très difficile voire impossible à la police de traiter au cas par cas sans tomber dans la bavure et la subjectivité. 
    Pour échapper aux dérives qui guettent une campagne anti-mendicité, il faudra mettre sur pied un programme d’accompagnement avec des procédures claires, des objectifs bien compris de tous et des résultats fixés à l’avance. En attendant c’est vrai qu’il est désolant de devoir conduire les vitres fermées quand vous êtes à un feu rouge où quand vous êtes tout simplement pris dans un bouchon. Il y aurait plus d’arnaqueurs et de malfaiteurs que de nécessiteux. J’espère me tromper.
    A. S.

    Chasse aux pauvres
    Cher monsieur, laissez la religion de côté. N’utilisez point de versets du Coran dont vous ignorez le vrai sens. Il y a des hadiths qui autorisent la mendicité temporairement dans trois circonstances seulement; pour que ça ne devienne pas une habitude comme c’est le cas du Maroc. L’Islam veut que la personne garde sa dignité. La main qui donne est meilleure que celle qui reçoit.
    D. S.

     

    Casa mérite mieux !
    Les travaux du tramway au croisement Technopark/Sidi Maarouf ont duré une semaine seulement! Pourquoi on n’arrive pas à avancer aussi vite dans les autres quartiers de la ville défigurés par ces travaux ? (Beauséjour, Abdelmoumen, en face de sport plazza) Je ne comprends pas! Sinon pour décongestionner la situation voici le plan d’action que je propose pour que Casablanca mérite un meilleur sort:
    - Interdire les taxis blancs à Casablanca (les limiter aux périphéries)
    -Matérialiser physiquement les lignes blanches et les séparateurs de file (par des bumpers en plastique pour faire respecter le code de la route)
    -Mettre plus de policiers aux carrefours et inciter/autoriser la police à punir les taxis qui s’arrêtent au milieu de la route ainsi que les piétons qui traversent n’importe où. 
    -Penser à instaurer un péage à l’entrée de la ville pour désengorger la situation et inciter les gens à ne pas utiliser leur voiture. 
    T. T.

    Villes nouvelles
    Il faudrait commencer à bâtir de nouvelles villes aux alentours de Casablanca, villes bien étudiées avec verdure et infrastructures tels écoles et hôpitaux. Ces villes devant être destinées à la classe moyenne ayant un budget de 700.000 DH pour un appartement (comme dans les années 90). Car on fait beaucoup pour les logements sociaux et on néglige la classe moyenne et c’est bien celle-ci qui est consciente du problème de qualité de vie mais ne trouve aucune autre alternative car les seuls quartiers encore vivables sont inaccessibles vu la bulle spéculative.
    A. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc