×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3616 Le 15/09/2011 | Partager

    Conjoncture difficile pour l’immobilier

    Une Logan au prix d’une Mercedes
    Actuellement, nous qui sommes dans le métier, nous constatons des aberrations soulevées chaque semaine par les journalistes de L’Économiste! Est ce qu’il est normal de vouloir vendre une Logan au prix d’une Mercedes? C’est purement scandaleux! Les consommateurs après une euphorie ont mûri. Ils ne sont plus du tout prêts à acheter n’importe quoi, n’importe où, à n’importe quel prix, sous prétexte que c’est construit ! Ils veulent de la qualité au bon prix, bien placé ! Ils ne veulent plus acheter à l’aveuglette. Alors, quand on prend son temps, on voit mieux les défauts. Pas d’isolation, pas de confort, pas de finitions! Livraisons retardées, prix excessifs, on ne peut pas demander aux entrepreneurs de construire à 3.000 DH/m², de vendre à 15.000 ou plus le m2 et appeler cela du haut standing! Le gouvernement, conscient de cela, réglemente les promoteurs, les constructeurs, la vente et c’est très bien! Les MRE deviennent attentifs et préfèrent acheter dans le social! Les Marocains veulent en avoir pour leur argent, bravo, on ne peut que s’en féliciter!
    C. L.

    Indignation
    Je voulais juste m’indigner quant à l’accord d’un permis d’habiter à un grand constructeur, espagnol alors que la qualité promise n’a pas été à l’ordre du jour. Ce constructeur, qui «travaille» au Maroc depuis quelques années, pratique des prix exorbitants, au-delà de la moyenne nationale, et qui ne correspondent en rien à la qualité rendue. A Marrakech comme à Tanger, les appartements qui ont coûté entre 18.000 et 22.000 DH le m2 sont mal finis, présentent de nombreuses malfaçons et subissent les effets des eaux pluviales et des explosions des conduites des eaux usées (infiltrations par les murs). Ce «grand constructeur» fait appel à des ouvriers à la tâche ( 3attachas peu coûteux) et remporte encore des marchés pour de gros projets. Pourquoi n’est-on pas exigeant avec les entreprises étrangères qui ont choisi de survivre aux dépens des Marocains en exploitant la force de travail des salariés ainsi que la naïveté des clients? Le tout pour un produit de mauvaise qualité.

    K. B.


    Trés chère rentrée scolaire

    Une galère
    En tant que père de famille, cette période de l’année représente une galère pour moi !! Malheureusement, on n’y peut rien, on privilégie le bonheur et l’avenir de nos enfants sur le nôtre! A ne pas oublier le projet concernant la caisse de compensation qui va certainement alourdir nos dépenses et augmenter nos charges! PS: Aid Al Adha est dans moins de 2 mois, préparez vos poches!
    AB

    Les parents victimes!

    Les fêtes se succèdent l’une après l’autre. En commençant par les grandes vacances et leurs dépenses, puis le mois sacré du ramadan et ses charges supplémentaires surtout en matière de consommation, suivi de la fête de l’Aid el Fitr, le tout est couronné par la fameuse rentrée scolaire. Les dépenses des foyers dans des circonstances pareilles ne répondent plus aux bourses des salaires moyens et même ceux qui gagnent davantage. S’ajoutent à cela, les publicités encourageant la consommation des crédits. Dans cette tourmente, l’inévitable se produit en se pliant aux exigences liées à la fête ou à la rentrée scolaire. Avec les salaires qui sont les nôtres, que ce soit dans le public ou le privé, la charge de la rentrée scolaire devient un cauchemar pour les parents. Elle est lourde à l’image des cartables que transportent les écoliers sur le dos, courbés sous le poids des livres et cahiers. Le transport est une autre paire de manche. Sans oublier les grèves qui se déclenchent en série de trois jours ou plus. Enfin, il serait souhaitable que les futurs gouvernements voient objectivement le secteur en question, et trouvent des solutions pour améliorer la vie scolaire en la rendant plus commode, plus civilisée, en augmentant les salaires, et en subventionnant la scolarisation des enfants. Je termine en implorant le bon Dieu d’assister les pauvres parents et que les enfants soient scolarisé dans des conditions favorables.
    H. M.

     

    Un sourire n’a jamais fait de mal à personne
    J’ai lu avec intérêt les quelques articles des intervenants au sujet du tourisme interne dans notre pays et je m’associe à leurs remarques. J’ajouterai que le personnel hôtelier et plus particulièrement les réceptionnistes, dont certains doivent bénéficier d’une formation en matière d’accueil (un petit sourire ne fait de mal à personne), au lieu d’afficher une tête d’enterrement, doit être en mesure de répondre à certains besoins des clients, de rendre agréable le séjour à l’hôtel pour vous donner envie d’y retourner. Il est difficile de comparer les prestations locales avec celles des autres pays européens.
    F. M.

    Ce qu’il nous faut, c’est un TGV
    En Europe, la crise est là et les prix ont déjà baissé, alors qu’au Maroc, les gens refusent de voir la crise. C’est peut-être à cause de notre mentalité qui nous amène à toujours dire que tout va bien. On dit même qu’il n’y a pas d’offres suffisantes pour les acheteurs. Je ne comprends plus rien... D’ailleurs, aux USA, il y a aussi la crise du chômage, alors qu’au Maroc, on dit qu’on a «seulement» 9% du chômage. Barack Obama investit 450 milliards de dollars pour résoudre le problème de l’emploi, alors qu’au Maroc on va laisser les français construire le TGV pour résoudre leurs propre crise économique. Je ne comprends plus rien.... On n’a pas une crise immobilière, ni beaucoup du chômage, tout ce qui nous manque c’est un TGV?
    A. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc