×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Salon de Francfort
L’hybride et l’électrique raflent la vedette
De notre envoyé spécial, Amin RBOUB

Par L'Economiste | Edition N°:3616 Le 15/09/2011 | Partager
Porsche 911, Twingo, Beetle 2, Mercedes Classe B… Une pluie de nouveautés
Les constructeurs appréhendent une contraction de la demande
Renault mise sur la gamme électrique

Le lancement du salon a été marqué par la présence de grands patrons et icônes de l’automobile tels que Carlos Ghosn, président du groupe Renault-Nissan, Monsieur Tata, patron du groupe indien éponyme. Le salon est l’occasion de nombreuses révélations, notamment sur le créneau de l’électrique. C’est le cas du groupe Renault qui parie sur l’environnement en tant que phénomène durable avec la commercialisation d’une gamme complète de véhicules

De l’éblouissement des sens! C’est du moins l’impression que donne le plus grand salon européen de l’automobile, qui se déroule du 15 au 25 septembre à Francfort. Une grand-messe qui se tient tous les deux ans en alternance avec son alter ego, le Mondial de Paris.
L’édition 2011 (64 e) aura tenu toutes ses promesses. Design, luxe, sport, écologie (véhicules hybrides et électriques, zéro émission), ergonomie… sont les fondamentaux et les thématiques phares de cette année. Et cerise sur le gâteau, des shows non-stop, des animations et défilés d’hôtesses, des projections de films publicitaires, beaucoup de merchandising, tuning, test-drive…
Le tout sur fond de nombreuses révélations et de forte dominance des compactes. Comme à l’accoutumée, le salon a été l’occasion de révéler moult nouveautés en avant-première mondiale. Parmi les lancements phares: les baptêmes de Twingo de Renault, le Frendzy: véhicule à la fois utilitaire et particulier (4e concept-car illustrant la stratégie design de la marqe au lozange lancée il y a un an) qui est 100% électrique, Mercedes Classe B et SLS Roadster, la Porsche 911, Audi A8 L W12 ou encore la nouvelle génération de la Beetle 2 et la Up de Volkswagen… Le lancement du salon a été marqué par la présence de grands patrons et icônes de l’automobile tels que Carlos Ghosn, président du groupe Renault-Nissan, Monsieur Tata, patron du groupe indien éponyme, ainsi que des designers de renom tels que Giugiaro ou encore Walter Da Silva.
Autre particularité de cette édition, le salon intervient dans un contexte de morosité économique ambiante et de conjoncture difficile qui fait que les marchés sont devenus très volatiles. Les majors appréhendent une contraction de la demande et jouent la prudence. Mais nombreux sont les constructeurs qui veulent ignorer la crise. «Il y a certes la volatilité qui fait que les marchés sont extrêmement difficiles à prévoir, surtout en Europe. Mais il y a aussi les marchés émergents, qui sont dans une dynamique de croissance et de forts taux d’équipement des ménages. Et ce ne sont pas des marchés de renouvellement comme en Europe», confie à L’Economiste Jacques Chauvet, président de la région Euromed du groupe Renault. Et c’est justement cette conjoncture difficile qui a poussé les constructeurs à innover, concevoir des modèles plus attractifs avec des concepts inédits. D’où le fort renouvellement de style et du design chez pratiquement l’ensemble des constructeurs pour plus d’attractivité. Et ce n’est pas tout, l’on mise fort sur l’électrique. C’est le cas de figure du groupe Renault qui parie sur l’environnement en tant que phénomène durable avec la commercialisation d’une gamme complète de véhicules zéro émission (ZE), à l’instar du Zoe ou encore la gamme Twizy. Ainsi, Renault s’est engagé avec son plan «2016: Drive the Change» à réduire son empreinte carbone monde de 10% d’ici 2013 et de 10% additionnels entre 2013 et 2016.
L’édition 2011 du salon a aussi l’avantage de préfigurer de ce que sera l’automobile en 2012. Du ludique au fonctionnel en passant par le premium, les véhicules prestigieux des années à venir. Sur ce registre, les Allemandes n’ont pas lésiné sur les moyens, surtout dans les stands ultra modernes et de loin les plus prestigieux de Mercedes et Audi. Porsche, BMW et Volkswagen étaient aussi très attractives. Les inconditionnels des Bentley, Lamborghini, Maserati, Ferrari, Jaguar… ont été comblés tellement les innovations sont nombreuses.

Renault Tanger: Une voiture toutes les 2 minutes!

Au salon de Francfort, l’on parle aussi de l’usine Renault de Tanger dont le lancement est prévu vers le mois de février 2012. Les programmes suivent les plannings tels que prévus. Les bâtiments sont achevés sauf le volet administratif. Début juillet dernier, l’usine a pris la responsabilité de construire et de tester les premiers prototypes. Des voitures de pré-série qui servent à la formation des ouvriers. Le démarrage réel de la production est programmé pour début janvier. La commercialisation est prévue pour début avril 2012. Plus de 90% iront à l’export. Au total, indique Jacques Chauvet, le site de Tanger comptera 2.000 personnes fin 2011, 4.000 fin 2012 et 6.000 vers fin 2014. Le management de Renault parle de 40% de taux d’intégration locale lors du démarrage. En plus de la Logan, le site devra produire de nouveaux véhicules qui n’ont jamais été produits (un fourgon et une familiale) avec des ambitions de zéro rejet. Le pari est de produire 170.000 véhicules dans la phase I avec le challenge d’une voiture toutes les deux minutes.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc