×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Focus

    5 ans de l'INDH
    Penser autrement les politiques publiques
    Entretien avec la gouverneur-coordinatrice nationale de l’INDH

    Par L'Economiste | Edition N°:3601 Le 23/08/2011 | Partager

    Pour la gouverneur-coordinatrice nationale de l’INDH, la prochaine étape nécessite la prise en compte d’un arsenal de mécanismes et d’outils en matière de bonne gouvernance, de ciblage, de formation et de renforcement des capacités

    Nadira El Guermaï, gouverneur coordinatrice de l’INDH, dresse le bilan de la 1re phase de l’INDH, défend les acquis, les réalisations mais fait aussi part des contraintes majeures et des pistes d’amélioration. Selon El Guermaï, la prochaine étape nécessite la prise en compte d’un arsenal de mécanismes et d’outils en matière de bonne gouvernance, de ciblage, de formation et de renforcement des capacités, de contrôle et d’audit…

    - L’Economiste: Quels enseignements et difficultés ont été tirés de la 1re phase de l’INDH?
    - Nadira Guermaï: Durant sa première phase 2005-2010, l’Initiative a été marquée par la réalisation de plus de 22.000 projets et actions de développement, dont 3.700 activités génératrices de revenus au profit de plus de 5,2 millions de bénéficiaires. Le montant d’investissement global s’élève à 14,1 milliards de DH avec une contribution de l’INDH de 8,4 milliards de DH. Au cours de la première phase, l’Initiative a tissé de façon graduelle un changement significatif dans le mode de conduite des politiques publiques, en instaurant un changement comportemental notoire au sein de la population qui devient de plus en plus engagée. Grâce à ses fondements et sa démarche, l’Initiative a renforcé l’ancrage de la confiance en soi et en l’avenir, la culture de la participation et de la bonne gouvernance en instaurant des procédures inclusives, en adoptant des stratégies de formation et renforcement des capacités, de communication de proximité et en exigeant des dispositifs de suivi, de contrôle et d’évaluation. Globalement, les acquis sont multiples. Cela va de l’ancrage de la culture de participation, à la dynamisation du tissu associatif en passant par la promotion de la femme, l’appropriation des projets ou encore l’amélioration des conditions de vie des bénéficiaires de projets. Mais il y a aussi l’ancrage de la bonne gouvernance, le renforcement de l’estime de soi, la dignité, l’émancipation… Néanmoins, comme tout projet de développement novateur, l’initiative s’est heurtée à certaines difficultés. Il s’agit notamment de la convergence avec les services de l’Etat et les collectivités locales, la mise en place des circuits de commercialisation des AGR, le renforcement du tissu associatif et la pérennité de certains projets.

    - Justement, comment vous comptez gérer les problèmes de convergence ?

    - D’abord, je tiens à préciser que la convergence est un principe qui ne relève pas uniquement de l’INDH. Il est plutôt en relation avec la politique du Gouvernement et concerne toute les politiques publiques. Sa Majesté le Roi Mohammed VI avait mis l’accent lors du discours fondateur de l’INDH sur la nécessité de revoir les politiques publiques et les plans communaux de développement en convergence avec les programmes de l’Initiative. Dès lors, un effort considérable a été fait dans ce sens par INDH afin d’instaurer des bases solides pour la mise en œuvre effective de la convergence. C’est ainsi que le principe de convergence a été consacré par la plateforme de l’INDH (août 2005) et un séminaire gouvernemental sur la thématique a été tenu à Béni Mellal en septembre 2006. Depuis, un comité stratégique avait décrété « 2008: Année de la Convergence». Le comité a aussi décidé la mise en place au niveau de chaque département, des personnes ressources dédiées à l’INDH. Par ailleurs, les instances de gouvernance de l’INDH, à travers leur composition tripartite: un tiers d’élus, un tiers des représentants des services déconcentrés de l’Etat et un tiers de représentants du tissu associatif restent un vrai espace de concertation, de synergie et de convergence. L’instauration d’une bonne convergence nécessite du temps car il faut agir sur les comportements, sur les modes de fonctionnement, les modes organisationnels…

    - Quels ajustements comptez-vous apporter à la deuxième phase?

    - La mise en œuvre de la deuxième phase de l’Initiative nécessite la prise en considération des hautes orientations royales ainsi que les recommandations formulées par l’ensemble des partenaires et les résultats des missions d’évaluation, de suivi et d’audits réalisées au cours de la première phase quinquennale de ce projet. L’ensemble des travaux menés lors des ateliers tenus au niveau central, régional et local, avec les différents acteurs élus, associatifs, universitaires, personnes ressources, bénéficiaires, porteurs de projets ont permis de faire ressortir un arsenal de mécanismes et d’outils en matière de bonne gouvernance, de ciblage, de formation et renforcement des capacités, de communication, de pérennité, de suivi évaluation, de contrôle et d’audit, à même de permettre des ajustements et des redressements pour la deuxième étape.

    Ingénierie

    La première phase de l’INDH a rencontré de nombreuses lacunes et déficits en termes de qualification des acteurs. Aux yeux de Nadira El Guermaï, «les lacunes et le manque de qualifications sont en grande partie dus au caractère novateur de l’INDH qui est venue avec une nouvelle approche, un nouveau style de management et de gestion de projets, basés sur la participation, la transparence, la contractualisation, la culture du suivi et de l’évaluation». L’Initiative a également permis de faire émerger de nouveaux besoins auprès des populations. Ce qui requiert, selon El Guermaï, des compétences et des profils spécifiques. Pour accompagner ces changements, tout un arsenal d’outils et de dispositifs a été mis en place à l’instar de manuels de procédures, de stratégie de formation et de renforcement des capacités déclinés en plans territoriaux, la formation des chefs de service en matière d’ingénierie de formation continue et de capitalisation.

    Propos recueillis par Ilham BOUMNADE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc