×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Fitch Ratings confirme le «AAA» américain

Par L'Economiste | Edition N°:3597 Le 17/08/2011 | Partager
Politique monétaire et taux de change: bouclier en temps de crise
Un pied de nez à la décision de Standard & Poor’s

L’AGENCE de notation Fitch Ratings a confirmé mardi la note maximale «AAA» attribuée à la dette souveraine américaine. C’est une annonce qui vient contredire la décision de l’autre agence du «Big Three», Standard & Poor’s (S&P), qui avait provoqué il y a quelques jours un tollé sur les marchés financiers en dégradant la note US du «triple A» à «AA+», une première depuis 1917. L’agence de notation Fitch a ajouté que la perspective des Etats-Unis était stable, une fois de plus en contradiction face à S&P qui soulignait la perspective négative de la note US. Selon l’agence de notation, la note «AAA » que gardent les Etats-Unis concernent les piliers fondamentaux de l’exceptionnelle solvabilité des Etats-Unis. Son rôle pivot dans les systèmes financiers mondiaux et son économie flexible, diversifiée et riche ont joué en sa faveur. Fitch considère que l’économe américaine est capable de s’adapter aux chocs grâce à la flexibilité de sa politique monétaire et de ses taux de change. L’agence estime ainsi que les USA devraient retrouver du rythme et que leur croissance devrait pouvoir dépasser sa moyenne de long terme avant de se stabiliser sur la durée, au-dessus de 2,25% l’an. Concernant la question de la dette publique, Fitch l’évalue à 94% du PIB cette année, soit la plus élevée parmi les pays notés «AAA». En revanche, l’agence fait remarquer que l’endettement du gouvernement fédéral est plus faible que dans d’autres grandes économies notées «AAA» (70% du PIB aux Etats-Unis en 2011 contre près de 75% pour le Royaume-Uni et la France).
L’agence de notation souligne toutefois qu’elle pourrait être amenée à revoir la perspective d’évolution de la note du pays si le comité parlementaire composé des républicains et des démocrates, dont les conclusions sont attendues pour la fin novembre, n’arrivait pas à se mettre d’accord sur un plan crédible de réduction de la dette publique faramineuse, évaluée à plus de 14.300 milliards de dollars. Une telle décision impliquerait une forte probabilité que le pays perde dans les deux ans sa note maximale, qui lui permet de bénéficier de conditions de refinancement très avantageuses.

Amine EL HASSOUNI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc