×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:3596 Le 16/08/2011 | Partager

    Warrren Buffet: Taxez-moi!
    Warren Buffet le milliardaire américain demande aux parlementaires d’augmenter les impôts pour les ultra-riches, afin de réduire l’énorme déficit budgétaire du pays.
    Dans le New York Times, le patron du fonds d’investissement Berkshire Hathaway propose une hausse d’impôts pour les Américains dont les revenus dépassent au moins un million de dollars par an, et une hausse encore plus élevée pour ceux qui gagnent plus de 10 millions de dollars annuels. Pour lui, il est anormal que son taux d’imposition ne représente que 17,4% de ses revenus, alors que celui des 20 personnes travaillant dans son bureau était compris entre 33 et 41%.


    Tunisie : 55 bourses marocaines
    Ce sont au total 55 bourses marocaines qui ont été accordés à des étudiants tunisiens, dont 24 en médecine. Ceci dans le cadre des échanges entre les deux pays pour l’année universitaire 2011-2012. Les bénéficiaires sont des lauréats de la session du baccalauréat de cette année. Ils viennent principalement des sections mathématiques et sciences expérimentales, leurs moyennes varient entre 18,77 et 15,17 sur 20. Les filles sont plus nombreuses étant réputées en Tunisie d’être plus studieuses que les garçons. Pour sa part, l’Algérie a accordé aux étudiants tunisiens 30 bourses réparties entre la médecine générale, vétérinaire, la chirurgie dentaire et l’ingénierie maritime.

    La Chine profite de la crise
    La dégradation de la note souveraine des Etats-Unis ne fait pas que des malheureux. Le géant chinois devrait continuer de monter en puissance. «Si nous repartons dans une période de récession, la Chine connaîtra un léger effet boomerang, car ses exportations ralentiront, mais ce ralentissement sera compensé par des exportations de biens manufacturés en direction de la Russie, le Moyen-Orient ou les pays africains », selon les analystes. Le pays pourra toujours jouer sur la relance budgétaire afin de ne pas manquer un trop fort ralentissement de sa croissance qui a atteint 10,3% en 2010.

    Japon : Des signaux positifs
    Le Japon se relève de la catastrophe nucléaire. Hier lundi, le gouvernement a annoncé un ralentissement de 0,3% du PIB du pays au deuxième trimestre. Certes, le Japon reste ancré dans la récession, mais ce recul, de 1,3% en rythme annualisé, est inférieur aux prévisions des analystes qui tablaient sur une contraction de 0,7%. Elle témoigne aussi d’une nette amélioration par rapport au recul de 0,9% encaissé au trimestre précédent. Entre avril et juin, les exportations ont fortement reculé de 4,9% et constituent le principal facteur de la décroissance. Le mouvement baissier a en outre été accentué par un recul de 1,9% des investissements immobiliers privés et une baisse de 0,1% de la consommation. Pour les observateurs, ce deuxième trimestre laisse toutefois envisager une amélioration rapide de l’économie japonaise.

     

    Les rebelles libyens proches du but?
    Les insurgés ne lâchent pas prise en Libye. Ils ont réussi à s’emparer de la ville stratégique de Zawiyah. Même succès à Sorman et à Ghayran, des villes qui maintiennent encore un lien entre Tripoli et l’Ouest du pays. Ainsi, le «guide» Mouammar Kadhafi est privé de ravitaillement qui provient généralement de Tunisie. Ce qui ne l’a pas empêché de s’exprimer, hier, dans un message diffusé par la télévision libyenne niant toute victoire militaire des rebelles et que leur fin est proche. Il a également précisé que les forces de l’Otan exerceraient une guerre psychologique.

    Somalie, les belligérants coupables
    Le Human Rights Watch rend coupable dans son dernier rapport toutes les parties au conflit somalien de violations du droit international causant la mort de civils. En effet, les troupes du gouvernement fédéral de transition combattaient quotidiennement les insurgés islamistes radicaux, Shebab, dans la capitale somalienne. L’ONG a également précisé dans son rapport que les belligérants ont eu recours à l’artillerie de façon indiscriminée.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc