×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Tunisie: La tension re-monte
Indignations, protestations et manifestations reprennent
De notre correspondant permanent, Mohamed Laroussi Ben Salah

Par L'Economiste | Edition N°:3595 Le 15/08/2011 | Partager
Les mécontents dénoncent la « contre révolution »
La remise en liberté de certains membres de l’ancien pouvoir agite la rue
La puissante UGTT soutient les manifestants

Le premier ministre, Caid Essebsi (à gauche) tendant la main au SG de l'UGTT, Abdessalam Jrad, en chemise blanche. L’Union générale tunisienne du Travail, la puissante centrale syndicale risque d’être débordée par sa gauche : Jrad est accusé de «connivence» avec le Premier ministre

La boucle vient d’être bouclée par l’annonce, pour lundi 15 août, d’une grande manifestation que conduira, dans les principales artères de la capitale, la puissante centrale syndicale de Tunisie, l’Union générale Tunisienne du travail (UGTT). Les raisons en sont multiples. Dans un long communiqué rendu public mercredi, l’UGTT dont le secrétaire général, Abdessalam Jrad, est pris à partie pour « connivence avec le Premier ministre», s’est attaqué au gouvernement l’accusant «d’incapacité à garantir la sécurité, la paix et la quiétude» des citoyens et des entreprises en lui demandant d’ouvrir « incessamment une enquête devant dévoiler les véritables raisons qui ont conduit dernièrement à des violences et des actes de pillage dans diverses régions du pays ». L’UGTT s’élève contre la lenteur à juger les anciens responsables accusés de corruption, de malversations et de crimes, la mise en liberté de certains d'entre eux et l'autorisation à d’autres de quitter le pays, « pratiques qui ne peuvent que dévier la révolution du peuple de sa trajectoire initiale, envenimer la situation et attiser les tensions». Ce que le communiqué ne dit pas est qu’à l’approche de l’échéance électorale du 23 octobre, certains fomentent des troubles qui peuvent conduire à l’ajournement des élections. Ce qu’il ne dit pas non plus, mais qu’affirme la rue, c’est que d’anciens responsables pourraient être derrière ces désordres.
Les magistrats manifestent leur mécontentement, en refusant catégoriquement les récentes nominations. «Elles ne répondent pas aux aspirations des magistrats mais cultivent le favoritisme et le népotisme» estiment les représentants syndicaux. Il faut dire-là que certaines promotions ont récompensé des magistrats corrompus et d’autres ayant servi le régime Ben Ali.
De l’indignation, des protestations de plus en plus virulentes et des manifestations plus ou moins importantes crient à la contre-révolution et appellent à plus de vigilance, arguant que le «rêve de la révolution est peut-être en train d’être volé».

Fuites et procès

En effet, et bien que les procès de certains membres des familles Ben Ali-Trabelsi se poursuivent avec des reports parfois inexplicables, l’ex-ministre de la justice, Bachir Takkari, vient d’être remis en liberté alors que l’on dit impliqué dans plusieurs affaires de corruption ayant profité au couple présidentiel déchu. L’ancien ministre des transports, Abderrahim Zouari, devait l’être aussi n’eut été la pression des avocats, de la société civile et de l’opinion publique en général. Sayda Agrebi, dame de cour du couple Ben Ali-Trabelsi, est partie en France alors qu’elle doit répondre de plusieurs dossiers de corruption et de malversations. Les ministères de la justice et de l’intérieur s’accusent mutuellement. Le juge d’instruction, démis de ses fonctions, s’interroge sur les autorités aéroportuaires, qui disent avoir reçu le document interdisant à la dame de voyager, 4 jours après son départ.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc