Entreprises

Carburant: Afriquia n’attend pas 2012

Par L'Economiste | Edition N°:3533 Le 19/05/2011 | Partager
Le diesel 10 PPM déjà dans ses stations
La réglementation effective l’an prochain
Lancement d’une opération de contrôle dans les stations-services

Afriquia est doté de 10 laboratoires mobiles qui effectuent le contrôle de la distillation, de la présence d’eau, de l’aspect et la couleur du carburant

LE groupe Afriquia anticipe déjà la réglementation et alimente une bonne partie de ses stations en gasoil 10 PPM. Plus raffiné et mieux adapté aux moteurs de dernière génération, le 10 PPM ne tardera pas à être adopté au Maroc. En principe, son introduction est programmée pour 2012. «Nous exigons le 10 PPM de nos fournisseurs étrangers, mais nous attendons le changement de la législation pour basculer vers ce carburant», explique Said El Baghdadi, directeur général d’Afriquia SMDC. Cependant, la loi marocaine n’exige jusque-là que le 50 PPM. Aussi, techniquement, le raffineur Samir n’est pas encore en mesure de fournir tout le pays avec cette qualité de gasoil, même s’il a déjà lancé la production du 10 PPM. Afriquia commercialise jusqu’à présent le 10 et le 50 PPM sans distinction au niveau des stations-services. Cette décision de la filiale d’Akwa s’inscrit dans le cadre d’un processus qualité engagé depuis plusieurs années. Sur l’exercice en cours, 20 millions de DH ont été débloqués pour le renforcement du contrôle qualité.
Afriquia a investi dans 10 laboratoires mobiles. Ces camions effectuent le contrôle de la distillation, de la présence d’eau, de l’aspect et la couleur du carburant. «Le plus important est le contrôle de la distillation qui renseigne sur les matériaux qui composent le carburant», souligne El Baghdadi. Ainsi, l’entreprise vise à renforcer le contrôle qualité à tous les niveaux d’approvisionnement jusqu’à l’arrivée au consommateur final. Ces équipes ont la latitude d’intercepter n’importe quelle marchandise de l’entreprise et de s’assurer qu’il n’y a pas eu de violation du produit ou du moyen de transport. Ces laboratoires itinérants ont été dotés d’un nouveau système de purge permettant de détecter la présence d’eau dans les contenants et d’y remédier immédiatement. En effet, les véhicules sont munis de pompes. Il s’agit de tiges longues introduites par le conduit arrivant au fond de la citerne et permettant ainsi de détecter l’eau. Avec un mouvement manuel, l’eau est purgée. Aussi, au niveau des stations, les pompistes effectuent un contrôle systématique pour s’assurer que la citerne est bien sellée et que l’eau ne s’infiltre pas. Les 420 stations de l’enseigne Afriquia sont dotées d’une pâte/jauge qui est utilisée pour évaluer le volume du produit restant. La variation de la couleur de cette pâte révèle ou non la présence de traces d’eau. La mise en place de ces contrôles est aussi exigée par la clientèle d’Afriquia. En plus de l’approvisionnement des particuliers et industriels, l’entreprise alimente les bateaux et avions en carburant. «Cette clientèle est extrêmement exigeante. Ce qui nous oblige à nous aligner sur ses normes de qualité», explique le DG.
Passé ce dispositif qualité, tout problème technique survenu est pris en charge par Afriquia. «Il est très rare d’avoir des incidents dus à l’utilisation d’un mauvais carburant issu de nos stations. Toutefois, si la responsabilité d’Afriquia est engagée, nous disposons d’une assurance qui dédommagera le propriétaire du véhicule», rassure El Baghdadi.

Ilham BOUMNADE

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc