×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Poutine au pied du mur

Par L'Economiste | Edition N°:1846 Le 03/09/2004 | Partager

. Le président russe est sommé de changer de position pour sauver les otages IL s’était engagé à aller «buter l’ennemi jusque dans les chiottes». Aujourd’hui, «l’ennemi» multiplie les attaques, mettant le président Vladimir Poutine, engagé depuis cinq ans dans une guerre impitoyable contre le séparatisme en Tchétchénie, au pied du mur. Vladimir Poutine est «face à la décision la plus difficile de toute sa présidence», estimait le quotidien Izvestia, alors que plus de 350 otages étaient retenus dans une école du sud du pays depuis mercredi matin. Va-t-il s’en tenir à sa ligne dure et lancer l’assaut sur un bâtiment rempli d’enfants, ou négocier avec un commando qui demande notamment le retrait des troupes de Tchétchénie ? Voire à terme, revoir sa position sur la politique à mener à l’égard de la république rebelle? «Tout démontre l’échec total de notre politique au Caucase» et le Kremlin «est incapable de proposer une solution politique susceptible de mettre fin à la guerre», s’insurge le politologue Andreï Piontkovski. Deux avions de ligne russes ont explosé en vol, cibles d’attentats, le 24 août (90 morts). Mardi, une kamikaze se faisait sauter près d’une station de métro à Moscou (neuf morts). Auparavant, les rebelles avaient montré leur capacité de frappe en lançant de vastes attaques en Ingouchie, république voisine de la Tchétchénie, et à Grozny, la capitale tchétchène quadrillée par les forces russes. L’ancien chef des Services secrets a jusqu’à présent toujours affiché une intransigeance totale sur la question tchétchène, se refusant à toute négociation avec les rebelles, modérés comme radicaux, tous considérés comme des terroristes. Et pour l’instant, il n’a donné aucun signe laissant prévoir un changement de position.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc