×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Courrier des Lecteurs

Circulation automobile: Moins de péages sur nos routes!

Par L'Economiste | Edition N°:5870 Le 22/10/2020 | Partager

Le réaménagement des systèmes de péage des axes autoroutiers reliant Casablanca à Agadir – concernant notamment le tronçon Casa-Berrechid – n’a pas convaincu nos lecteurs. Beaucoup demeurent persuadés que la solution pour fluidifier le trafic se trouve ailleurs… (cf.  notre article du 13/10/2020)

■ Un problème de signalisation avant tout
Autoroutes du Maroc doit vraiment revoir les panneaux de signalisation actuels. Il est en effet inconcevable de les placer sur le côté droit des chaussées d’autoroute seulement. Ces derniers sont en effet invisibles pour les conducteurs souhaitant doubler un véhicule. Plaçons des panneaux des deux côtés de la chaussée, sans oublier de les remplacer régulièrement étant donné qu’ils ont une date de péremption.
H.P.

■ Quid des glissières de sécurité?
Ce qu’il faudrait avant tout, c’est généraliser les glissières de sécurité sur l’axe Casa-Marrakech. Il en manque beaucoup et leur utilité n’est plus à démontrer !
K.K.
■ Les utilisateurs de Jawaz à desservir davantage
Autoroutes du Maroc devrait augmenter le nombre de guichets destinés aux utilisateurs de la carte Jawaz. Ces derniers forment en effet de longues files s’étendant parfois sur plus de 300 mètres.
H.N.
■ Etat de la chaussée remarquable
Les travaux de la chaussée concernant le tronçon Berrechid-Agadir ont réellement porté leurs fruits. Une réalisation remarquable qui devrait être dupliquée dans d’autres régions du Royaume.
B.P.

                                                                 
Covid-19: Le bilan encore plus alarmant!

covid-19-bilan-070.jpg

Les derniers bilans faisant état des victimes du Covid sont alarmants. Pas moins de 179.003 cas confirmés depuis le début de la pandémie et près de 3027 décès dont plusieurs dizaines par jour. Une situation catastrophique qui pousse nos lecteurs à s’interroger si la solution ne se trouverait pas ailleurs… (cf.  nos articles du 18/10/2020 et du 20/10/2020)

■ Essayons le protocole de Marik
La situation semble nous échapper... Pourquoi ne pas essayer d’appliquer le protocole thérapeutique de Marik en le combinant avec les méthodes actuelles de traitement de la maladie ? Une approche dont l’efficacité a déjà été prouvée et qui est pratiquée dans le monde entier à l’heure actuelle. Mise au point par un scientifique élu meilleur homme de sa profession en 2017, celle-ci consiste à injecter par intraveineuse auprès des patients gravement atteints de la vitamine C, de l’hydrocortisone ainsi que de la vitamine B1. Un moyen efficace d’éviter l’aggravation de l’état de santé des patients et qui serait particulièrement indiqué pour les individus souffrant de sepsis sévère (infection généralisée) et de difficultés respiratoires.
M.L.
■ Sésame et huile d’olive en complément du masque
Le port du masque – bien que rendu obligatoire – n’est visiblement pas suffisant pour freiner le nombre de contaminés qui ne cesse de croître de jours en jours. Il faudrait aussi systématiquement introduire une à deux gouttes d’huile d’olive ou de sésame dans chaque narine. Une méthode qui a déjà fait ses preuves de par le monde.
M.L.

                                                                 

Créativité: L’encourager malgré la crise!

Notre éditorial récemment paru sur la problématique de la créativité au Maroc – particulièrement en temps de Covid – a fait réagir bon nombre de nos lecteurs. La plupart d’entre eux sont en effet convaincus que c’est en innovant que la nation parvient à faire émerger des industries et à stimuler par la même occasion la croissance…  (cf.  notre article du 15/10/2020)

■Pourquoi pas un ministère dédié?
Je suis entièrement d’accord avec l’idée principale véhiculée dans votre édito. Il devient urgent de revoir intégralement notre stratégie d’innovation ainsi que la synergie impliquant ses différents acteurs. Objectif : créer de la richesse et de l’emploi mais aussi améliorer sensiblement la compétitivité des entreprises pour développer l’économie du savoir au sein de notre PIB. Pour pouvoir atteindre ces buts stratégiques, il est néanmoins nécessaire que toutes les parties prenantes de l’écosystème en question – parmi lesquelles les universités, les banques ou encore les industries – s’engagent activement. Aussi, dans le cadre du nouveau gouvernement qui verra très prochainement le jour, il serait judicieux de créer un ministère de l’innovation. Une démarche qui a particulièrement réussi à bon nombre de pays développés.
F.T.

■ Un problème culturel avant tout
 Notre pays et notre société en général n’encouragent aucunement la créativité. Peignez-vous par exemple les cheveux en bleu et observez la réaction de vos concitoyens… Portez une croix et refaites le même constat. Vous ne remarquerez que refus et dégoût ! Or, la créativité, c’est l’originalité ! C’est aussi une force de démarcation remarquable. Malheureusement, sans droit à la différence, celle-ci ne pourra jamais être mise à profit au grand jour…
A.B.

                                                                 

Et d’autres réactions

■ Sacs en plastique: Immobilisons le circuit de vente

sac-plastique-070.jpg

Encore une nouvelle usine fabriquant des sacs en plastique qui vient d’être fermée… Tout porte à croire que l’activité existe encore bel et bien au cœur de l’économie informelle marocaine. Pour la stopper, il faut agir à la source. Les autorités compétentes doivent rapidement envoyer les forces de l’ordre saisir ce type de marchandise illicite au sein des souks et des petits magasins concernés. Une opération qui ne doit pas non plus faire abstraction des marchands ambulants du pays. Tout ce beau petit monde doit arrêter les frais et, s’il le faut, comparaître en bonne et due forme devant la justice!
S.P.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc