×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Croissance, chômage, pauvreté… La région Mena sous les projecteurs

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5859 Le 07/10/2020 | Partager
Tout dépendra du contexte de la pandémie, du pétrole ou encore du tourisme
Le PIB devrait se tasser de 4,2% en 2020
Un nouveau rapport en marge des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du FMI

Quelles voies pour surmonter la crise et aller de l’avant? Du 12 au 18 octobre, dirigeants gouvernementaux et du secteur privé, représentants d’organisations internationales et de la société civile débattront ensemble de cette question, aux côtés d’un large éventail d’experts. Ce sera lors des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du FMI, qui se dérouleront cette année intégralement en mode virtuel.

bird-059.jpg

Les pays reçoivent des aides qui leur permettent de stabiliser leurs économies face aux multiples chocs

A quelques jours de la rencontre, la nouvelle édition du Rapport annuel de la Banque mondiale, la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et de l’Association internationale de développement (IDA) est disponible. Intitulé «Prêter soutien aux pays en des temps sans précédent», le rapport consacre tout un chapitre à la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

En effet, la croissance dans la région Mena s’est contractée de 0,2% en 2019 et devrait se tasser de 4,2% en 2020. Même si cette projection est extrêmement incertaine dans le contexte de la pandémie de Covid-19, de l’effondrement consécutif des cours pétroliers mondiaux et du tourisme ainsi que de la baisse des envois de fonds. La production des pays en développement exportateurs de pétrole de la région devrait reculer de 5%, tandis que la production économique des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) devrait chuter de 4,1%. Du côté des importateurs de pétrole de la région (dont le Maroc), il faudrait s’attendre à un repli de la croissance de 0,8% dû à la décélération générale du tourisme, des envois de fonds et d’autres sources de revenus essentielles.
Dans une région où les deux tiers de la population ont moins de 35 ans, le taux de chômage des jeunes était déjà proche de 25% avant la pandémie. Près de la moitié de la population de la région (42%) dispose de moins de 5,50 dollars par jour pour vivre. L’extrême pauvreté (moins de 1,90 dollar par jour pour vivre) a doublé, passant de 2,4% en 2011 à 4,2% en 2015 en raison des conflits et des inégalités d’accès à l’éducation et aux infrastructures de base. La tendance devrait s’aggraver sous l’effet de la Covid-19. Les coûts anticipés de la pandémie s’élèvent à environ 3,7% du PIB 2019 de la région, soit largement plus de 100 milliards de dollars.

Durant l’exercice 2020, la Banque mondiale a approuvé des prêts d’un montant de 3,6 milliards de dollars pour la région au titre de 22 opérations, dont 3,4 milliards de dollars d’engagements de la BIRD et 203 millions de dollars d’engagements de l’IDA. A ces montants s’ajoutent 103 millions de dollars alloués à des projets en faveur de la Cisjordanie et Gaza. L’institution a fourni 140 produits d’analyse et de conseil et les revenus générés par les accords de services de conseil remboursables ont atteint 65 millions de dollars. Le programme élargi de services de conseil continue d’apporter un soutien régulier au processus de réforme dans les pays du CCG.

Les pays de la région reçoivent aussi des aides pour stabiliser leurs économies face aux multiples chocs provoqués par la Covid-19, l’effondrement des cours pétroliers mondiaux et le ralentissement de l’activité économique locale. En parallèle, ils sont aussi accompagnés dans la transformation de leurs modèles de croissance grâce à des réformes structurelles visant à ouvrir les marchés et à créer davantage de meilleures opportunités économiques pour l’immense population de jeunes de la région. Pour ce faire, les institutions aident les pays à mobiliser le capital humain, à exploiter les technologies numériques et à créer des marchés compétitifs. Comme elles travaillent en faveur de la paix et de la stabilité dans la région en aidant à renforcer le contrat social entre les citoyens et les gouvernements, en soutenant les marchés régionaux et en renforçant la résilience afin de prévenir et d’atténuer les effets des conflits et du changement climatique.

                                                                                       
Cas du Maroc

L Banque mondiale aide les pays à renforcer leurs capacités pour leur permettre de faire face aux différents chocs. Pour le cas du Maroc, un projet de 275 millions de dollars va aider le pays à mieux gérer l’impact financier des catastrophes naturelles et des chocs liés au climat et à moderniser son cadre institutionnel en matière de gestion des risques de catastrophes. Aussi, le soutien du Groupe de la Banque permet d’améliorer les routes rurales et d’étendre le réseau de tramway de Casablanca. Ce projet bénéficie d’un financement de 100 millions de dollars d’IFC sans garantie souveraine – une première pour une administration locale d’Afrique du Nord. Un programme de services de conseil fournit également des avis et orientations techniques sur la gouvernance environnementale et sociale. Il s’inscrit dans le cadre d’un vaste effort mené par le Groupe de la Banque pour soutenir les réformes et l’investissement dans le but de stimuler le développement régional du Maroc. Les réformes de la chaîne de valeur du logement, notamment l’amélioration des bidonvilles et l’actualisation du code de la construction et de la loi sur la location immobilière ont été également soutenues. Ces réformes ont permis à plus de 100.000 ménages employés dans le secteur informel d’accéder au financement hypothécaire. Le rapport sur la richesse cachée des villes, Hidden Wealth of Cities, publié en début d’année, a identifié des stratégies permettant aux villes de tirer parti des espaces publics pour améliorer l’habitabilité, la résilience et la compétitivité.
Au Maroc, entre 2010 et 2020, plus de 9.000 agriculteurs des régions confrontées à une grave pénurie d’eau ont bénéficié de meilleurs services d’irrigation sur plus de 24.000 hectares.
Dans les pays qui poursuivent actuellement des opérations à l’appui des politiques de développement assorties d’options de tirage différé en cas de catastrophe (CAT-DDO), il a été possible, grâce à un accès rapide à des ressources financières, de soutenir l’action menée pour lutter contre la pandémie, notamment au Maroc.

Fatim-Zahra TOHRY

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc