×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Art & Culture Week-End

Culture en vrac

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5851 Le 25/09/2020 | Partager

■ Une vague blanche qui déferle sur Casablanca

culture-expo-051.jpg

Ph. Galerie 38

Mounir Fatmi, Youssef Ouchra, Mustapha Azeroual, Mohssin Harraki, Hicham Matini, Max Boufathal, Amine El Gotaibi, M’barek Bouhchichi, Hicham Berrada, Nissrine Seffar, Amina Benbouchta… Ils font partie de celles et ceux qu’on a nommés «La nouvelle vague». Celles et ceux qui ont au début des années 2000 constitué  une nouvelle scène artistique contemporaine extrêmement prometteuse, dynamique et affutée politiquement. Réunis dans une exposition  intitulée «La Vague Blanche: 20 ans d’art contemporain marocain», qui prend des aires de bilan, l’expo implique cette «nouvelle scène» d’artistes marocains mais également des chercheurs universitaires, de critiques d’art concernés par la question de l’art contemporain au Maroc aujourd’hui et le public, invité à chercher une nouvelle réflexion et un nouveau regard sur des œuvres singulières d’une densité incroyable, qui dialoguent entre elles. «Nous voulons une manifestation collective qui, telle une machine culturelle, joue un rôle dans la transformation des manières de penser et de voir des spectateurs marocains dans leur expérience de l’art», indique  Mohamed Thara, le commissaire de l’exposition, à voir à la Galerie 38 à Casablanca.

■  Atoman le Marocain
Atoman, retenez bien ce nom! C’est celui du premier super héros made in Maroc. Avec Atoman, Wind Rider, le réalisateur belgo-marocain Anouar Moatassim, signe une première dans le cinéma maghrébin et africain. L’opus, en cours de tournage, raconte l’histoire de Hakim Imlil, un hacker éthique recherché à l’international pour avoir hacké les serveurs informatiques d’un laboratoire pharmaceutique américain, français et chinois afin de faire bénéficier les malades atteints de Covid-19, d’un générique à faible coût. Arrêté par Interpol, il n’échappe à la prison qu’en acceptant de devenir un white-hat au service de la cellule de lutte contre la cybercriminalité de la police. Notre Atoman national, campé par le rappeur franco-marocain Lartiste, de son vrai nom Youssef Akdim, va très vite apprendre la vérité sur ses véritables origines. Héritier d’une lignée dotée de pouvoirs surhumains qu’il doit apprendre à maîtriser, il entame une course effrénée et un combat acharné contre de puissants ennemis en quête de contrôle absolu sur la planète.

■ Lasri en master class

lasri-051.jpg

Ph. jawjab

C’est dans le cadre de l’opération «studio code 30», mise en place par Jawjab, l’incubateur dédié aux créateurs de contenu sur le web en Afrique du Nord et la banque CIH, que se déroule la master class du réalisateur  Hicham Lasri, prévue ce mercredi 30 septembre à partir de 20 h. Le projet propose plusieurs ateliers pour offrir aux jeunes podcasteurs  un espace où ils apprennent les métiers de la création de contenu audiovisuel selon des normes professionnelles. «Studio code 30» offre en effet un encadrement en matière d’écriture, de maniement de la caméra, de production… Crise sanitaire oblige, les activités du projet ont migré vers le digital avec plusieurs lives où des stars de la création de contenu ont partagé leur expérience avec les jeunes. La master class de Lasri concerne particulièrement «l’écriture web»  en prenant comme cas d’étude ses séries à succès telles que « Bissara overdose» ou encore «No vaseline fatwa».

A. Bo.

                                                                                      

L’image de la semaine

image-de-la-semaine-051.jpg

Une chaise vide, comme la politique qui porte son nom ? Un hommage aux absents? Ou un rappel cruel de la situation ubuesque que nous vivons en cette période de pandémie? Une chaise d’écolier pour dire qu’au moins 463 millions d’enfants, de par le monde, n’ont pas l’opportunité d’accéder à l’apprentissage à distance lorsque la Covid-19 a fermé leurs écoles (source Unicef). Cette photo, prémonitoire, puisque prise quelques jours avant le confinement (mars 2020), dans les plaines désertiques de Foum Zguid, à quelques kilomètres de Zagora,  met en évidence  les inégalités importantes entre les régions face à la crise sanitaire. Selon le HCP, 29% des enfants dans le milieu rural ne suivent pas les cours à distance par «manque ou  insuffisance de canaux d’accès à distance» ou encore d’un manque d’intérêt ou d’assistance.

 

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc