×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Casablanca à nouveau confinée

Par L'Economiste | Edition N°:5841 Le 11/09/2020 | Partager
casa-confinement-041.jpg

La décision prise dimanche soir par le gouvernement de fermer toutes les écoles à Casablanca, à la veille de la rentrée scolaire, n’a pas été du goût des Casablancais. Les mesures restrictives adoptées en vue d’endiguer la pandémie ne font pas l’unanimité non plus.
Les réactions… (cf. notre article du 06 /09/2020)

■ Nous récoltons ce que nous semons
Si le Royaume avait entamé la construction d’hôpitaux et d’universités publiques de qualité à la moitié du siècle dernier, nous aurions eu davantage de lits de réanimations et de capital humain apte à les utiliser comme il se doit. Nous n’en serions pas là. Quoi qu’il en soit, le temps presse. Cette situation immobilise l’économie de notre pays et l’intégralité de notre société. Jusqu’à quand cela va-t-il durer?
L.C.

■ Corona serait-il nocturne?
Cette histoire de couvre-feu est tout simplement ridicule. A croire que le virus ne se déplace que la nuit… Au lieu de restreindre les sorties, il serait beaucoup plus efficace de sensibiliser et de responsabiliser en masse les Marocains sur les gestes barrières à adopter quotidiennement. Nous serons amenés à vivre avec le Covid pendant un certain temps, et se protéger chacun de son côté est plus efficace que n’importe quelle restriction de notre emploi du temps.
B.S.

■  Pauvres enfants!
Ce communiqué tombé à 22 heures la veille même de la rentrée scolaire a enragé les parents casablancais, dégoûtés par cette décision venue de nulle part. Quant aux enfants, particulièrement excités à l’idée de retrouver le chemin de l’école, ceux-ci vont devoir rester à nouveau à la maison… Le gouvernement a-t-il un tant soit peu pensé à ce que représente cette journée, notamment pour les plus petits entrant à l’école pour la première fois. Les retombées de cette décision ne seront pas uniquement économiques, mais aussi et surtout psychologiques.    
K.L

■ Un protocole de base pourtant simple
Au lieu de multiplier ces restrictions sans même en voir le bout du tunnel, l’Etat devrait plutôt concentrer ses efforts à sensibiliser le peuple pour se prémunir contre le Covid, via de simples réflexes à reproduire au quotidien: porter un masque sur la bouche ainsi que sur le nez, changer ce dernier toutes les quatre heures, ne pas se serrer la main ou se faire la bise, ou encore, se laver régulièrement les mains avec du savon. Autre chose, bannir tout voyage inutile et rester autant que possible dans son périmètre géographique. Ce n’est pas le moment d’aller découvrir une nouvelle région ou de déjeuner loin de chez soi. Si tout le monde suivait ces simples règles, on n’en serait pas là…
 A.B.

                                                                                     

Garder son masque au… restaurant

Les tournées des autorités dans les cafés et restaurants se sont multipliées ces derniers jours à Casablanca, les forces de l’ordre allant jusqu’à verbaliser des clients attablés pour non port du masque. Plus d’une quinzaine d’établissements ont également été fermés… (cf. notre article du 01 /09/2020)

■ Scandaleux!
Bien évidemment, il faut avoir son masque à proximité. Mais, attablé dans un restaurant on est obligé de l’enlever pour pouvoir manger! Il s’agit donc purement et simplement d’un abus des autorités… Pourquoi donc permettre à ces établissements d’ouvrir? Il fallait les fermer dès le départ. Même si cela aurait tué le pays économiquement parlant…  
B.B.

■ Le problème est ailleurs
Il est vrai que les restaurants peuvent acquérir une licence pour servir des boissons alcoolisées. Le problème, c’est que bon nombre de ces établissements se voient transformés en bars ou en discothèques «déguisés». En fin de compte, l’on revient à la classique histoire du gendarme et du voleur, sauf que le motif de ces «visites» n’est pas directement révélé…
 I.L.

                                                                                     

Achoura: La fiesta devient trop dangereuse!

achoura-041.jpg

Cette année, la célébration d’Achoura a été particulièrement tumultueuse et violente. Pas moins de 157 individus – dont beaucoup de mineurs – ont été interpellés par les forces de l’ordre pour actes de vandalisme et autres jets de pierres. Pourtant, l’importation et la commercialisation de ces produits dangereux est actuellement interdite par la loi. Nos lecteurs s’en insurgent… (cf.  notre article du 03/09/2020)

Ne plus fermer les yeux sur ces incivilités
Cette violence inouïe à l’égard des forces de l’ordre s’explique par le laxisme trop important des autorités ces dernières années. Si cela continue, les policiers se retrouveront face à des attroupements de criminels voire de terroristes capables de s’organiser en bandes. Il faut que la justice sévisse pour stopper dès aujourd’hui ce fléau. Mais le gouvernement doit également trouver des moyens efficaces afin d’occuper ces jeunes désœuvrés.
 A.B.

■ Mettre un terme au circuit de vente
Les services chargés de la sécurité du pays disposent des moyens humains et matériels pour pouvoir identifier les différents points de vente existant et stopper leurs activités. Auquel cas, les prochaines célébrations d’Achoura deviendront encore plus sanglantes que les précédentes et prendront plus la forme d’émeutes organisées que de jeux d’enfants.    
L.L.

                                                                                     

armee-rue-041.jpg

■ Prolongation de l’état d’urgence: La suite logique des évènements!
Les cas de coronavirus ont littéralement explosé ces derniers jours dans le Royaume. Le pays a même dépassé le seuil des 2.000 cas dimanche dernier ! Aussi, la décision de prolonger l’état d’urgence au 10 octobre me semble tout à fait logique étant donné la gravité de la situation épidémiologique… Espérons que tout ceci s’arrange et au plus vite
E.O.

■ Chloroquine: Prescrivons-la à domicile!
L’approche étayée dans votre interview du docteur Mounir Mikou – consistant à généraliser la prescription de la chloroquine à domicile – est tout à fait pragmatique et adaptée à nos capacités actuelles en matière de santé. Les médicaments indiqués par le spécialiste doivent être disponibles au sein des pharmacies d’officine. De plus, il faut à tout prix libérer de l’espace. En cas de doute, chacun d’entre nous doit être autorisé à consulter librement un médecin du privé et que ce dernier puisse commencer le traitement sans avoir à attendre les résultats des laboratoires.
B.B.

■ Commission anti- catastrophes naturelles: Une cartographie existe déjà
Votre article sur le lancement d’une commission de pilotage des programmes de prévention contre les catastrophes naturelles est pertinent. Savez-vous s’il existe une cartographie publique des risques majeurs au sein du Royaume – dont notamment les inondations et les séismes – comme il en existe déjà en France? Pouvoir disposer d’une vue d’ensemble sur ces derniers permettrait de s’en prémunir plus aisément et de pouvoir agir directement sur la zone concernée.
  O.I.

■ Parité en élection: Pourquoi pas des listes mixtes?
Pourquoi, en matière d’élection, les femmes passent-elles obligatoirement à travers des listes «spéciales»? Les partis politiques doivent absolument prendre leurs responsabilités et trouver un moyen pour faire élire leurs candidates. Par exemple, en s’assurant que les noms figurant sur les listes soient masculins et féminins. Autrement dit, un homme suivi d’une femme ou inversement ! Mais peut-être que les responsables politiques ne souhaitent pas prendre ce genre de risque…
D.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc