×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Multiplication des cas, dépistage, vaccin… le tour du monde Covid-19

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5822 Le 12/08/2020 | Partager
La Russie revendique sa victoire dans la course mondiale au vaccin
La barre des 20 millions de cas va être franchie, selon l’OMS
Appels à la mobilisation au risque d’une deuxième vague
covid-monde-022.jpg

Dépistage, recherche et mise en quarantaine des patients, prise en charge des personnes malades, multiplication des tests de la Covid-19, développement de vaccins… plusieurs pays dont le Maroc ont offert de bons exemples de la façon dont on peut efficacement juguler la pandémie. Mais les efforts ne  doivent pas s’arrêter la.

Le DG de l’OMS, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, a prévenu que la «barre des 20 millions de cas de Covid-19 dans le monde, dont 750.000 décès, allait être franchie cette semaine». Face à cette situation, les appels à la mobilisation se multiplient face à la crainte d'une deuxième vague, notamment en Europe.

L'agence européenne en charge des maladies infectieuses a recommandé aux gouvernements européens de prendre de nouvelles mesures. Dans la mise à jour de son évaluation des risques, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) confirme l'intensification des cas. Selon les statistiques de l'agence, environ 10.000 à 15.000 cas sont détectés chaque jour dans l'Union européenne, loin du pic au-delà des 30.000 cas début avril mais nettement au-dessus de la barre des 5.000 observée de mi-mai à mi-juillet. «Nous observons une réelle recrudescence de cas dans plusieurs pays qui est liée au relâchement des mesures de distanciation sociale», selon l'agence basée à Stockholm.

Malgré cette sombre prévision, le chef de l’OMS a signalé des signes d’espoir et rappelé qu’il était essentiel que «les dirigeants prennent des mesures pour répondre de manière efficace à la pandémie et que leurs citoyens respectent ces mesures». Il a également jugé nécessaire «d’accélérer les efforts pour développer rapidement et distribuer équitablement les outils supplémentaires nécessaires pour arrêter cette pandémie».

«Le premier traitement pour les formes sévères de Covid - la dexaméthasone - est en cours d'expansion», a souligné le DG. Des dizaines d'autres thérapies prometteuses sont en cours d'analyse. Plus de 50 diagnostics sont en cours d'évaluation, y compris des tests antigéniques rapides potentiellement révolutionnaires.

Selon le chef de l’OMS, «les trois prochains mois présentent une fenêtre d'opportunité cruciale pour intensifier ces efforts. Cela veut dire une augmentation du financement. Rien que pour les vaccins, plus de 100 milliards de dollars seront nécessaires». «Cela paraît beaucoup d'argent», a dit le Dr. Tedros. Mais, «ce n’est pas beaucoup par rapport aux 10.000 milliards de dollars qui ont déjà été investis par les pays du G20 dans des mesures de relance budgétaire pour faire face aux conséquences de la pandémie jusqu'à présent».

Aux dernières nouvelles, le président russe Vladimir Poutine a annoncé que la Russie avait développé le «premier vaccin contre le nouveau coronavirus, assurant qu'il donnait une immunité durable». Le vaccin a été nommé «Spoutnik V», en référence au satellite soviétique, premier engin spatial mis en orbite. Le fonds souverain russe, impliqué dans son développement, a affirmé que le début de la  production industrielle était prévue en septembre.

covid-monde-2-022.jpg

«Plus d'un milliard de doses ont été pré-commandées par 20 pays étrangers», a soutenu son président, Kirill Dmitriev, précisant que la phase III des essais commençait mercredi. Le vaccin a été développé par le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa, avec le ministère russe de la Défense. Il sera mis en circulation le 1er janvier 2021 dans la population, selon le registre national des médicaments du ministère de la Santé, consulté par les agences de presse russes. Ce vaccin est à vecteur viral, c'est-à-dire «qu'il utilise comme support un autre virus qui a été transformé et adapté pour combattre le Covid-19. Il utilise l'adénovirus, une technologie également choisie par l'université d'Oxford». L’OMS a tenu à rappeler que la «pré qualification et l'homologation d'un vaccin passaient par des procédures rigoureuses…».

La Russie travaille depuis des mois, comme de nombreux autres pays dans le monde, sur plusieurs projets de vaccins contre le Covid-19. Un deuxième vaccin est en cours de conception au Centre étatique de recherches Vektor (en Sibérie) et fait également l'objet d'essais cliniques qui doivent être achevés en septembre.

De son côté, l'Indonésie a commencé de son côté mardi à tester sur 1.600 volontaires un autre vaccin, déjà en phase III. Le candidat vaccin chinois mis au point par le laboratoire Sinovac Biotech, appelé Coronavac, fait partie des rares vaccins à être dans cette phase, la dernière étape des essais cliniques avant l'homologation. Ce vaccin est déjà actuellement testé sur 9.000 volontaires au Brésil, le deuxième pays le plus touché au monde par la pandémie après les Etats-Unis.

L'Indonésie, quatrième pays le plus peuplé de la planète, fait face à une hausse du nombre de cas de Covid-19, qui a déjà contaminé plus de 127.000 personnes et fait plus de 5.700 morts.

Wuhan

Au coeur de la Chine, leur ville a été la première de la planète à se retrouver en quarantaine. Mais six mois plus tard, les habitants de Wuhan savourent leur retour à une vie normale, au point que beaucoup n'hésitent plus à tomber le masque. La métropole de 11 millions d'habitants a vécu un dur confinement de 76 jours, finalement levé début avril. Mais avec la quasi-disparition de la maladie dans l'ensemble de la Chine, l'animation a repris possession des rues. Mais le retour à la normale n'est pas complet et l'activité économique reste convalescente. Parmi les premières personnes contaminées à Wuhan, beaucoup travaillaient au marché de produits frais Huanan, qui a été fermé par les autorités début janvier. Laissé à l'abandon derrière de hautes barrières bleues, il n'a pas rouvert. Certains vendeurs ont réinstallé leurs étals plus loin.

                                                                                    

covid-022.jpg

■ Etats-Unis, Brésil… Bilan lourd
Plus de 20 millions de cas de coronavirus ont été officiellement recensés dans le monde. Plus de quatre cas de Covid-19 sur dix se situent aux Etats-Unis et au Brésil, les deux pays les plus touchés au monde avec respectivement 5.075.678 cas (163.282 décès) et 3.057.470 infections (101.752 morts), selon l’agence AFP. Le rythme de la pandémie semble se stabiliser dans le monde, avec un million de cas supplémentaires détectés environ tous les 4 jours depuis mi-juillet.

■ Paris se masque
Les Parisiens doivent porter un masque dans plus d'une centaine de rues situées dans les quartiers les plus fréquentés de la capitale française, écrasée par une chaleur caniculaire. En rendant le port du masque obligatoire, Paris emboîte le pas à d'autres villes françaises, mais également à d'autres pays, de la Belgique à la Roumanie ou encore à la quasi-totalité de l'Espagne qui depuis fin juillet ont musclé leurs mesures sanitaires.

■ Madrid met les bouchées doubles
Les autorités sanitaires espagnoles ont reconnu qu'elles ne parvenaient pas à contrôler «parfaitement» la contagion du nouveau coronavirus. L'Espagne a enregistré en deux semaines la plus forte progression de cas détectés parmi les grands pays d'Europe occidentale.

■ L'Italie et la peur de la contagion
Le pays vit dans la crainte d'être «encerclé» par la hausse des contagions chez ses voisins européens. Le risque est  que de nouveaux foyers se créent à partir de cas importés de pays voisins, comme ces trente jeunes Italiens de Vénétie (Nord-Est) partis en vacances en Croatie et revenus avec le virus dont l'histoire a été largement reprise par les médias italiens.

■ Quarantaine à l'arrivée en Finlande
Toute personne en provenance d'un «pays à risque» arrivant en Finlande devra se soumettre à une quatorzaine ou prendre le risque d'une amende ou d'une peine d'emprisonnement de trois mois. Jusqu'à présent, le pays se contentait de recommander cette mise à l'isolement d'une durée de quatorze jours, sans imposer de sanction pour les récalcitrants.

■ Rio et ses plages
Au Brésil, les 100.000 morts ont été dépassés dimanche, déclenchant sur les réseaux sociaux une vague de messages de solidarité à l'attention des familles endeuillées mêlés à des critiques acerbes du gouvernement. Le maire de Rio de Janeiro a annoncé que toute personne souhaitant aller sur une plage de la ville balnéaire devrait réserver un espace via une application, dans une tentative visant à endiguer la propagation du coronavirus. Mais la mesure risque d'être fort difficile à appliquer dans une ville où les plages sont actuellement prises d'assaut et ce en dépit de la menace d'une amende de 107 réais (17 euros).

■ La Colombie compte ses morts
Le pays a franchi la barre des 13.000 morts du coronavirus depuis le premier cas de contagion détecté dans le pays le 6 mars, selon le bilan officiel publié lundi 10 août. Le ministère de la Santé a fait état de 312 décès supplémentaires, portant le bilan total à 13.154 morts au cours de ces cinq mois d'urgence sanitaire.

■ La Grèce ferme bars et restaurants
Athènes a décrété la fermeture de minuit à 07H00 du matin à partir de mardi des bars et restaurants dans certaines de ses principales destinations touristiques. Les autorités sanitaires grecques ont annoncé 203 nouvelles contaminations au Covid-19 dimanche dernier, soit le bilan quotidien le plus élevé depuis le début de la pandémie. Au total, 212 personnes ont péri à cause du coronavirus en Grèce, selon les chiffres officiels.

■ Record de contaminations à Cuba
Faisant face depuis plusieurs jours à un rebond de Covid-19, Cuba a enregistré lundi un record de contaminations au cours des dernières 24 heures, avec 93 nouvelles infections. Un plus haut depuis l'apparition du coronavirus il y a cinq mois.

■ Crise économique au Royaume-Uni
Une entreprise sur trois au Royaume-Uni compte supprimer des emplois au troisième trimestre, selon une récente étude. Ce qui fait craindre une vague de plans sociaux dans le pays alors que le retrait du dispositif de chômage partiel est attendu dans quelques mois.

■ Allemagne: Le foot malmené
Le ministre allemand de la Santé a rejeté pour le moment l'idée d'un retour des supporteurs de football dans les stades, estimant que ce serait envoyer «un mauvais signal» alors que le pays connaît une recrudescence de la pandémie.

F.Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc