×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Le Cercle des Experts

L’industrie minière, une carte à jouer pour la reconstruction post-Covid

Par Dr Bandar HAJJAR | Edition N°:5817 Le 05/08/2020 | Partager

Bandar Hajjar est président de la BID. Il prendra la parole lors de la 2e édition du Forum annuel sur les PPP organisée par la BID sous le thème: «Efforts conjugués pour des objectifs communs» qui se tiendra à Rabat le 28 février 2019 https://ppp-forum.org/ (Ph. privée)  

La pandémie de la Covid-19 a gravement affecté l’économie mondiale. Le coronavirus touche des millions de personnes à travers le monde. Il a tué beaucoup et créé une crise sanitaire mondiale et même une crise économique sévère. Les effets immédiats sont les pertes en vies humaines, les pertes d’emplois et les pertes de production qui sont estimées à des milliers de milliards de dollars. La plupart des pays connaissent une récession profonde. Ces effets sur les économies vont probablement durer dans le temps, toucher des industries spécifiques, et finir par modifier le paysage de certains secteurs économiques. Il est donc important que les pays et leurs partenaires financiers collaborent pour renforcer l’essentiel de leurs économies par la promotion d’industries compétitives. C’est dans cet esprit que la Banque islamique de développement a lancé plusieurs initiatives devant renforcer la résilience d’industries clés dans ses cinquante-sept pays membres.
Aussitôt que j’ai pris mes fonctions à la Banque islamique de développement, un programme, qui met l’accent sur le renforcement de la compétitivité des pays membres dans des industries stratégiques grâce à l’investissement public et à la mobilisation de ressources du secteur privé, a été mis sur pied. C’est un programme dont l’objectif est de favoriser le développement, la croissance et l’innovation par la promotion des principales industries des pays membres, telles que les mines et la construction.
Face à la pandémie de Covid-19, il est essentiel de comprendre les différents facteurs qui agissent sur l’avenir de ces industries et leurs chaînes de valeur afin de les reconstruire et de les rendre résilientes. Cette compréhension est essentielle d’autant plus que les mines et la construction sont le moteur de la croissance économique dans plusieurs pays membres.  L’adoption d’une politique industrielle tournée vers l’avenir permettra aux pays membres de tirer plus d’avantages des mines et de la construction: des revenus plus élevés, une économie plus diversifiée et un nombre accru d’emplois qualifiés. 
Nous nous demandons à quoi ressembleront les industries dans le contexte de la pandémie? Quelle est la situation actuelle des pays membres et dans quelle mesure sont-ils prêts à l’avenir des industries? Et comment libérer le potentiel des pays membres dans un monde très instable? Pour répondre à ces questions, la banque a lancé un rapport sur les tendances des industries principales, telles que les mines et la construction. Il y est tenu compte des facteurs technologiques, environnementaux et démographiques.
Notre rapport répond à la dernière question, à savoir comment libérer le potentiel des pays membres dans un monde instable? A cet égard, nos recommandations clés seront centrées sur la construction de chaînes de valeur de résilience. Compte tenu de l’intensité énergétique de l’industrie minière et de la construction et des préoccupations de durabilité environnementale, il est recommandé dans le rapport de la banque que les pays membres investissent massivement et stratégiquement dans la production efficace d’énergie à partir de sources renouvelables, surtout que beaucoup d’entre eux recèlent un grand potentiel dans le solaire et l’hydroélectrique. Pour réussir ces investissements, les pays membres devraient prendre des mesures fermes pour adopter ou même développer des technologies et processus innovants qui constituent des solutions écoénergétiques. Cependant, pour développer des industries résilientes, les pays membres auront besoin de gros investissements et de stratégies appropriées qui nécessitent la collaboration avec des partenaires clés tels que le secteur privé et d’autres pays. 

face_a_la_pandemie_de_la_covid-19.jpg

«Face à la pandémie de la Covid-19, il est essentiel de comprendre les différents facteurs qui agissent sur l’avenir de ces industries et leurs chaînes de valeur afin de les reconstruire et de les rendre résilientes. Cette compréhension est essentielle d’autant plus que les mines et la construction sont le moteur de la croissance économique dans plusieurs pays membres» (Ph.  AFP)

A titre d’exemple, une collaboration stratégique dans le domaine des véhicules électriques entre l’Indonésie, la Guinée et un autre pays membre ayant une forte assise de production automobile, peut s’avérer très utile. Les véhicules électriques ont besoin de minéraux clés, tels que le nickel pour les batteries, le cuivre pour les fils et les enroulements du moteur, et l’aluminium pour les éléments structurels. La part de l’aluminium sur le marché des véhicules électriques devrait passer d’environ 30 à 55%, tandis que la demande sur le nickel augmentera probablement car il constitue un composant essentiel de la batterie. Alors que la demande sur les véhicules électriques explose, notamment à la faveur d’une économie collaborative de plus en plus importante, les pays riches en minéraux clés pour les véhicules électriques tels que la Guinée (aluminium), l’Indonésie (nickel, cuivre) et le Maroc (cuivre) peuvent s’étendre vers la transformation et augmenter ainsi la valeur ajoutée. 
C’est pourquoi le rapport fournit des informations essentielles non seulement sur la trajectoire actuelle et future de l’industrie minière et de la construction dans les pays membres, mais également sur les opportunités stratégiques pour les gouvernements, les investisseurs et d’autres organisations de développement pour investir, financer et collaborer afin de développer ces industries. Le rapport définit une vision et une voie à suivre: des interventions essentielles devant résoudre des problèmes importants et fournir des solutions tournées vers l’avenir des industries y sont identifiées. De nouveaux modèles de collaboration aideront à partager les risques et à libérer le potentiel de croissance. La mobilisation d’investissements privés exige le partage des risques dans les projets de grande envergure. Enfin, la collaboration entre les pays membres peut offrir des opportunités de complémentarité et promouvoir des investissements importants qui bénéficieront à tous. 

 

Fort potentiel

Les technologies innovantes actuelles et à venir perturberont l’industrie minière et la construction. L’industrie minière du futur sera intelligente grâce à l’analyse avancée et aux objets connectés qui induiront davantage d’automatisation et de technologies d’appui à la main-d’œuvre, et amèneront les pays à passer des activités d’extraction à des activités de transformation à haute valeur ajoutée. L’impression 3D, la construction modulaire, la modélisation des informations de construction et la connectivité numérique améliorée augmenteront considérablement la productivité dans le secteur de la construction, ce qui se traduira par un impact positif significatif sur l’accès au logement.
Cependant, pour amener les pays membres à adopter des politiques industrielles tournées vers l’avenir dans le contexte des tendances importantes que j’ai soulignées, nous devons comprendre la situation actuelle des pays membres et dans quelle mesure sont-ils prêts à s’adapter et à renforcer leur résilience pour l’avenir. Les pays membres possèdent la grande majorité des réserves minérales mondiales, mais une part importante de celles-ci n’est toujours pas exploitée en raison de plusieurs contraintes économiques et techniques. En d’autres termes, il existe dans les pays membres un fort potentiel pour augmenter la production. Plus important encore, le potentiel de tirer davantage de valeur grâce à la transformation et même la fabrication est considérable vu que de nombreux pays membres sont principalement concentrés sur l’extraction.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc