×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Casablanca/Ouverture des piscines : Valse d’ordres et de contre-ordres

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5813 Le 28/07/2020 | Partager
Clubs de Aïn Diab, salles de sports, CAF… certains étaient autorisés, d’autres non
Les autorités appellent à la fermeture de tous les bassins de la ville
Quid des parcs aquatiques de Benslimane et Mohammedia?

Les propriétaires des clubs, résidences touristiques et piscines sont priés de vider leurs bassins jusqu’à nouvel ordre. Certains venaient juste de rouvrir mais ont rapidement été consignés à refermer. C’est le cas de la piscine du CAF qui a ouvert en grande pompe, et avec l’autorisation de Mme le gouverneur de la préfecture de Hay Hassani… mais la wilaya du Grand Casablanca en a décidé autrement. Selon des sources proches du gestionnaire du club, «la wilaya l’a contacté exigeant la fermeture immédiate de la piscine». Ce qui a provoqué l’ire des 5.000 adhérents, à peine soulagés de retrouver leurs activités aquatiques. Ces derniers s’interrogent sur «ce grand cafouillage qui marque les dernières décisions des autorités». «A Casablanca, les piscines sont fermées. Les baigneurs se ruent par milliers sur les plages et ne respectent aucune mesure sanitaire. Et à Benslimane et Mohammedia, les piscines sont bien ouvertes… Pourtant, ces deux localités font partie du Grand Casablanca», regrette-t-on. Même consternation auprès des responsables des piscines de la corniche d’Aïn Diab. Ici, le mot d’ordre a été donné la semaine dernière: Les résidences touristiques ne doivent pas recevoir de client pour les piscines. «Ils ne nous ont même pas expliqué le pourquoi du comment», déplorent les patrons de clubs privés, qui parlent d’une véritable cacophonie. «Un jour c’est permis, l’autre non… il y a une véritable ingérence  pour le moins incompréhensible. Je la croyais locale, mais décidément elle est gouvernementale», renchérit-il. Ceci, alors que les périodes de canicule se succèdent et que l’été bat son plein. Paradoxalement, les piscines de certains établissements hôteliers n’ont reçu aucune restriction, notamment à Marrakech, Fès et El Jadida. Idem pour certaines résidences touristiques où la vie semble reprendre. C’est le cas du parc Aquarim, situé sur la route de Meknès. Ici, les piscines ont rouvert leurs portes le week-end dernier. «A la veille de cette reprise, nous avons reçu une commission de contrôle qui a ausculté les moindres détails concernant la distanciation, les mesures sanitaires et l’hygiène…», rapporte Hassan Belamkaddem, propriétaire du centre d’estive «Aquarim». 

Mesures sanitaires

IL y a plusieurs règles sanitaires auxquelles doivent se conformer les piscines en période de pandémie. Ainsi, outre le filtrage de la totalité de l’eau, toutes les 4 heures, les piscines doivent disposer des équipements et pompes nécessaires pour permettre ce rythme de filtrage. Notons que si la capacité d’accueil maximale d’une piscine est d’une personne par m² en temps normal, il faut prévoir de diminuer cela de 50% pour garantir une distanciation dans l’eau. Par ailleurs,  les vestiaires doivent être fermés et les toilettes et les douches désinfectés toutes les deux heures. Sans oublier de veiller au respect le plus strict des mesures sanitaires tout en diminuant le nombre des baigneurs de moitié. 

Y.S.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc